TrashTalk Award

TrashTalk Award – S04 E03 : les fratries Jokic et Morris se castagnent, ne manquent que les Lopez pour un plan à 3

Lopez-du-63

Beaucoup de baston au programme pour cet épisode.

Source image : YouTube

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par Devin Booker le berceur de ces bébés.

Candidat # 1 : L’arbitre Kevin Scott traite les Hawks de pleureuses

Désireuse de voir les scores fleuves et les arrêts de jeu aussi longs que le premier confinement s’arrêter, la NBA a modifié ses règles. Désormais, la ligue souhaite de plus en plus faire la part belle à la défense, et ne plus siffler les contacts qui seraient provoqués au détriment du jeu par les attaquants, ce qui donne moins de lancers-francs, et donc d’arrêts de jeu, vous l’aurez deviné. Trae Young est l’un des joueurs les plus impactés par ces nouvelles règles et va de moins en moins sur la ligne des lancers, ce qui a d’ailleurs tendance à agacer la Chupa Chups. Le meneur des Hawks réalise un moins bon début de saison que ses précédentes campagnes, et cela semble l’agacer parfois sur le terrain, lui qui a l’habitude de réclamer avec véhémence certains coups de sifflet. Dans son sillage, ce sont parfois tous ses coéquipiers qui craquent avec lui, et comme face aux Suns, cela peut leur jouer des tours. Ce n’est pas Kevin Scott, l’arbitre de la rencontre, qui dira le contraire.

« L’arbitre Kevin Scott a mimé un bébé qui pleure en direction du banc des Hawks »

Avant de poursuivre, on doit bien reconnaitre qu’il est assez grandiose de voir un tel tweet publié par un certain Kevin Chouinard, le concours de circonstances est plutôt incroyable ici. Mais revenons à nos moutons, dans ce match, les Hawks ont dilapidé une avance de 12 points et ont finalement perdu le match ainsi que leurs nerfs face au dernier finaliste NBA. Peut-être que l’arbitre intimait ici l’ordre aux Faucons d’arrêter de pleurnicher, ou justifiait – à sa façon – la technique que venait juste de prendre Trae Young. Dans tous les cas, si même les arbitres s’y mettent, on va devoir créer une nouvelle rubrique du TTA spécialement pour les refs.

Candidat # 2 : Joel Embiid salue les fans des Bulls

Tiens, ça faisait longtemps qu’on n’avait pas aperçu Joel Embiid dans cette rubrique (bon en réalité, ça fait un seul épisode, mais pour lui ça fait long), l’affront va donc pouvoir être réparé ici. Un match au sommet de la Conférence Est, à Chicago, entre deux potentiels contenders ? Il n’en fallait pas tant pour le pivot camerounais. Alors que les Sixers faisaient la course en tête dans les ultimes minutes de ce match, il fallait toutefois se méfier du potentiel retour des Taureaux dans un United Center chauffé à blanc. Mais avec 5 points de retard à une vingtaine de secondes de la fin, la chose semblait compromise. Elle l’a été d’autant plus lorsque Jojo Embiid a décidé de crucifier tout ce beau monde d’un shoot du parking.

En observant bien, vous pouvez remarquer un double trashtalking de la part du pivot de Philadelphie. Tout d’abord, le fameux « shrug » que Michael Jordan avait fait face aux Blazers de Clyde Drexler en 1992 lors du Game 1 des Finales (d’ailleurs, ce match a tout simplement été baptisé le « Shrug Game »). Alors que MJ était chaud derrière l’arc, même lui semblait ne pas comprendre ce qu’il se passait. Embiid a reproduit ce geste dans l’antre de la légende. Avant de saluer la foule chicagoane à plusieurs reprises en disant « Bye-bye ! », leur souhaitant un bon retour à la maison après avoir enterré tous leurs espoirs de victoire. Un tir deux buts de la part du pivot, qui devrait très vite réapparaître dans cette rubrique.

Candidat # 3 : les frères Jokic et les frères Morris (avec Jimmy Butler en guest) veulent la bagarre

Désormais, nous allons ouvrir une parenthèse plutôt axée sur l’échange de gnons. Pour re-situer le contexte, Markieff Morris a d’abord envoyé ses avant-bras dans Nikola Jokic, avant que ce dernier ne réponde en lui faisant une attaque bélier, laissant l’aîné des frères Morris au sol de longues minutes. Mais intéressons-nous plutôt aux échanges verbaux qui ont eu lieu entre les différentes parties, et un invité de marque en la présence de Jimmy Butler, qui semblait inviter le Joker à le retrouver à l’abri des regards pour se donner des coups de front dans l’entrepôt désaffecté le plus proche, et qui a même ramené ses coéquipiers devant le vestiaire des Nuggets pour confronter le pivot Serbe, obligeant la sécurité à intervenir.

