Basket aux Jeux Olympiques – Tokyo 2021 : la France si près du but

Le 04 juil. 2024 à 15:09 par Nicolas Vrignaud

nicolas batum Jeux Olympiques Tokyo 2021 Équipe de France
Source : FIBA

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2021. Sans doute l’une des plus grandes compétitions de l’histoire de l’Équipe de France masculine de basketball. Peut-être la plus grande. Parce qu’il y a eu une médaille d’argent, face aux États-Unis. Parce qu’on a renversé Team USA en poules. Parce qu’Evan Fournier a envoyé la punchline des Jeux. Parce que Nicolas Batum est entré dans la légende, la vraie. 

À lire également : Basket aux Jeux olympiques – Rio 2016 : la catastrophada face à l’Espagne

NICOLAS BATUM NICOLAS BATUM NICOLAS BATUM NICOLAS BATUM NICOLAS BATUM!!!!!!!!!!!!!! pic.twitter.com/wfbQqcPXJM

— Nico TrashTalk 🏀 (@nicolasmeichel) August 5, 2021

Voilà. Parce qu’on ne peut pas commencer un papier parlant des Jeux Olympiques de 2021 sans mettre cette vidéo. Qui résume toute l’émotion autour d’une action – synonyme de qualification pour une finale des Jeux Olympiques – qui restera sans doute comme l’une des plus grandes de toute l’histoire de l’Équipe de France de basketball. Et qui est une forme d’apogée pour un groupe qui a accompli tellement en l’espace de deux semaines.

À commencer par un grand exploit. Non, rectifions. Une grande performance. Les Bleus s’offrent, d’entrée de quinzaine à Tokyo, les États-Unis. Pas ceux de 2019 – bien qu’il aient eu une équipe en béton – on parle ici de Kevin Durant, Devin Booker, Draymond Green, Damian Lillard, Jayson Tatum pour ne citer qu’eux. Une alchimie collective parfaite, un Evan Fournier de grand standing, Nando De Colo sûr de lui, et une victoire pour l’histoire, 83-76. La première depuis 2004 aux JO pour Team USA. Un tremblement de terre, Kurt Helin encore en PLS.

S’en suivront deux matchs assurés face à la Tchéquie puis l’Iran, une formalité sur le papier qu’il convient quand même d’aborder avec le plus de sérieux possible. C’est chose faite. On enchaîne avec le tournoi final.

Italie, Rudy Gobert. Peut-être était-il investi de la mission de prendre une revanche sur 2006, pour ce brave Zizou qui n’a pas tenu ses nerfs au pire des moments. Oui, avouons-le, tant qu’on y est : chaque victoire face à l’Italie est savourée un poil plus fortement que les autres en raison de cette maudite finale. Tout ça pour dire que Roudi a lui gardé ses nerfs, pour défoncer proprement la Nazionale. 22 points, 9 rebonds, et un 360 un peu lent, un peu pataud en guise de couvercle, mais qu’on aime toujours autant.

🏀 Exceptionnel dunk 360° dans les dernières secondes de la part du géant Rudy Gobert
🇫🇷 La France va rencontrer la 🇸🇮 Slovénie de Luka Doncic en 1/2 finale
▶️ Suivez les J.O. en direct – https://t.co/oQuEFfAwUc#JeuxOlympiques #Tokyo2020 pic.twitter.com/3BNaRN3cpM

— francetvsport (@francetvsport) August 3, 2021

Puis vint la demi-finale. Face aux Slovènes de Luka Doncic, qui n’ont plus perdu de rencontre internationale en 17 matchs. Un monstre, l’autre grand favori du tournoi derrière les États-Unis. Une finale avant l’heure pour la France, du moins pour nos yeux de fans accrochés à nos canapés pendant les 40 minutes du match, les mains moites. Faisait chaud, ce 5 août 2021 à 13h. Un match absolument énorme, tendu de bout en bout, et conclu par un instant de légende.

Nicolas Batum à la poursuite d’un Klemen Prepelic qui pense alors avoir le rêve au bout du cuir orange effleurant ses doigts. Il n’en est finalement rien, grâce à un contre juste mythique. Nico part de loin, vient coiffer au poteau – sur le bas de la planche – cette balle avec autorité, une phrase qu’on aurait adoré entendre de la voix mélodieuse d’un Omar Da Fonseca. Un geste à la croisée des chemins entre désespoir et détermination. Le sport dans sa forme la plus pure, émotionnellement au sommet du monde connu. Nos amis Slovènes, effondrés, Nicolas Batum au firmament, porté en héros non seulement par ses coéquipiers à bout de souffle, mais aussi par une nation entière fière d’avoir pu assister à ce moment fantastique. Prolongé par la fabuleuse punchline d’Evan Fournier parlant de la finale face à Team USA, à court de cheveux mais jamais d’idées : “Faudra être là, et faudra pas changer pour mettre de l’équitation, moi j’vous le dis !”

C’est les émotions… pic.twitter.com/RxRc4tm9Tm

— Nicolas TrashTalk (@niclsvrg) July 4, 2024

La finale. Face aux Américains, revanchards. Mais pas capables de traduire leur envie de victoire par une nette domination dans le jeu comme beaucoup auraient pu le penser. Kevin Durant est certes insolent de facilité en attaque, et relayé en défense par un duo Jrue Holiday – Bam Adebayo absolument terrible. Un match où, longtemps, sans mener, nous y avons crû. La réalité n’est peut-être pas si dure à avaler : les États-Unis triomphent, 82-73, mais ne sont plus intouchables aux Jeux. On n’est loin de rien, proche de tout, et surtout des coeurs de ceux qui ont suivi avec passion cette campagne unique. Là réside la grande victoire de l’Équipe de France.

Le basketball au Jeux Olympiques de Tokyo en 2021 – en bref

– Du 25 juillet au 7 août 2021

– Super Arena, Saitama

– 12 équipes hommes, 12 équipes femmes

– Podium hommes :

  • Or – États-Unis
  • Argent – France
  • Bronze – Australie

– Podium femmes :

  • Or – États-Unis
  • Argent – Japon
  • Bronze – France