Timberwolves

Preview des Minnesota Timberwolves 2021-22 : malgré l’agitation chronique, la meute de Loups est-elle enfin prête pour les Playoffs ?

Anthony Edwards 9 novembre 2020

Allez les gars, il est l’heure de devenir compétitif.

Source image : YouTube

C’est assez triste à dire mais la Wolves Nation est depuis un bon moment contrainte de voir sa preview tomber dans la première moitié des fameux 30 jours. Et encore une fois, cette saison ne dérogera pas à la règle. Anthony Edwards est venu se greffer au duo Towns-Russell pour former un Big 3 prometteur… mais est ce que cela suffira à la bande à KAT pour enfin revenir en Playoffs ? Ant-Man fera-t-il mentir ceux qui lui ont préféré LaMelo Ball pour le titre de ROY ? Kevin Garnett sera-t-il enfin respecté par la franchise qui ne serait rien sans lui ? Quelle direction prendra le management sans Gersson Rosas ? Allez, on vous preview tout ca.

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Loups, c’est par ici !

Ce qu’il s’est passé la saison dernière

Un changement de coach, le rachat de la franchise par l’ancienne star du base-ball Alex Rodriguez, du drama avec Kevin Garnett, des blessures et du Covid à tout va avec en prime la suspension de Malik Beasley, le licenciement tout chaud de Gersson Rosas, tout ça nous donne une saison à la fois prometteuse et… so Wolves. Bref la saison 2020-2021 fut « classique » du côté de Minneapolis : mouvementée et WTF. Le bilan global reste une campagne de nouveau en-deçà des attentes, qui s’est terminée à la treizième place de l’Ouest avec un bilan bien cheum de 23 victoires pour 49 défaites. La saison des Wolves a néanmoins été séparée en deux périodes avec le All-Star Week-end en guise de mi-temps. Le bilan des Loups était ainsi de 7 victoires pour 29 défaites (dont une série de 13 revers en 14 rencontres juste avant le match des étoiles) à la pause et de 16-20 en seconde mi-temps, une nette amélioration qui donne de quoi espérer pour l’avenir. On retiendra surtout la progression continue et les highlights d’Anthony Edwards, les belles séquences défensives proposées par Jaden McDaniels et la confirmation de Malik Beasley au milieu d’un effectif jeune qui n’arrête pas de courir. Pour finir, petite touche nostalgie avec la famille Saunders qui n’est désormais plus présente dans le Minnesota après le décès du père en 2015 et le départ du fils coach en février, puis l’habituel bail WTF avec l’éviction hier du GM Gersson Rosas. L’occasion pour les Wolves d’enfin tourner la page Lottery et d’ouvrir le chapitre Playoffs ?

Minnesota Timberwolves, le bilan 2020-21 : un crack est arrivé pour épauler Karl-Anthony Towns, « et c’est déjà pas mal »

Quelques liens utiles 

Le marché de l’été

  • Ils sont partis : Ricky Rubio, Jarrett Culver, Juan Hernangomez, Glen Taylor et Gersson Rosas
  • Ils ont re-signé : Jordan McLaughlin, Jarred Vanderbilt
  • Ils arrivent : Alex Rodriguez et Marc Lore, Patrick Beverley, Taurean Prince, Leandro Bolmaro, Nathan Knight (two-way) et McKinley Wright IV (two-way)

Les plus gros mouvements de l’intersaison chez les Wolves sont venus des… bureaux, puisque le duo Rodriguez – Lore a acheté la place de proprios à Glen Taylor. Le tandem vient du coup de prendre sa première grosse décision en virant le GM Gersson Rosas, qui voit son ancien bras droit Sachin Gupta lui succéder par intérim. Pour ce qui est de l’effectif, Ricky Rubio quitte la franchise une seconde fois, cette fois-ci pour rejoindre Cleveland en échange de Taurean Prince. L’ailier-fort vient ramener son jeu de 3&D bien complémentaire avec le gros chat. Avant d’être gentiment dégagé de la franchise, Rosas avait été séduit par les belles séquences de Jordan McLaughlin et Jarred Vanderbilt et les avaient donc tous les deux prolongés sur trois ans. Les Wolves ont par contre abandonné le projet Jarrett Culver pour privilégier l’expérience et la défense de Pat Beverley, qui prendra donc la place de Rubio en tant que daron de la mène.