« Ramène toi ! Ramène toi ! Ramène ton cul plus loin ! Allons régler ça »
Jimmy Butler fulmine après la vilaine faute de Nikola Jokic sur Markieff Morris.

C’est tout de même assez drôle de savoir qu’il était possible de vraiment en découdre quelques secondes avant, et qu’il ait fallu attendre que 2 kilomètres, 25 policiers, 38 agents du GIGN et Thanos séparent Butler de Jokic pour qu’il veuille échanger des bouquets de phalanges avec le MVP en titre. Mais l’influence de Jimmy Buckets s’arrêtera à ça et au fait d’avoir ramené Bam Adebayo, Kyle Lowry et Dewayne Dedmon avec lui devant le vestiaire adverse (Tyler Herro ayant assez vite compris qu’il n’avait pas le physique adéquat). On se dit quand même qu’à force d’entourer toutes les dates dans son calendrier, l’agenda de Jimmy Butler doit ressembler à une partie de Tic-Tac-Toe.

« Il n’y a pas de place pour ce genre de sales coups dans notre sport. Je ne laisserai jamais quiconque faire ça à mes coéquipiers. Le 29 novembre ? J’ai déjà entouré cette date, ces gars feraient bien d’être prêts. »

Toutefois, sachez que la partie la plus intéressante est encore à venir. En effet, vous vous doutiez bien que l’autre frangin Morris n’allait pas rester de marbre en voyant son frère envoyé au tapis de la sorte. Jokic a effectivement envoyé son épaule dans la ganache de ‘Kieff alors que ce dernier ne regardait pas, et ce détail n’a pas plu au joueur des Clippers.

« Il a attendu que mon frère ait le dos tourné ? Très bien, c’est noté. »

Le prochain affrontement entre Nuggets et Clippers promet d’être savoureux, et il devrait effectivement y avoir du sport entre Jokic et l’autre frère Morris, et on ne serait pas surpris si les protagonistes venaient à s’échanger des mandales de cavistes. Toutefois, attention quand même car la NBA veille au grain, et a déjà distribué les mauvais points aux élèves perturbateurs.

Se mettre à dos la famille Morris n’est pas forcément la plus brillante idée du monde, mais se mettre à dos la famille Jokic non plus, car Nikola Jokic aussi a des frères du genre tête brûlée, tous biceps saillants, avant-bras de démonteur de manèges et tatouages sombres dehors, les frangins Jokic sont probablement en train de mettre un croc dans un zèbre vivant à l’heure actuelle, mais sachez qu’ils ont créé un compte Twitter juste pour l’occasion, et répondre à Marcus Morris.

« Tu devrais laisser couler ça, plutôt que de menacer publiquement notre frère. Ton jumeau a fait une sale action en premier. Et si tu veux aller encore plus loin, sache qu’on sera là pour t’attendre. De la part des frères Jokic. »

Vous avez perdu 20 de QI à la lecture de toutes ces lignes ? C’est normal, nous aussi. Quoi qu’il en soit, Il faudra penser à mettre tous ces personnages dans le prochain Tekken Tag Tournament, pour un 2 VS 2 de pure folie entre les familles Morris et Jokic ! On ramène les Lopez aussi ?

Candidat # 4 : Rudy Gobert et Myles Turner aussi, enfin presque…

Ici, on est beaucoup moins sur de la baston, mais plutôt sur de la salsa ou un ballet. Habituellement, vous entendrez plutôt du Dr. Dre ou du Lil Wayne dans les salles NBA, mais ici, on aurait bien mis un peu de Beethoven ou du Chopin pour aller avec ce que nous ont offert Myles Turner et Rudy Gobert. Tout démarre d’un contre de l’intérieur des Pacers sur notre frenchy. Probablement rempli de seum, Gobzilla agrippe son bourreau par le short pour l’entraîner dans sa chute. Turner répond alors d’un coup d’épaule, et là, ni une ni deux, Gobert dégoupille et… fait un câlin au membre de Team USA, qui lui répond aussitôt. Une séquence charnelle à 4 minutes de la fin alors que les Pacers mènent de 10 points face au Jazz, probablement une autre raison de la colère de Rudy Gobert. Mais comme pour le précédent candidat, intéressons-nous plutôt aux propos tenus par le frenchy à son homologue.

