One-on-One

Le Top 30 des plus grandes bouches en NBA : Lance Stephenson (#8) !

LeBron James Lance Stephenson

Lance Stephenson a atteint un niveau exceptionnel sur les terrain l’an passé chez les Pacers : il a aussi cartonné dans le blabla, en espérant qu’il envole le tout à Charlotte !

Trente jours, trente bouches, trente perles ! Pendant tout le mois d’Août, retrouvez le classement des plus grandes gueules de la NBA et leurs créations tout au long de leur carrière. Un festival qui se basera sur la crédibilité des joueurs et permettra de décerner le trophée de meilleur parleur le 1er Septembre. Vingt-troisième étape new-yorkaise aujourd’hui, puisque c’est Lance Stephenson qui vient représenter Brooklyn !

La question mérite d’être posée, mais la réponse semble évidente d’avance : quel joueur a le plus fait parler de lui la saison passée, de la régulière aux PlayOffs, hormis Lance Stephenson ? L’ex-membre des Pacers a réalisé une campagne exceptionnelle, dans tous les registres possibles et imaginables, devenant en quelques mois une sensation sur les réseaux sociaux et un joueur respecté dans les coulisses. Son nouveau contrat chez les Hornets devrait le propulser au All Star Game s’il se concentre sur le jeu, lui qui a déjà eu droit à plusieurs remarques. Sérieusement, comment voulez-vous qu’on oublie un mec qui s’auto-proclame Born Ready et qui s’est déjà fait rappeler à l’ordre par Larry Bird ainsi que Michael Jordan sur son blabla ? Deux des plus grandes légendes du trashtalking qui vous disent de vous calmer ?! On touche au paradis des fous, le panthéon de la punchline, la crème des beaux parleurs. Stephenson, c’est Brooklyn de la tête aux orteils en passant par la bouche : des kilos de confiance en veux-tu en voilà, une capacité exceptionnelle à s’en foutre royalement, et le pouvoir de répondre aussi bien balle en main que micro en poche. C’est bien simple : s’il avait été choisi pour participer au dernier All Star Game, sa place dans le Top 5 serait aveuglément assurée. On ne pouvait pas passer à côté de Lance si on suivait la NBA la saison passée. Trop de déclarations choquantes, de promesses, de bastons, d’actions dont lui seul est capable. Alors que beaucoup de joueurs ont tendance à baisser leur froc devant le Heat de LeBron, y compris certains de ses coéquipiers, Lance deviendra le casse-couilles numéro 1 des fans de Floride et réalisera la meilleure série parmi les membres des Pacers en Finale de Conférence Est. Je parle, j’assume, et je réponds sur le terrain.

“Dwyane Wade ? Ses genoux sont foutus, faut que je les fasse exploser en restant agressif. Maintenant c’est que du basket, si je le croise dans la rue je ne vais pas lui foncer dessus. On a tous les deux un objectif, et on laissera personne barrer notre route. Donc j’ai aucun soucis avec eux, maintenant sur le terrain j’ai pas de potes en face de moi.”

Toutes les cases ont été cochées par Lance en quelques mois. Toutes ! Accrochez-vous, car ça va aller très vite. Un peu comme dans la tête de l’intéressé finalement, ou sur les menus proposés par Philippe Etchebest. L’apéro, c’est comme l’échauffement : on danse pour ouvrir l’appétit, on s’étire bien comme il faut pour ne pas se faire mal et on passe voir tout le monde pour dire bonjour. Comme ça, aucun soucis avant de passer à table. L’entrée doit être variée et peu calorique : on se lave les mains, on évite de jouer avec les copains, et on met sa serviette autour du cou. Quand c’est servi, on peut attaquer l’assiette, mais pas comme un vandale ou un mal élevé ! Ce n’est pas parce qu’on aime la carotte, voir même les carottes au pluriel, qu’il faut en abuser. Si vous avez aimé, partagez votre émotion avec vos voisins. Pas la peine de s’énerver pour un bout de pain volé, normalement y’en a pour tout le monde. Un plat principal classique fera ensuite l’affaire, attention à ne pas vous étouffer en allant trop vite ! Laissez les gens aller à leur rythme, sans les brusquer ou en s’incrustant carrément dans leur assiette. Bien évidemment, concluez le tout par un joli dessert et digérez comme il faut avec un bon verre offert par J.R. Smith. C’est comme ça la vie chez Lance Stephenson, tout en couleur et en intensité. Un bon vivant qui fait ce qu’il veut, quand il veut, où il veut et avec qui il veut.