Le roster

  • Meneurs : D’Angelo Russell, Patrick Beverley, Jordan McLaughlin, McKinley Wright IV (two-way)
  • Arrières : Malik Beasley, Jaylen Nowell, Leandro Bolmaro
  • Ailiers : Anthony Edwards, Josh Okogie, Jake Layman
  • Ailiers-forts : Jaden McDaniels, Taurean Prince, Jarred Vanderbilt
  • Pivots : Karl-Anthony Towns, Naz Reid et Nathan Knight (two-way)

En gras les starters potentiels, selon les fameuses sources proches du dossier.

On a ici un effectif jeune qui aime courir mais dont la majorité des joueurs semble spécialisée d’un côté du terrain. Ainsi, le cinq majeur attendu, mené par la triplette Russell-Edwards-KAT devrait autant cartonner en attaque qu’il se fera cartonné en défense tandis que le cinq de back-ups mené par la triplette Beverley-Okogie-McDaniels va autant galérer à rentrer un panier que leurs adversaires directs. Chaque poste semble en tout cas bien équipé pour l’avenir. Pat Bev sera le papa de cet effectif jeune où on trouve du shoot à tous les niveaux et avec lequel Chris Finch devra faire attention à créer des line-ups cohérents et efficaces, et il y a largement de quoi faire.

Le petit point du banquier

wolves salaires 2021-2022

Source : basketball-reference

La banque de Minneapolis est plutôt bien remplie mais c’est assez logique. Le contrat supermax du gros chat est logique et mérité mais les 30 millions par an de son meilleur pote font mal pour l’instant. Les 15 patates de Malik Beasley, les 10 de Ant-Man, les 5 de Josh Okogie et les 2 de Jaden McDaniels pourraient bien s’avérer être des steals à l’avenir pour les Loups mais attention, surtout, à l’intersaison 2022 des louveteaux qui, grâce aux contrats expirants de Pat Beverley, Taurean Prince et Jake Layman, libéreront plus de 30 millions, ce qui pourrait bien faire de la place pour un joli free agent l’été prochain.

Pour l’analyse complète des finances des Wolves, c’est par ici

Les tips TTFL

On a beau être dans la partie basse du classement, les Wolves seront être très hauts dans le classement des meilleures équipes à prendre en TTFL. Entre Anthony Edwards qui pourrait bientôt faire monter ses scores aussi hauts que lorsqu’il monte écraser des tomars ou le KAT qui peut claquer des 30-20 sur n’importe quel intérieur de la Ligue, vous serez servis. Et puis D’Angelo Russell et Malik Beasley sont aussi capables de claquer des matchs à 40 points ou plus sur des coups de chaud. Attention cependant, on pickera chez eux cette saison mais on pourrait également souvent choisir leurs opposants d’un soir, qui se feront probablement un festin de loup dans leur tanière, notamment à l’intérieur.