« Les gens doivent arrêter d’agir comme s’ils allaient se battre sur le terrain dès qu’ils savent que la sécurité sera là pour intervenir. C’est sympa pour les caméras, mais ils doivent arrêter de faire comme s’ils allaient vraiment faire ça. »

« C’est amusant parce que mon coach de boxe était au match. C’est le seul match qu’il a vu cette année. Si je ne me sens pas en danger, je ne tape pas, et là je ne me suis pas senti en danger. Mais si quelqu’un veut se battre avec moi, je suis facilement joignable. »

Depuis plusieurs saisons déjà, Myles Turner convoite ce que Rudy Gobert obtient fréquemment, à savoir le titre de meilleur défenseur de l’année. En 2018, 2019 et 2021, le natif de Saint-Quentin a été le lauréat de ce trophée. Tandis que l’intérieur des Pacers l’a été en… bref, Myles Turner est un brave type. Peut-être qu’il est habité d’une réelle motivation lorsqu’il joue le pivot français. Ce contra a probablement été une mini-délivrance pour lui, mais le fait que Gobert attrape Turner par le short en tombant a probablement ravivé chez ce dernier une rage incontrôlable, qui l’a donc poussé à nous offrir… un cours de salsa, après tout pourquoi pas ? Tout ce qu’on sait, c’est que 30 000 dollars, ça fait cher le pas de danse pour Rudy.

Candidat # 5 : Fred VanVleet montre sa brouette

Face à des Sixers amoindris, Fred VanVleet a tenu son rang en scorant 32 points et en portant ses Raptors vers la victoire même si les coéquipiers de Tyrese Maxey n’ont rien lâché. Non content d’avoir livré une grosse perf, FVV a également planté le tir qui viendra sceller le match. Il a sorti la brouette et l’a bien fait comprendre à tout le monde lors de son retour en défense. On peut dire qu’il a porté ses bijoux de famille, au sens propre comme au figuré.

« Fred VanVleet fait la célébration « Big Balls Dance » de Sam Cassell après avoir marqué un tir à 3 points assassin contre les Sixers. Sam Cassell est désormais un entraîneur assistant chez les Sixers. »

Exécuter cette célébration, devant celui qui l’a rendue célèbre, et surtout en le privant de victoire pour ce match, double ration de balls pour VanVleet, double ration de seum pour les Sixers, double ration de frit… heu non rien en fait. Malheureusement pour le sosie de Drake au blaze de cycliste flamand, la NBA n’est pas friande de cette célébration, et qui dit « Big Balls Dance » dit « Big amende de 15 000 dollars » en parallèle. Bon, en général, les joueurs disent qu’ils recommenceraient cette célébration s’ils en avaient l’opportunité…

Candidat Bonus : les Grizzlies vannent les Wolves sur Twitter

Sur Twitter normalement, personne n’a besoin de vanner les Wolves, tant ils sont doués pour le faire eux-mêmes. Il faut savoir que depuis ce tweet datant de 2019, Minny en est à un bilan de 39 victoires pour 97 défaites, mais les Grizzlies ont tout de même décidé de se prêter au jeu après une victoire face à Minnesota. Pour l’occasion, on va jouer un peu au jeu La Roue de la Fortune.

« Résolvez le puzzle. »

Une seule lettre est manquante ici, le L que l’on trouve dans Timberwolves, mais également dans « lose » la version anglaise de « défaite ». On se doute que la Fédération Française de la Lose sera très fière de cette vanne des Grizzlies.

Du lourd encore une fois pour cette période, avec de la punchline et du tacle en veux tu en voilà. La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Mais qui a eu la plus grande gueule dans cet épisode ?

View Results

Loading ... Loading ...
1 Comment

1 Comment

  1. Christian Garnier

    16 novembre 2021 à 18 h 07 min at 18 h 07 min

    Bravo #trash,vous êtes pires que mes potes Éric Ellinger, Éric Goffic et moi assis sur le banc du Stade Français dans les années 80 🤣
    Mais les frères Morris ont fait une grave erreur 🤣 faut pas faire suer un serbe, il a toujours une grande famille 🤣

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top