Los Angeles Lakers

#10Ouest
33V
·
28D
#12 PTS+(117.2)
#20 PTS-(117.6)
#22 REB(44.6)
#7 AST(28.5)
Final
Logo Washington Wizards global
WAS131
Los Angeles Lakers
LAL134
A venir
Golden State Warriors
GSW-
Los Angeles Lakers
LAL-
A venir
Los Angeles Lakers
LAL-
Memphis Grizzlies
MEM-
A venir
Los Angeles Lakers
LAL-
logo New Orleans Pelicans global
NOP-

Le Shop des Los Angeles Lakers

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




Les Los Angeles Lakers selon TrashTalk

Moteur ? Action ! Silence on tourne, on est à Hollywood pour parler des Los Angeles Lakers, la franchise NBA de la Cité des Anges, parce que les Clippers ce sont des guez.

Les Lakers, de Minneapolis à Los Angeles

Plan large sur les lacs entourant Minneapolis. Et oui, l’histoire des Lakers ne débute pas en Californie, mais plutôt dans le Minnesota. D’où le nom de l’équipe d’ailleurs, en référence à ces étendus d’eau qu’on ne trouve pas forcément du côté de Los Angeles. Instant culture : le Minnesota est baptisé “the land of 10000 Lakes”, vous comprenez donc mieux le blaze.

En 1947, Ben Berger achète les Detroit Gems qui jouaient – enfin essayaient, parce qu’avec 4 victoires pour 40 défaites, c’est quand même pas brillant – en National Basketball League et les installent donc à Minneapolis et on peut enfin parler basket et succès, puisque c’est le début d’une aventure assez réussie. En effet, depuis la naissance des Minneapolis Lakers, la franchise a remporté 17 titres de champion NBA, un record pour la ligue qu’ils partagent avec leur rivaux des Boston Celtics. Si on veut faire les fines bouches, on peut dire qu’avec un trophée acquis également en NBL en 1948 – mais que la NBA ne prend pas en compte dans son histoire – les Lakers sont les plus titrés. Mais on chipote.

Première période de gloire pour les Lakers

Les Lakers ont connu leur première période de gloire dans les années 1950, grâce à la présence de George Mikan, un grand binoclard pas sexy pour un sou mais diablement efficace sous le panier. Avec John Kundla comme coach, les Lakers ont remporté cinq titres lors de leurs six premières saisons NBA : 1949, 1950, 1952, 1953 et 1954. Des débuts corrects, mais ils auraient quand même pu faire mieux en 1951.

Los Angeles Losers

Ensuite, les Lakers s’essoufflent sur la fin de la décennie  jusqu’à l’arrivée d’Elgin Baylor en 1958 et le déménagement au soleil de Los Angeles en 1960. On essaie désormais de mettre des paillettes dans les yeux des fans. Jerry West débarque également cette année-là. Mais malgré plusieurs apparitions en Finales NBA, le duo ne permet pas aux Los Angeles Lakers de remporter le titre de champion, souvent battus par les Boston Celtics. West pousse la lose jusqu’à être élu MVP de Finales qu’il perd, et Baylor fait mieux puisque c’est juste après sa retraite que les Angelinos remportent le trophée en 1972, avec dans leur rang Wilt Chamberlain. Le second pivot dominant qui marque l’histoire des Lakers – dans une moindre mesure – après George Mikan.

Les Los Angeles Lakers et le Showtime

Place donc au troisième big man à faire de Los Angeles une place forte. En 1975, Lew Alcindor s’appelle désormais Kareem Abdul-Jabbar et en a plein le fion de vivre dans le Wisconsin. Les Bucks n’ont pas le choix, ils l’envoient donc à LA où il devient logiquement un élément central de l’équipe. Mais il faut quand même quelques saisons pour qu’il soit suffisamment entouré pour aller chercher un titre, en 1980. À ses côtés cette saison-là, un certain Magic Johnson fait ses débuts. Le duo ne réitère pas la performance en 1981, mais à partir de 1982 et la prise en main de l’équipe par Pat Riley, le Showtime devient la marque de fabrique des Los Angeles Lakers qui récupèrent quatre titres en sept ans (1982, 1985, 1987 et 1988), tout en allant deux autres fois en Finales NBA. La rivalité avec les Boston Celtics est de retour, symbolisée par Magic Johnson côté Lakers et Larry Bird chez les Celtes.

Après la retraite de Kareem Abdul-Jabbar en 1989, les Lakers retournent en Finales en 1991 mais s’inclinent face aux Bulls. L’effectif est vieillissant. puis c’est l’annonce terrible de la séropositivité des Magic Johnson – et sa retraite – qui obligent les Lakers à revoir leurs ambitions à la baisse. Enfin pas trop longtemps non plus, parce que bon on est à Hollywood, il faut des stars et du drama. Et que ça reste la marque de fabrique de la franchise depuis son rachat par Jerry Buss en 1979.

Shaquille O’Neal et Kobe Bryant

Alors on mise sur une recette qui fonctionne pour les Lakers en attirant un pivot dominant. Celui des nineties s’appelle Shaquille O’Neal, et il pose son énorme boule à Los Angeles à l’été 1996. L’année où Jerry West, alors General Manager de la franchise, réalise un move audacieux en récupérant via un trade le rookie Kobe Bryant. Mais ça ne clique pas tout de suite et il faut attendre l’arrivée de Phil Jackson sur le banc pour que ce nouveau duo tourne à plein régime pour réaliser le Threepeat de 2000 à 2002 – en volant au passage un titre aux Sacramento Kings – avant de s’écrouler lamentablement avec la superteam montée pour 2004.

L’ambiance entre les deux stars se détériore et Shaq fait ses valises, laissant Kobe seul pour quelques années de galère. Jusqu’à l’arrivée de Pau Gasol ou encore Lamar Odom qui viennent soulager Bryant, permettant aux Los Angeles Lakers de retrouver trois fois les finales consécutivement, pour deux titres NBA en 2009 et 2010.

Les Los Angeles Lakers de LeBron James

L’avenir a été sacrifié lors des dernières saisons de Kobe Bryant. C’est la signature de LeBron James à l’été 2018 qui redonne de l’allant aux Lakers, ainsi que de l’attractivité auprès des autres joueurs. Après un an, il est rejoint par Anthony Davis et Los Angeles remporte le titre NBA dans la foulée, même si certains veulent accoler une astérisque à ce trophée car gagné dans le bulle à Disneyworld lors d’une saison marquée par le Covid.

Mais la fragilité physique d’Anthony Davis, l’âge qui rattrape lentement (très lentement) mais sûrement LeBron James ou encore l’échec de la greffe Russell Westbrook rendent les dernières saisons des Los Angeles Lakers décevantes. Le duo LeBron – AD voit sa fenêtre de tir se réduire pour aller chercher un nouveau titre NBA. Est-ce que Darvin Ham peut permettre à l’équipe de retrouver sa grandeur et faire vibrer la Crypto.com Arena – quel nom pourri pour l’ancien Staples Center qui a pris en 1999 le relai du légendaire Forum d’Inglewood ? Le retour de D’Angelo Russell ne sera pas de trop pour faire sa place au sein de la Division Pacifique de la Conférence Ouest où sévissent les Golden State Warriors, les Sacramento Kings, les Phoenix Suns ou encore les Los Angeles Clippers voisins.