Les bons plans TTFL chez les Wolves, c’est par ici

Le paragraphe du Doc

Quand on s’intéresse à l’infirmerie du Minnesota la saison dernière, 4 noms ressortent. Malik Beasley, pour commencer, a connu une saison très compliquée. Après avoir purgé ses douze matchs de suspension fin février, il rate les vingt-trois derniers matchs de la saison suite à une déchirure de grade trois aux ischio-jambiers gauches. Il serait aujourd’hui bien remis et devrait être présent dès le camp d’entraînement. Karl-Anthony Towns, quant à lui, a souffert d’une subluxation périlunaire du carpe gauche (luxation partielle d’un petit os du poignet). Il ne manque que six matchs et revient avec un plâtre : alors qu’on peut compter habituellement sur six à huit semaines d’absence, il a préféré revenir plus vite, malgré un poignet déjà fragilisé par une fracture en janvier 2020. En dehors d’une infection covid qui le prive de treize matchs, il ne connaît plus d’alerte, mais devra davantage écouter les médecins pour éviter de plus grosses blessures. On termine avec D’Angelo Russell, qui a manqué vingt-six matchs suite à une chirurgie arthroscopique du genou en février. Son cas est un peu plus préoccupant : il s’agit de la deuxième opération de débridement sur ce genou, ce qui n’est jamais rassurant pour un joueur encore jeune…

Continuer à progresser et tenter… d’accrocher le play-in ?

On le dit tous les ans, les Loups ont besoin de temps et montrent de belles choses. Sauf que c’est bien beau mais ça ne suffit pas. Il va désormais être temps de passer un réel step en jouant un peu plus longtemps que les 82 matchs de la saison régulière. Bien qu’ils soient de vrais bros, KAT et Russell ont encore moyen d’améliorer leur connexion sur le terrain en jouant plus de matchs ensemble, mais pour ça il faudra qu’ils résilient leurs abonnements à l’infirmerie. Malgré tout, D’Angelo et le chat vont en être à leur septième saison chez les grands et il serait temps de montrer qu’ils le sont eux aussi. Ant-Man et Jaden McDaniels devraient également progresser en capitalisant de leur expérience engrangée au cours de leur année rookie. L’arrivée de Taurean Prince permet pour sa part de finaliser un 5 majeur potentiel Russell-Beasley-Edwards-Prince-KAT, avec intronisation très probable de McDaniels en 4, qui semble complémentaire à ce délire. Jarred Vanderbilt pourrait même bien s’y glisser selon le match-up et les besoins tactiques, alors que le banc sera mené par de vrais pitbulls défensifs avec Pat Beverley et Josh Okogie, par des joueurs de devoir aussi (Reid), histoire de renforcer un cinq qui devrait tout de même pas mal galérer dans sa propre moitié de terrain. Patoche pourrait d’ailleurs bien être l’energizer providentiel qu’il fallait pour montrer l’exemple et pousser tout ce petit monde dans ses retranchements afin de passer un cap.  Chris Finch aura en tout cas eu une demi-saison et un été long de cinq mois pour trouver la bonne formule et maximiser ses bonhommes en construisant une vraie philosophie de jeu basée sur le fastbreak. Ils en ont de l’énergie à revendre ces louveteaux, et il serait enfin temps qu’ils la dépensent pour les bonnes raisons et un peu plus longtemps que d’octobre à avril.

Le pronostic du rédacteur

13èmes de l’Ouest avec 31 victoires pour 51 défaites. Ok les Loups ont progressé, mais le reste de la Conf’ Ouest aussi. On voit mal ces petits louveteaux être dans le top 10 de la conférence au vu du niveau proposé par les grosses cylindrées de la West Coast mais on ne sait jamais avec ces bêtes là. Anthony Edwards et Malik Beasley pourraient bien nous surprendre en montant encore leur niveau de jeu d’un cran, surtout le premier cité hein, mais on s’attend toujours à ce que la saison soit blindée de soucis à Minneapolis. Blessures, embrouilles, problèmes internes et persos… tout est bon pour ruiner la saison des Wolves et malheureusement, ils y échappent rarement.

On aimerait bien dire que cette saison sera enfin celle où la franchise de KAT va jouer plus de 82 rencontres mais ce n’est pas encore pour tout de suite. Attention tout de même au nouveau management qui pourrait se chauffer sur le dossier Ben Simmons, surtout quand on connaît sa connexion avec D-Lo qui date du lycée… et qui pourrait bien venir chambouler toute cette preview (encore) et la saison des Wolves. Enfin bref, que ce soit sur ou en dehors des parquets, les Wolves seront probablement, comme d’habitude, l’une des équipes à suivre cette année.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top