Equipes

Preview des Sacramento Kings 2021-22 : enfin la bonne année pour accrocher les Playoffs… ou record de la honte à venir ?

kings

On mise sur la deuxième option.

Source image : NBA League Pass

15. Cela fait 15 saisons que les Kings n’ont pas goûté à l’ambiance des Playoffs. Une éternité, et un record (égalé) dans la NBA actuelle. Chaque année, on essaye de trouver des raisons crédibles pour envisager un retour de Sacramento parmi les équipes qui comptent dans la Conférence Ouest et chaque année, les Kings trouvent de nouveaux moyens pour décevoir leurs fans. Est-ce que la saison 2021-22 peut être différente des précédentes ? Est-ce que la victoire lors de la Summer League est un signe annonciateur de grandes choses à venir dans la capitale californienne ? Est-ce que Luke Walton est sur le point de devenir Coach de l’Année (lol) ? C’est le moment de se poser pour tenter de répondre à ces questions.

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Kings, c’est par ici !

Ce qu’il s’est passé la saison dernière

Vous vous souvenez de la belle campagne 2018-19 quand on pensait que les Kings étaient enfin sur le bon chemin ? Avec l’arrivée du COVID et les résultats de Sacramento depuis, on a l’impression que c’était il y a une éternité. 31 victoires pour 41 défaites lors de la saison 2019-20, idem l’année dernière. Pas vraiment la trajectoire espérée par les fans de Sacramento, qui ont enchaîné les journées portes ouvertes ainsi que les tours de montagnes russes en 2021, jusqu’à en vomir. Dix défaites en quinze matchs pour bien commencer la saison, puis une très belle éclaircie avec sept succès en huit rencontres, puis neuf revers consécutifs à cause de la #TrashTalkCurse, voici comment s’est déroulée la première partie de saison des Kings. Et la deuxième fut assez similaire, avec quelques hauts et de gros bas dans la plus pure tradition de la franchise de Sacramento, finalement 12e de l’Ouest. Pas de Playoffs évidemment, pas de Play-in tournament non plus, bref la lose. Cependant, malgré un bilan encore une fois assez pourrave, la campagne des Kings a offert son lot de satisfactions qui permettent aux pauvres fans de Sactown de tenir le coup : Tyrese Haliburton évidemment, auteur d’une pure saison rookie et steal de la Draft NBA 2020, mais aussi De’Aaron Fox, qui continue de monter sérieusement en puissance après sa grosse extension signée l’an passé. Mention aussi pour le pivot Richaun Holmes, auteur de sa meilleure campagne en carrière. Quant à Marvin Bagley III, comment dire… on préfère ne rien dire en fait.

Pour un bilan complet des Kings 2020-21, c’est par ici.

Quelques liens utiles

Le marché de l’été

  • Ils sont partis : Delon Wright, Justin James, Kyle Guy
  • Ils ont re-signé : Richaun Holmes, Terence Davis, Maurice Harkless
  • Ils arrivent : Davion Mitchell, Neemias Queta, Tristan Thompson, Alex Len

Le marché de l’été fut assez calme chez les Kings, même si ces derniers ont parfois été impliqués dans les rumeurs de transfert concernant Ben Simmons. Pas de blockbuster deal en vue cependant, alors on devrait repartir avec une équipe qui ressemble pas mal à celle de l’an passé. Le gros point positif de l’intersaison, c’est l’extension de contrat du pivot Richaun Holmes, auteur d’une belle campagne et prolongé pour 46 millions de dollars sur quatre ans. Un excellent deal pour Sacramento alors que plusieurs franchises étaient sur le coup. En parlant du secteur intérieur, on note aussi l’arrivée de Tristan Thompson (Delon Wright a été sacrifié en échange) et le retour en grâce (ou pas) d’Alex Len. Toujours au rayon des arrivées, comment ne pas mentionner celle de l’arrière Davion Mitchell, Défenseur de l’Année 2021 en NCAA et champion universitaire. On ne l’attendait pas forcément aux Kings vu que le backcourt californien comportait déjà De’Aaron Fox, Tyrese Haliburton et Buddy Hield, mais Sacramento a décidé de miser sur lui avec son neuvième choix à la dernière Draft.