https://s3.yimg.com/bt/api/res/1.2/NI2TrI9zydsUS8UYjt0Big--/YXBwaWQ9eW5ld3M7Zmk9ZmlsbDtoPTQyMTtweG9mZj01MDtweW9mZj0wO3E9NzU7dz03NDk-/http://media.zenfs.com/en_US/Sports/USA_Today/20140326_jcd_bl4_192-ca1654a660091d0cdca9ac77dbe93339

(Source : Sports Yahoo)

Sur le terrain, même ses feintes ont créé des débats plus endiablés que jamais, et il n’y a pas une seule équipe qui n’a pas voulu décapiter le jeune homme en rencontrant sa route la saison passée. Des triples-doubles à foison, en célébrant droit devant votre banc, avec un large sourire à vous donner des envies de meurtre et sans la moindre conscience de ses actes. Pour ceux qui se demandent d’ailleurs d’où vient ce tempérament, ne croyez pas que c’est venu comme ça d’un jour à l’autre : à 13 ans, il rentrait droit dans O.J. Mayo pour lui montrer que les starlettes il en mange tous les matins. Des claques qui lui ont permis de devenir le meilleur scoreur de l’histoire des lycées dans l’état de New York…! Pas mal pour une tête à claque non ? Même la WWE en a fait son héros, et quand on criait quotidiennement qu’on voulait le voir exploser le All Star Game, le phénomène faisait sa pub tout seul de son côté. Non, vraiment, c’est trop… Client quatre étoiles pour le psy TrashTalk, bras droit de Kemba Walker désormais à Charlotte, il ne reste plus qu’une participation au match des étoiles pour placer Lance dans notre Hall of Fame. Allez, encore un tout petit effort…!

Au final, la note qui lui est attribuée prend en compte sa saison en tout point exceptionnelle, sa réussite chez les Pacers, ses progrès dans tous les compartiments du jeu, sa présence régulière chez le Psy, sa performance globale face au Heat sur le terrain comme en dehors, mais aussi son absence du All Star Game et l’explosion des Pacers en fin de saison. Crédibilité : 77%.

Rappel : ce classement ne représente pas l’avis de toute la rédaction, ni celui de Gary Payton, Président du Syndicat TrashTalk. Il ne concerne que les joueurs qui évolueront en NBA la saison prochaine.

#30 : Mario Chalmers (ici)

#29 : Draymond Green (ici)

#28 : Brandon Jennings (ici)

#27 : Tyson Chandler (ici)

#26 : John Wall (ici)

#25 : Carlos Boozer (ici)

#24 : Carmelo Anthony (ici)

#23 : Serge Ibaka (ici)

#22 : Rajon Rondo (ici)

#21 : Dwyane Wade (ici)

#20 : James Harden (ici)

#19 : J.R. Smith (ici)

#18 : Isaiah Thomas (ici)

#17 : David West (ici)

#16 : DeMarcus Cousins (ici)

#15 : Zach Randolph (ici)

#14 : LeBron James (ici)

#13 : Patrick Beverley (ici)

#12 : Taj Gibson (ici)

#11 : Chris Paul (ici)

#10 : Andrew Bogut (ici)

#9 : Matt Barnes (ici)

Source image : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top