La Crypto.com Arena : témoin de la domination des Lakers à Los Angeles

A chaque salle NBA son âme, ses anecdotes et ses bannières accrochées au plafond. Toutes les arènes sont uniques et leurs couloirs cachent bien souvent des secrets qui révèlent leur histoire et leur personnalité. Direction la Californie et plus particulièrement Los Angeles, pour une visite guidée de la Crypto.com Arena qui accueille les Lakers (et les Clippers) depuis 1999.

La fiche

  • Nom actuel : Crypto.com Arena
  • Ancien nom : Staples Center
  • Adresse : 1111 South Figueroa Street
  • Ville : Los Angeles, Californie
  • Date d’ouverture : 17 octobre 1999
  • Affluence maximum : 18 997 personnes
  • Propriétaire : L.A. Arena company et Anschutz Entertainment Group
  • Surnom : L’agrafeuse
  • Prédécesseur : Forum d’Inglewood

Histoire

Colocation partagée entre les Lakers et les Clippers, la salle de la Crypto.com Arena ouvre ses portes pour le début de la saison 1999-00 après des travaux dirigés par l’agence d’architecture NBBJ qui a notamment construit la KeyArena, salle omnisports de Seattle qui accueillait les SuperSonics. Financée principalement par des fonds privés, la société Staples, Inc. (basée à Boston, le comble) a acheté les droits d’appellation pour 100 millions de dollars sur 20 ans. L’investissement dans ce bijou moderne vient également d’AEG, groupe possédant un bon nombre de clubs professionnels dans le monde, qui est actionnaire des deux équipes de la cité des anges. La salle a été rebaptisée Crypto.com Arena depuis le 1er janvier 2022 moyennant un contrat de naming de 700 millions de dollars sur 20 ans.

Pour leur premier match dans cette nouvelle enceinte, le 3 novembre 1999, les Lakers ont reçu les Grizzlies de Vancouver pour leur infliger une deuxième défaite de suite. Derrière les 28 points, 10 rebonds et 3 contres du Shaq, les Lakers s’imposent donc sur le score de 103 à 88. A cette époque, Kobe portait encore l’afro et le pivot était encore un tas de muscles, ça ne nous rajeunit pas cette histoire. Avec ce tout nouveau bâtiment (la visite se fait juste là) les fans de la franchise des Purple and Gold possèdent désormais 18 997 places assises. Pour assister au show du néo-duo Davis – LeBron il faudra compter en moyenne 171 dollars et si vous voulez discuter avec Snoop Dogg en courtside, il faudra alors débourser près de 1900 dollars au minimum. Au niveau du parquet, le classique reste de mot d’ordre puisqu’on retrouve le logo dans le rond central ainsi que le secondaire à l’intérieur de l’arc des deux côtés du terrain. Les fans des Lakers sont aussi servis au niveau des statues qui sont présentées sur le parvis de la Crypto.com Arena où il peuvent désormais se prendre en photo avec Shaquille O’Neal en train de dunker mais aussi Magic Johnson, Jerry West ou encore KAJ.

Etant une enceinte multifonctions, la Crypto.com Arena ne se repose pas uniquement sur les rencontres sportives des quatre franchises résidentes (Lakers, Clippers, Sparks en WNBA et Kings en NHL) puisqu’entre les matchs de ces équipes et les concerts organisés, ce ne sont pas moins de 250 événements qui se déroulent chaque année du côté de Los Angeles. Concernant le basket, l’enceinte organise le tournoi de la Pacific Ten Conference depuis 2002 ainsi que le championnat de la même compétition en 2004. Elle est aussi l’hôte du All-Star Game NBA à trois reprises, en 2004, 2011 et 2018. Sans oublier les Finales NBA qui se sont déroulées dans le stade de 2000 à 2002 ainsi que de 2008 à 2010. A propos des records, vous pensez directement à Kobe et ses 81 points face aux Raptors le 22 janvier 2006 et chose encore plus impressionnante, c’est l’arrière Hall of Famer qui détient les douze meilleures perfs au scoring et 21 des 22 meilleurs matchs offensifs de la part d’un Laker au Staples Center. Qui dit Kobe dit Shaquille O’Neal et c’est bien lui qui détient le record de rebonds avec 26 prises le 21 mars 2004 contre les Bucks, à égalité avec Dwight qui goba le même nombre de ballons contre les Nuggets le 6 janvier 2013. Pour finir c’est le King qui s’empare du record de passes décisives sur un match avec 19 caviars distribués le 15 janvier 2020 contre le Magic. On voit mal le record de points tomber mais celui des rebonds pourrait être brisé en sachant qu’Anthony Davis peut être friand à ce sujet.