Le roster 2021-22 des Kings

  • Meneurs : De’Aaron Fox, Davion Mitchell
  • Arrières : Tyrese Haliburton, Terence Davis, Jahmi’us Ramsey
  • Ailiers : Buddy Hield, Maurice Harkless, Robert Woodard II, Louis King (two-way)
  • Ailiers-forts : Harrison Barnes, Marvin Bagley III, Chimezie Metu
  • Pivots : Richaun Holmes, Tristan Thompson, Alex Len, Damian Jones, Neemias Queta (two-way)

En gras les starters potentiels, selon les fameuses sources proches du dossier

Avec l’embouteillage qu’on retrouve sur les lignes arrières, Luke Walton aura quelques choix à faire. Le coach des Kings a testé plusieurs combinaisons la saison dernière, pas toujours pour le bien des Kings. Si l’axe De’Aaron Fox – Richaun Holmes est un lock, on a hâte de voir comment Walton va gérer le reste. L’an passé, au cours des premiers matchs, on avait eu droit à un trio Buddy Hield – Harrison Barnes – Marvin Bagley III sur les postes 2-3-4, avec Tyrese Haliburton en sortie de banc. Le rookie cartonnant assez vite, il avait obtenu sa place dans le cinq en plein milieu de la saison, profitant notamment de la blessure de MBIII. C’est à ce moment-là qu’on a pu observer le cinq que l’on mentionne juste au-dessus, avec Fox, Haliburton et Hield tous les trois titulaires, Barnes en 4 et Holmes en 5. On voit bien ce lineup commencer la saison chez les Kings (désolé Marvin Bagley III), avec le rookie Davion Mitchell – co-MVP de la Summer League – qui sort du banc pour apporter un coup de boost en matière d’intensité et de défense. Terence Davis, prolongé à l’intersaison, pourra lui amener ses qualités de sniper au sein de la second unit, tandis que Tristan Thompson et Alex Len assureront la rotation sur le poste de pivot. Voilà pour nos petites prédictions, prédictions qui pourraient vite être périmées si des joueurs comme Hield, Barnes ou Marvin Bagley III quittent les Kings via un trade.

Le petit point du banquier

Pas de gros contrats toxiques mais tout de même une masse salariale à 130 millions de dollars (c’est-à-dire pas loin de la luxury tax) avec la prolongation XXL de De’Aaron Fox l’an passé (elle rentre officiellement dans le tableau du comptable à partir de cette saison), et le duo Buddy Hield – Harrison Barnes qui pèse plus de 40 millions de billets verts. Pour une équipe qui devrait une nouvelle fois galérer pour atteindre les Playoffs, on peut dire que c’est pas top comme combinaison. Un dossier à surveiller, celui de Marvin Bagley III. Pas vraiment en odeur de sainteté à Sacramento, le joueur qui a été sélectionné avant Luka Doncic (désolé) peut devenir agent libre restrictif en 2022.

Pour l’analyse complète des finances des Kings, c’est par ici

Les tips TTFL

Chez les Kings, en TTFL, l’option numéro un se nomme bien évidemment De’Aaron Fox. Le Renard a franchi un gros cap en matière de statistiques la saison dernière, tournant à plus de 25 points et 7 passes décisives de moyenne à quasiment 48% de réussite au tir. On n’est pas encore sur un pick premium, mais Fox représente une possibilité de plus en plus sérieuse quand il s’agit de faire son choix à 22h. L’avantage avec les Kings aussi, c’est qu’on a très souvent des scores bien élevés, ce qui booste évidemment les points TTFL. Ainsi, Buddy Hield peut parfois lâcher des gros scores, tandis que Richaun Holmes peut être une option envisageable quand c’est vraiment la dèche. On gardera un œil aussi sur le très prometteur Tyrese Haliburton, qui a déjà montré qu’il pouvait noircir les feuilles de stats.

