Pelicans

Preview des New Orleans Pelicans – saison NBA 2022-23 : Zion Williamson doit faire passer un cap à la darling d’avril dernier

Zion Williamson 30 septembre 2022

Voilà un gros machin qui a une idée derrière la tête.

Source image : NBA League Pass

Classique parmi les classiques, la preview globale de franchise est prête pour le client du jour. Au menu aujourd’hui, l’une des équipes qu’on a le plus hâte de voir cette année après son parcours bien kiffant en fin de saison derrière. Direction le pays de Zion Williamson, qui est sur le chemin du retour pour emmener les Pelicans le plus haut possible.  

Ce qu’il s’est passé la saison dernière

Quand on se souvient de la manière avec laquelle la saison 2021-22 avait démarré, on a toujours du mal à croire comment elle s’est terminée. Rappelez-vous il y a un an : Zion Williamson sur la touche, Brandon Ingram également gêné par certains bobos, un début de campagne absolument catastrophique avec 12 défaites en 13 matchs, bref la saison n’allait nulle part. Mais grâce à un Willie Green remarquable de leadership dans sa première année en tant que coach, les Pelicans n’ont jamais lâché. Progressivement, ils ont gagné en respectabilité en même temps que leur compteur de victoires montait sous l’impulsion notamment d’un énorme Ingram durant le mois de décembre. Et puis à la trade deadline de février, le boss des opérations basket David Griffin s’est bougé en montant un transfert avec Portland pour récupérer l’arrière C.J. McCollum ainsi que Larry Nance Jr. (en échange notamment de Josh Hart et Nickeil-Alexander Walker) pour booster un peu plus les chances de la Nouvelle-Orléans en vue des Playoffs. Résultat, les Pelicans sont parvenus à arracher une place au play-in tournament avant d’enchaîner deux victoires contre les Spurs et sur le parquet des Clippers, tout ça pour s’offrir un premier tour de PO face à la meilleure équipe de saison régulière (les Suns). Une belle récompense, mais surtout le début d’une belle aventure. Portés par un grand Ingram, un C.J. hyper précieux à travers son expérience, des jeunots comme Herb Jones et Trey Murphy III qui grandissent à vitesse grand V, ou encore un Jose Alvarado en mode pickpocket, les Pels ont réussi à faire trembler Phoenix (élimination en six matchs) sous les yeux d’un Zion Williamson tout d’un coup séduit par le projet NOLA.

Le marché de l’été

  • Ils partent : Tony Snell
  • Ils prolongent : Zion Williamson, C.J. McCollum, Larry Nance Jr.
  • Ils arrivent : Dyson Daniels, E.J. Liddell

Ça n’a pas beaucoup bougé dans le Bayou cet été. Logique au vu de la superbe dynamique de la fin de saison dernière. Certes on a entendu les Pels dans certaines rumeurs suite à la demande de transfert de Kevin Durant, mais au final c’est clairement la continuité qui fut au cœur de l’intersaison des Pelicans. Une continuité symbolisée par la très grosse prolongation de contrat de Zion Williamson (194 millions de dollars sur cinq ans), un dossier enfin réglé après pas mal de spéculations entourant l’avenir de la bête. En parlant d’extension, C.J. McCollum a également prolongé son bail en Louisiane, précisément jusqu’en 2026 pour 64 millions supplémentaires, tout comme Larry Nance Jr. (21,6 millions sur deux ans). À tout ça faut ajouter l’arrivée de Dyson Daniels via le huitième choix de la Draft, et celle d’E.J. Liddell qui malheureusement s’est pété le genou durant la Summer League.

Le roster 2022-23 des Pelicans

  • Meneurs : Devonte’ Graham, Jose Alvarado, Kira Lewis Jr.
  • Arrières : C.J. McCollum, Dyson Daniels, Garrett Temple, Dereon Seabron (two-way)
  • Ailiers : Brandon Ingram, Herb Jones, Trey Murphy III, Naji Marshall
  • Ailiers-forts : Zion Williamson, Larry Nance Jr., E.J. Liddell (blessé)
  • Pivots : Jonas Valanciunas, Jaxson Hayes, Willy Hernangomez

En orange les starters pressentis, selon les fameuses sources proches du dossier

Les Pelicans ont terminé sur une excellente dynamique en fin de saison dernière avec leur quatuor C.J. McCollum (qui prendra la mène), Brandon Ingram, Jonas Valanciunas et la pépite Herb Jones, quatuor auquel on va ajouter le monstre Zion Williamson cette année. Sur le papier ça fait plutôt flipper et sur le terrain ça pourrait aussi faire de gros dégâts si Willie Green arrive à trouver rapidement le meilleur équilibre possible. Il y a énormément de talent, il y a du star power, il y a de la grinta, il y a des vétérans pour guider tout ce beau monde mais aussi une jeunesse qui monte sérieusement en puissance. Cela fait quand même beaucoup de cases qui sont cochées et en plus de tout ça, on apprécie particulièrement les différentes dimensions que propose ce roster : le côté athlétique avec Zion en tête, les capacités à scorer sur demi-terrain avec C.J. et Ingram, la polyvalence défensive avec Larry Nance Jr. et bien évidemment Herb Jones, du jeu intérieur-extérieur avec le pivot Valanciunas… certes cela manque peut-être un peu de shooting et il n’y a pas vraiment de meneur traditionnel dans ce roster, mais c’est très très solide.

Une petite vidéo en passant ?

 

Les salaires 2022-23 des New Orleans Pelicans

TTFL : les joueurs des Pelicans à suivre

Zion Williamson, Brandon Ingram, C.J. McCollum, Jonas Valanciunas.

