Equipe de France

L’Equipe de France s’incline 87-82 face à Team USA en finale des Jeux Olympiques : sentiments partagés mais la fierté doit primer

Gregg Popovich Nando De Colo 7 août 2021

D’un côté tu te dis que t’aurais très bien pu en prendre 20, de l’autre tu te dis que, merde, cinq points c’est rien. Les détails les détails mais, par pitié, pas de regrets, juste de la fierté.

Source image : FIBA - TrashTalk

Que c’est dur. Toujours dur de revenir, à chaud, sur une finale perdue, de surcroit quand elle fut olympique, de surcroit face à Team USA, de méga-surcroit quand on échoue au final à cinq petits points. Sentiments partagés car on se dit que tout aurait pu être tellement pire, car on se dit que cinq points on s’en sort bien, mais car on se dit aussi que, finalement, tout se sera joué à tellement peu. Les détails, les détails.

Souriez, vous êtes vice-champions olympiques. Dès la fin de match la tristesse de Rudy Gobert contraste avec la fierté d’Evan Fournier. Un Vavane déçu bien évidemment, mais cette fois-ci pas de médaille dans la chaussette car cette défaite était certes évitable, comme n’importe quelle autre, mais elle est aussi l’exemple le plus parfait de la qualité de cette équipe de France. Une défaite de cinq points, face à une Team USA à 200% pendant 40 minutes car désormais l’EDF est respectée et attendue. Une défaite face à un extraterrestre déguisé en humain, un Kevin Durant au sommet de son art et estimez vous heureux d’avoir vu cet art en direct, même contre la France. Une défaite face à un Jrue Holiday pas loin d’être élu meilleur défenseur au monde par le grand jury, une défaite face à des Américains obligés de mettre la surmultipliée face à une équipe qui n’a jamais rien lâché.

Une intensité défensive INCROYABLE des Américains, symbolisée par ce duo de la mort composé de Bam Adebayo et Jrue Holiday, un duo qui avait fait des pick and roll français leur repas du jour. Tellement intenses que Nando De Colo ne prendra pas un seul tir de la première mi-temps, tellement intense que même le bateau d’Adrien Bart en double-fenêtre en sera freiné jusqu’à la quatrième place, tellement intenses que la seule solution française, ou presque, aura été d’envoyer de grandes (et belles) cloches vers Rudy Gobert, lequel se chargera avec délice de convertir tout ça en première mi-temps. Moustapha Fall et Timothe Luwawu-Cabarrot offrent également de belles entrées à la France, fort heureusement les Bleus voient dans le même temps les shoots cainris rebondir sur le cercle, seul Kevin Durant est alors dans le bon rythme et c’est un euphémisme (21 points à la mi-temps, 30 au final), et la France fait le yoyo, pas assez près pour prendre les devants mais pas assez loin pour ne plus y croire.

Les détails.

Les détails, voilà ce qui coûtera au final le match aux hommes de Vincent Collet. Quelques lancers ratés, un paquet même, mais doit-on vraiment en vouloir à un mec (initiales RG) qui a, en même temps, tellement donné, tellement pesé sur ce match ? Bref, on en reparlera. La défense américaine est en tout cas beaucoup trop solide et chaque panier français est accueilli tel un miracle mais la défense française, elle, s’oublie de temps en temps et c’est déjà beaucoup trop. Car Kevin Durant continue son festival, car Jayson Tatum lui emboite le pas, car Damian Lillard est moitié dégueulasse moitié Damian Lillard. L’écart monte alors à quatorze points en faveur des amerloques suite à un passage compliqué des Bleus, la Gaule est à une gaule de plier les gaules, mais une fois de plus les efforts sont faits côté France. Nico Batum avait beat the buzzer du troisième quart et Guerschon Yabusele entre à son tour son troisième tir primé, Evan Fournier et Nando De Colo jouent leur rôle de patron, en face ça tient le cap mais à quelques minutes de la fin du match l’invité surprise… Frank Ntilikina score de loin et la France revient à trois petits points, 73-70, et fait exploser les chaumières. Malheureusement Damian Lillard, Jrue Holiday et Jayson Tatum remettent un coup de turbo, le yoyo, encore, toujours, Franky sur une contre-attaque et Evan Fournier en mode sauveur de la patrie redonnent de l’espoir au peuple bleu mais, et on l’a vu passer pas mal de fois cette nuit sur réseaux : la pire des choses c’est l’espoir et deux énormes saucisses envoyées en mode alleluia par Evan et Frank finiront de tuer ce fameux espoir.

