Golden State Warriors

#8Ouest
45V
·
35D
#8 PTS+(117.8)
#17 PTS-(115.2)
#1 REB(48.6)
#4 AST(29.3)
Final
Golden State Warriors
GSW100
Portland Trail Blazers
POR92
A venir
logo New Orleans Pelicans global
NOP-
Golden State Warriors
GSW-
A venir
Utah Jazz
UTA-
Golden State Warriors
GSW-

Le Shop Golden State Warriors

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




Les Golden State Warriors selon TrashTalk

De Philadelphie à San Francisco, du début de la NBA à l’ère du shoot à trois points – dont ils sont responsables – les Warriors ont connu des grands moments, des stars et des titres. mais aussi des périodes moins glorieuses, comme du temps de l’étrangleur de la baie.

Premier titre de l’histoire pour les Philadelphia Warriors

Tout commence bien pour la franchise des Warriors – aussi connu en tant que “Dubs”, le raccourci pour double du W, la première lettre de leur blaze – dont l’histoire débute en Pennsylvanie, à Philadelphie. Stephen Curry n’est pas encore né, mais l’équipe vit et gagne au rythme de Joe Fulks, gâchette un peu folle qui dégaine à loisirs. Peu importe l’adresse, le titre est au bout pour la saison inaugurale de l’équipe qui est également celle de la BAA et donc de la NBA.

L’équipe poursuit son bonhomme de chemin avec Eddie Gottlieb comme General Manager et coach – avant de devenir le propriétaire des Warriors – mais aussi le trio composé de Paul Arizin, Tom Gola et Neil Johnston qui va soulever un second titre NBA pour les Warriors en 1956. Cadeau bonus, la franchise met la main sur le phénomène Wilt Chamberlain – territorial pick car il est du coin – et on se dit donc qu’à partir de son arrivée en 1959, les Warriors vont rouler sur la NBA

Wilt Chamberlain puis Rick Barry

Erreur. Si le monstre accumule les records personnels, cela ne se traduit pas dans l’armoire à trophée des Warriors. Rien n’y fait, pas même le déménagement à San Francisco en 1962, ni même le départ de Wilt qui retourne à Philly chez les Sixers en 1965 ou encore la Draft de Rick Barry la saison suivante. Est-ce qu’un nouveau changement – le passage de San Francisco Warriors à Golden State Warriors en 1971 – peut donner un peu de modjo supplémentaire à l’équipe ? Peut-être bien que oui, à moins que ce ne soient les costumes classes – pour l’époque – de l’entraîneur Al Attles qui rendent les Warriors sexy. Mais surtout vainqueurs, puisque pendant que Rick Barry assume le rôle de pyromane en chef pour détruire les défenses adverses, le reste de l’équipe gère le sale boulot et les Warriors remportent le titre NBA en 1975, le troisième de leur histoire.

Les Golden State Warriors en mode Run TMC

Les saisons suivantes sont moins glorieuses et il faut attendre la fin des eighties et le début des nineties pour vibrer de nouveau du côté du Golden Gate Bridge. Don Nelson – le coach de l’époque – lâche les chevaux et les Warriors s’appuient sur le rythme débridé du trio Tim Hardaway – Mitch Richmond – Chris Mullins pour scorer à tout va et proposer un des jeux les plus offensifs de la ligue. Ça court, ça shoote, ça score. Mais bon, ça ne défend pas trop et le secteur intérieur est digne d’une équipe de départementale, donc difficile d’avoir de grosses ambitions. Le trio ne dure que deux saisons et remporte une seule série de Playoffs, on a connu mieux et Mitch Richmond est échangé contre Billy Owens. Ce qui est guère plus concluant.

Le nouveau souffle peut-il venir de la Draft ? Les fans l’espèrent après les sélections de Latrell Sprewell (1993) et Chris Webber (1994, via un trade contre Penny Hardaway). Mais la stabilité n’est pas le fort de la franchise à cette époque et C-Webb est envoyé à Washington et sprewell traîne son spleen. Une situation qui aboutit à un pétage de plombs de Spree qui étrangle son entraîneur P.J. Carlesimo en décembre 1997. L’ambiance est au beau fixe, les résultats suivent. On déconne, bien sûr, les Golden State Warriors ne voient pas les Playoffs de 1995 à 2006, malgré un renouvellement de l’effectif.

We believe : les Golden State Warriors créent l’upset

Les gars qui portent les espoirs de la franchise s’appellent désormais Baron Davis, Jason Richardson et Monta Ellis. On n’est pas encore sur les noms les plus ronflants de la NBA, mais comme pour le Run TMC, on sent de la fraîcheur, l’envie de courir. Une certaine unité. Et Don Nelson est de nouveau sur le banc. Coïncidence ? Les fans et l’équipe se retrouvent derrière le slogan We Believe, et ils ont bien raison car en 2007, les Warriors réalisent l’upset de sortir les Dallas Mavericks, pourtant patrons de la Conférence Ouest, lors des Playoffs. C’est la première fois de l’histoire qu’une tête de série numéro huit vient à bout du numéro dans une série en sept matchs.

Mais cette éclaircie est de courte durée. Non seulement l’aventure s’arrête au tour suivant, mais les Warriors ne retournent plus en Playoffs jusqu’en 2013.

Stephen Curry et les Golden State Warriors révolutionnent la NBA

Entre temps, les Golden State Warriors ont récupéré du talent à la Draft – Stephen Curry en 2009, Klay Thompson en 2011, Draymond Green en 2012. Et ils vont en ajouter via des trades bien sentis – Andrew Bogut en 2012, Andre en 2013. Steve Kerr est choisi pour coacher tout ce beau monde en 2014, alors qu’il ne dispose d’aucune expérience comme entraîneur. Et là tout se passe à merveille. Stephen Curry et Klay Thompson enchaînent avec insolence les ficelles du parking, Draymond Green dirige la défense et apporte dans tous les compartiments du jeu, Andre Iguodala cimente le collectif. Le tir à trois points devient l’arme privilégiée des Warriors qui vont chercher le titre NBA en 2015, la première des quatre Finales de suite mettant aux prises la franchise de San Francisco et LeBron James – pardon, les Cleveland Cavaliers.

Dans la foulée, les Golden State Warriors roulent sur la saison régulière et battent le record des Bulls avec 73 victoires pour 9 défaites en 2016. Mais ils entrent aussi dans l’histoire en étant la première franchise à perdre le titre alors qu’ils mènent trois manches à une lors des Finales. Alors pour se renforcer, ils récupèrent Kevin Durant. Ce qui leur permet de remporter deux autres titres NBA (2017 et 2018) et d’échouer une autre fois lors des Finales de 2019. Le départ de ce dernier en direction de Brooklyn et les pépins physiques de Klay Thompson laissent penser que les Golden State Warriors sont finitos. Que nenni, ils remportent un nouveau titre NBA en 2022

Reste à savoir si le noyau dur Stephen Curry – Klay Thompson – Draymond Green coaché par Steve Kerr et aidé par Andrew Wiggins, Jordan Poole et Gary Payton II peut encore lutter pour aller chercher le Graal alors que certains joueurs ont la trentaine bien tassée. Surtout dans une Conférence Ouest toujours aussi compétitive, en particulier la Division Pacifique où les Golden State Warriors côtoient les Los Angeles Lakers, les Los Angeles Clippers, les Sacramento Kings et les Phoenix Suns.