Indiana Pacers

#6Est
33V
·
25D
#1 PTS+(124)
#28 PTS-(122)
#30 REB(42.5)
#1 AST(31.1)
Final
Logo Dallas Mavericks global
DAL111
Logo Indiana pacers global
IND133
A venir
Logo Indiana pacers global
IND-
Logo Toronto Raptors global
TOR-
A venir
Logo Indiana pacers global
IND-
Logo Cleveland Cavaliers global
CLE-
A venir
Logo Atlanta hawks global
ATL-
Logo Indiana pacers global
IND-

Le Shop des Indiana Pacers

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////




Les Indiana Pacers selon TrashTalk

Est-ce qu’on peut vivre au milieu des voitures de courses qui tournent bêtement sur un anneau et aimer la balle orange ? Bien sûr, l’Indiana en est la preuve tant l’État vibre pour le basketball. Et donc forcément pour ses Pacers, nom qui rappelle d’ailleurs la “Pace Car” qui donne le rythme aux caisses des 500 Miles d’Indianapolis, parce que la franchise NBA compte bien dicter aussi le tempo au basket aussi.

Les Indiana Pacers, de champions ABA au téléthon en NBA

Tout débute en ABA – la ligue concurrente à la NBA de l’époque – pour les Indiana Pacers. La franchise est fondée en 1967, tout comme l’ABA. Le succès ne traîne pas trop pour les Hoosiers – nom donné aux habitants de l’Indiana pour les qualifier de cul-terreux. En effet, sous la direction de leur entraîneur Bobby “Slick” Leonard, les Pacers remportent trois titres ABA en 1970, 1972 et 1973 après avoir échoué en Finales lors de leur seconde saison. Les leaders sont alors Roger Brown et Mel Daniels (2 fois MVP de la saison régulière en 1969 et 1971), rejoints ensuite par George McGinnis (MVP en 1975).

Si les Indiana Pacers font partie des quatre franchise à rejoindre la NBA lors de la fusion entre les deux ligues en 1976, le coût de cette bascule les prend à la gorge. En plus de galérer sportivement – seulement une saison avec un bilan positif lors des treize premières en NBA et deux qualifications en Playoffs – les Indiana Pacers souffrent financièrement. Slick Leonard et sa femme mettent d’ailleurs sur pied un téléthon pour permettre de renflouer les caisses des Pacers et maintenir la franchise à Indianapolis. Ce qu’ils réussissent, mais qui n’aboutit pas à des succès sur le parquet ou à une grande stabilité pour les Pacers.

Reggie Miller, le visage des Pacers

La première grande période en NBA pour les Indiana Pacers correspond à l’arrivée de Reggie Miller. Drafté en onzième position en 1987 par Indiana, il devient All-Star lors de sa troisième saison, année où les Pacers présentent un bilan équilibré et vont en Playoffs. Une anomalie dans l’histoire de l’équipe depuis son arrivée en NBA qui devient finalement une norme durant la carrière de l’arrière. Avec comme soutien Mark Jackson à la mène ou encore Rik Smits comme pivot, Reggie Miller propose une rivalité exceptionnelle contre les New York Knicks dont Spike Lee – fan de New York – est une victime collatérale.

C’est ensuite Larry Bird, natif de l’Indiana, qui prend le relais comme entraîneur et qui permet aux Pacers de toucher du doigt le titre en 2000. La franchise de l’Indiana atteint les Finales NBA mais s’incline face au duo Kobe-Shaq des Lakers.

S’ils continuent encore quelques saisons à aller à coup sûr en Playoffs, les Pacers ont laissé passer leur chance. L’arrivée de Jermaine O’Neal apporte un vrai plus, mais Reggie Miller n’est plus tout jeune et la dynamique positive s’estompe lors de la saison 2006-07. Il faut basculer en mode reconstruction pour les Pacers.

Autour de Paul George de représenter les Pacers

Tout d’abord en s’appuyant sur Danny Granger. Puis avec l’émergence d’une nouvelle génération symbolisée par Paul George et Roy Hibbert. Avec le soutien de David West ainsi que Lance Stephenson et George Hill, les Pacers de l’Indiana se remettent à rêver. Et les séries acharnées face au Heat trois saisons de suite – toutes soldées par des défaites – laissent penser qu’il ne manque pas grand-chose à cette équipe entraînée par Frank Vogel. Malheureusement, Paul George se blesse gravement avec Team USA et le cap des Finales de Conférence à l’Est ne sont jamais dépassés.

Sans partir complètement en mode reconstruction de zéro, le groupe se renouvelle. Exit Hibbert, Hill ou encore West, place à Jeff Teague et Myles Turner. Puis poursuite du nettoyage avec le départ de Paul George pour confier les clefs du camion à Victor Oladipo. Qui se blesse lui aussi. Difficile d’avoir une vraie stabilité. Qui est le patron, autour de qui construire ? Domantas Sabonis ? Myles Turner ? Malcolm Brogdon ? Bref, on tâtonne pas mal aux Indiana Pacers.

Tyrese Haliburton, nouvelle rampe de lancement des Pacers

Mais aujourd’hui il semble clair que l’avenir est représenté par Tyrese Haliburton. Le meneur arrivé en 2022 dans l’Indiana en provenance des Kings (contre Domantas Sabonis) semble avoir les épaules pour être le franchise player. Il faut désormais l’entourer. Myles Turner – souvent dans les rumeurs de trade – devrait rester pour bétonner la raquette. Buddy Hield est là pour dégainer du parking et enfiler les perles 3 points. Le jeune Bennedict Mathurin apporte son dynamisme en sortie de banc. En attendant de glaner ses galons de titulaire ? T.J. McConnell reste solide pour la second unit. L’ensemble demeure léger pour permettre au coach Rick Carlisle de faire rivaliser l’équipe avec les cadors de la Conférence Est ou même simplement de la Central Division. Certes, les Detroit Pistons sont à la traîne et les Chicago Bulls ne font pas rêver non plus et peuvent être accrochés. Mais pour aller chercher les Milwaukee Bucks et les Cleveland Cavaliers, il va falloir encore un peu de patience pour les fans de la Gainbridge Fieldhouse. Franchement, on veut bien y croire pourtant. Si Tyrese Haliburton confirme son statut de All-Star et que Bennedict Mathurin réalise son potentiel, on devrait pouvoir gagner quelques matchs NBA dans l’Indiana.