Car il manque un quelque chose à cette Equipe de France, un poil de quelque chose pour pouvoir non pas lutter car ils l’ont fait admirablement, mais pour… gagner, tout simplement. Il manque un Kevin Durant, sacré petit quelque chose, il y a ce fait établi que, quoiqu’on en dise, Team USA possède intrinsèquement plus de talent, il manque ces quelques lancers ratés, ces quelques ballons qu’ils n’aurait pas fallu perdre mais bon, on aimerait vous y voir. Au final Team USA s’imposera 87-82, dans un match géré comme de vrais patrons, une victoire qui échappe de si peu aux Français mais qui nous semble finalement… pas si cruelle, tant on on aura hurlé on s’en sort bien pendant deux heures.

Des Américains qui ont joué le jeu, qui ont respecté leurs adversaires, et qui repartent donc avec une nouvelle médaille d’or grâce, notamment, à un Kevin Durant sur le toit du monde. L’Equipe de France ? Elle DOIT repartir de Tokyo avec le sentiment du devoir accompli, à un an de l’Euro, à deux ans de la Coupe du Monde et à trois ans de Paris 2024, théâtre parfait pour prendre notre revanche. D’ici-là ? Pleurez car c’est humain mais, surtout, soyez fier, vous pouvez.

stats France Team USA 7 août 2021 stats Team USA France 7 août 2021

8 Commentaires

8 Comments

  1. Goalfingers

    7 août 2021 à 8 h 13 min at 8 h 13 min

    La différence avec 2000, c’est que la on a joué les yeux dans les yeux, et que du coup, on est limite déçu de notre 2eme place, là ou en 2000, c’était comme ci on avait eu l’or.

    Bravo et merci aux bleus pour ces JO! C’est sure que l’on peut regretter les LF loupés par Rudy, la gestion Westbrookienne de Fournier sur certaines dernière possession, les pertes de balles stupides de Heurtel, la discrétion de Batum dans ce match…

    Moi ce que je vois c ‘est que l’on a bien réduit le gap entre l’Europe et les USA!

    Et n’oublions pas que l’on a 2 générations dorée qui arrivent! Hayes, Maledon, Doumbouya, Wenbayema… Gobert, Fournier et Batum seront toujours là à l’euro et dans 3 ans et passeront le flambeau au meilleur moment, lors de nos JO!

    Ce résultat est loin d’être un exploit, c’est le résultat d’années d’amélioration du basket Français, et cet engouement n’est pas un feu de paille comme on aurait pu le craindre à la retraite de TP!

    On a pas fini de voir des « Smash », d’être coupé à 10 secondes de la fin d’un match serré pour de la natation synchronisé et d’entendre que « Devin Booker, joueur du Miami Heat… » sur France 2,croyez moi!!!!!

    Et avec Wenbanyema ailier, on pourra toujours dire qu’en 2021 à Tokyo lorsque l’on jouait avec Fall, et Gobert sur le terrain, on jouait Small Ball!! Les USA on intêret à reformer des vrais pivot solide s’ils veulent suivre!!

  2. Pag

    7 août 2021 à 8 h 19 min at 8 h 19 min

    C’est beau comme du Baudelaire et la dernière phrase m’aura arraché une larme. Bien joué les bleus!

  3. Alceste Poquelin

    7 août 2021 à 8 h 51 min at 8 h 51 min

    Putain… Défaite au gout amer. Mais faut pas que ça occulte le superbe tournoi qu’ont fait les français. Bravo les petits gars et rendez vous dans 3 ans à domicile. On aura notre revanche et on tapera les ricains en Finale, comme le foot en 98. Bravo les petits gars.

    • Brifisafax

      8 août 2021 à 10 h 28 min at 10 h 28 min

      Que c’est beau l’optimisme français

  4. Yanki

    7 août 2021 à 10 h 06 min at 10 h 06 min

    « Ces quelques ballons qu’il n’aurait pas fallu perdre »? Ils en ont perdu un peu trop pour gagner plutôt. Au moins la moitié sont plus lié à une erreur indiv qu’a une bonne défense des US. Pour le reste ils se sont bien battus. Et fier de leur parcours

  5. lorenzol

    7 août 2021 à 10 h 33 min at 10 h 33 min

    J’ai plus souvent pensé qu’on finirait à-15 qu’à -3 ou à +2 donc belle peff face à des All-•Stars NBA qui ennfin de tournoi comment à bien jouer ensemble surtout en défense.
    Mais y a cette sensation que si… et si… ça pouvait passer. Donc aussi de la déception.
    Dans 3 ans avec un Theo Maledon au sommet et un Victor W plus epais et adulte, on peut viser l’or.

    • Brifisafax

      8 août 2021 à 10 h 31 min at 10 h 31 min

      C’est bien de penser aux futurs joueurs français qui pourraient faire quelque chose mais du coté américain c’est pareil

    • Brifisafax

      8 août 2021 à 10 h 34 min at 10 h 34 min

      Viser oui mais en face ils vont pas se tourner les pouces d’ici la il peut avoir encore du beau monde

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top