Les bons plans TTFL chez les Kings, c’est par ici

Le paragraphe du Doc

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Sacramento la saison dernière, quatre noms ressortent. Harrison Barnes, pour débuter par un cas peu inquiétant, a manqué les onze dernières rencontres de la saison pour une tension aux adducteurs gauches. Tyrese Haliburton a fait pour sa part trois séjours rapides à l’infirmerie : une contusion au poignet gauche, une douleur au mollet gauche et une hyperextension du genou gauche, qui l’a privé des huit derniers matchs. Marvin Bagley a également connu une saison compliquée : après deux matchs manqués pour une tension au mollet gauche, il ratera les vingt-deux derniers matchs pour une fracture du quatrième métacarpien de la main gauche. Richaun Holmes, enfin, a manqué dix rencontres sur la saison : cinq matchs pour des douleurs au genou droit et cinq pour une tension aux ischio-jambiers. Pour conclure, on peut aborder rapidement les cas de Tristan Thompson et De’Aaron Fox, tous les deux terrassés par une infection Covid, qui les a privé de treize matchs chacun.

Est-ce la dernière saison de Luke Walton sur le banc des Kings ?

Pas vraiment convaincant depuis qu’il a pris place sur le banc des Kings en 2019, Luke Walton est pourtant toujours là. Son supérieur Monte McNair – président des opérations basket de Sacramento depuis 2020 – semble lui faire confiance pour guider son projet. À force de virer des coachs chez les Kings avant la fin de leur contrat, McNair mise sur la continuité, bien que celle-ci soit pour l’instant synonyme de médiocrité. Mais ce n’est pas pour autant que le fils de Bill possède le collier de l’immunité dans la capitale californienne. Au contraire. Cette année, les Kings doivent faire mieux que les deux saisons précédentes et au moins se rapprocher du play-in tournament. Pour ça, il va falloir éviter les gros passages à vide où on a l’impression que le message de Walton ne passe pas du tout, des passages à vide bien trop nombreux pour espérer survivre dans la terrible conférence Ouest. Des passages à vide symbolisées surtout par un manque criant d’intensité défensive auquel le coach a du mal à remédier. Comme dit précédemment, Luke devra aussi trouver la bonne formule pour maximiser un roster qui n’est certes pas forcément équilibré mais qui possède tout de même du talent. Peut-être que cet effectif bougera en cours de saison et si c’est le cas, ça demandera aussi des qualités d’adaptation à Walton, lui qui bricole pas mal depuis son arrivée. Bref, la saison à venir sera importante pour Luke Walton. Si on assiste à une nouvelle campagne sans saveur, on se dit que son siège pourrait vite devenir éjectable. Sans être parfait, Monte McNair a réalisé quelques bons coups (la draft d’Haliburton, la prolongation de Holmes) depuis sa prise de fonction à la tête des Kings, à Walton de prouver qu’il est l’homme de la situation pour traduire ça sur les parquets et ainsi aider Sacramento à retrouver le chemin du succès. Honnêtement, on a quelques doutes ici.

Le pronostic du rédacteur

35 victoires – 47 défaites. 12e de la Conférence Ouest. Parce qu’on aime bien nos amis fans de Sacramento et qu’on a un peu pitié d’eux, on a bien envie de mettre les Kings dans un des spots pour le play-in tournament afin de pouvoir croire – au moins un peu – à une place en Playoffs. Mais au final, on voit mal Sacramento réaliser de vrais progrès en matière de résultats cette saison et se mêler à la course pour la postseason, eux qui vont devoir se coltiner une sacrée division (Lakers, Clippers, Warriors, Suns). Si le Thunder, les Rockets et les Spurs semblent destinés à squatter les bas-fonds de la Conférence Ouest, les autres formations regardent toutes vers le haut. Les Kings risquent de se retrouver en concurrence avec des équipes comme les Pelicans et les Wolves pour l’un des derniers spots en play-in, et on n’a pas vraiment de grosses raisons de miser sur Sactown dans l’état actuel des choses.

Vous l’avez compris, la série de 15 saisons consécutives sans Playoffs semble destinée à continuer pendant au moins une année supplémentaire pour la franchise de Sacramento. Si ça arrive, les Kings décrocherait le record all-time de la NBA, eux qui sont aujourd’hui à égalité avec les Clippers (1976 à 1991). Pas vraiment le meilleur moyen pour rentrer dans les livres d’histoire de la Grande Ligue. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top