Quelque chose nous dit que vous allez pas mal cliquer sur les Pels cette saison au moment de choisir votre joueur TTFL pour la nuit. Car y’a vraiment du beau monde. On va voir évidemment comment Zion reviendra après sa saison blanche mais avant sa blessure, il pesait 27 points, 7 rebonds et 4 passes à 61% de réussite au tir. Du très très lourd. Brandon Ingram a lui aussi prouvé qu’il pouvait noircir les feuilles de stats bien comme il faut, tandis que McCollum a boosté ses chiffres depuis son arrivée en Louisiane (24 points, 6 passes de moyenne à presque 50% au tir dont 40% à 3-points). Quant à Valanciunas, il reste une bonne solution de repli avec son gros double-double de moyenne (18 points, 11 rebonds) à bonne efficacité.

Infirmerie : le point sur les blessures

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de New Orleans, quatre noms ressortent.  C.J. McCollum, pour commencer, a connu une grosse alerte la saison dernière. Une contusion aux côtes a en effet entraîné un pneumothorax du poumon droit et lui a fait manquer 18 rencontres. Brandon Ingram a pour sa part subi plusieurs blessures et n’a joué que 55 rencontres. Il a manqué sept matchs pour une contusion à la hanche, deux pour des douleurs au tendon d’Achille, cinq pour une entorse de la cheville droite et treize pour des douleurs aux ischio-jambiers droits. Il a été opéré à la fin de la saison de l’auriculaire droit, qui était bloqué en flexion mais est désormais totalement remis. Larry Nance Jr. a quant à lui été gêné une bonne partie de la saison par son genou droit. Blessé début janvier, il a subi une méniscectomie partielle (retrait du morceau de ménisque lésé) et est revenu encore limité après 36 matchs manqués. Il avait déjà été opéré en 2014 pour une rupture du ligament croisé antérieur et avait subi une entorse du ligament collatéral médial en 2019 au même genou. Il a finalement eu le temps de se reposer cet été et a déclaré être totalement remis. Zion Williamson pour finir, a connu une saison blanche suite à l’opération de sa fracture de Jones au pied droit. Il était arrivé avec huit kilos de plus en pré-saison et aurait manqué de sérieux dans sa rééducation. Autorisé à reprendre les entraînements à 100% en décembre, il a fait une rechute et a dû subir une injection de PRP (plasma riche en plaquettes, pour améliorer la cicatrisation). Il a été autorisé à jouer sans restrictions en mai et sera en forme pour la reprise. 

Quels objectifs cette saison ?

Surfer sur la fin de saison dernière et poser les bases pour devenir un poids lourd de la Conférence Ouest. Il est là l’objectif global des Pelicans pour la saison à venir.

Une vraie hype s’est installée à la Nouvelle-Orléans suite à la qualification en Playoffs l’an passé, il faut désormais profiter de ses bonnes vibes ainsi que du retour tant attendu de Zion Williamson pour monter en grade malgré une concurrence qui ne devrait pas faire de cadeaux dans le Wild Wild West. En matière de résultats purs, cela signifie terminer avec un bilan positif à la fin de la régulière, ce qui n’est pas arrivé depuis la saison 2017-18 avec Anthony Davis, Jrue Holiday et Cie. Cela signifie aussi se mettre en bonne position pour accrocher une nouvelle qualification en Playoffs, en étant directement dans le Top 6 dans le meilleur des mondes mais sinon sur les places 7 et 8 afin d’avoir deux opportunités pour décrocher le ticket tant recherché.

Si on zoome un peu plus et qu’on se pose sur les objectifs individuels, on aimerait surtout voir Zion Williamson réaliser une saison sans trop de bobos parce que depuis le début de sa carrière c’est quand même pas jojo. Les Pelicans ont prouvé qu’ils pouvaient être compétitifs même sans Zion sur le parquet, néanmoins ils ne pourront exploser leur plafond que si Thanos est en bonne santé. On gardera un œil attentif aussi sur la progression d’Herb Jones et des autres pépites de l’équipe, car l’ascension des Pels passera également par là.

Au final tous les feux semblent au vert pour que les Pelicans prennent enfin leur envol, reste à faire le boulot sur le parquet.

Le pronostic du rédacteur

« 46 victoires – 36 défaites : 8e place à l’Ouest

Avec Zion Williamson de retour sur pied et toutes les belles choses montrées en fin de saison dernière, on ajoute une bonne dizaine de victoires aux Pelicans cette saison par rapport à l’an passé. Et ça les emmène dans le Top 8 de la Conférence Ouest, synonyme de participation au play-in tournament pour la deuxième année consécutive.

Peut-être que certains sont tentés de mettre NOLA plus haut, et ça peut se comprendre au vu du talent présent dans le groupe de Willie Green. Néanmoins l’état de santé de Zion restera à surveiller et puis comme dit plus haut, il y aura une sacrée concurrence à l’Ouest. Alors on préfère tempérer un peu nos attentes par rapport à la hype qui entoure New Orleans, surtout que les Pels ont pris la mauvaise habitude de nous décevoir ces dernières saisons. »

Quelques liens utiles

Voilà pour la preview des Pelicans pour cette saison NBA 2022-23. 46 victoires en régulière, un spot en play-in et possiblement en Playoffs, voilà où on les voit cette année avant de potentiellement monter encore plus haut. Et vous, vous les sentez comment ces Pels ? Est-ce enfin la saison où la Nouvelle-Orléans va véritablement entrer dans l’ère Zion ? 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top