Meilleur souvenir des Lakers à la Crypto.com Arena

Il y a tellement de souvenirs dans l’histoire des Lakers et donc dans l’histoire de la Crypto.com Arena. On pourrait parler des trois titres consécutifs au début des années 2000 ou des deux autres en 2009 et 2010 mais on a décidé de revenir sur un moment particulier pour tout fan des Lakers et des fans de la balle orange en général. On parle bien entendu du dernier match de Kobe Bryant en saison régulière contre le Jazz, le 13 avril 2016. Alors oui la saison est dégueulasse puisqu’ils affichent un bilan de 17 victoires pour 65 défaites donc il n’y aura pas d’ultime campagne de Playoffs. Le Black Mamba joue tout de même 66 matchs à 37 ans et réalise une de ses pires saisons mais on s’en fout, on apprécie chaque match à l’extérieur pour les ovations des autres fans de la Ligue. La réception du Jazz en cette soirée printanière marque donc la dernière fois que l’on verra le numéro 24 fouler un parquet NBA, tout le monde le sait, ça va être une soirée spéciale et on s’attend à ce qu’il reçoive le ballon, plus que durant le reste de la saison. Le premier quart-temps annonce la couleur puisqu’il pointe à 15 points au bout de 12 minutes, ce qui n’empêche pas le Jazz de mener au score par 2 unités. Ces derniers vont d’ailleurs faire un gros run pour finir la deuxième période en menant de 15 points alors que Kobe a baissé en régime avec seulement 7 pions.

Le passage au vestiaire a dû réveiller les jeunes joueurs des Lakers (enfin tonton Kobe a dû gueuler un petit coup) puisque D’Angelo Russell et Vino ramènent leur équipe à 9 longueurs à la fin du troisième quart, avec 15 autres points de l’arrière. Seulement 9 pions de retard contre une équipe qui doit gagner pour jouer les Playoffs dans quelques jours. Visiblement, le Mamba avait envie d’envoyer les gars de Salt Lake City en vacances, en témoignent ses 23 points dans l’ultime période, infligeant un 35-21 dans les 12 dernières minutes pour ainsi s’imposer 101 à 96. Les tribunes sont pleines, le public gueule à chaque point du Mamba qui sort son meilleur killer instinct malgré la charrette qu’il est désormais forcé de tirer à chaque sprint. On le voit sur les images, il souffre dans les dernières minutes du match et compte plus de 6 points de retard. Jump-shot, grosse déf puis pull-up à 3-points sur la tronche de Trey Lyles et revoilà les Lakers à une longueur du Jazz, il reste une minute à jouer. Temps-mort Utah. Encore une grosse défense en sortie de time-out, il reste 37 secondes, ballon Kobe. Il se joue de Gordon Hayward sur un double écran de ce bon vieux Julius Randle, dégaine à l’intérieur de l’arc, ficelle. Sa femme et ses filles n’y croient pas non plus, l’homme de la famille est rendu à 58 points et vient de faire passer son équipe devant au tableau d’affichage. Les gars de Quin Snyder ne réussiront pas à marquer, vont faire faute sur le Black Mamba pour ainsi monter à 60 points et laisser la victoire aux Gens du Lac. Game, le Jazz ne va pas en postseason et le monde vient d’assister au dernier match de Kobe Bryant en NBA. Mamba out !

Pire souvenir des Lakers à la Crypto.com Arena

Dans l’histoire des Lakers il y a également eu des mauvais souvenirs, des moments que l’on préfère oublier mais ne vous inquiétez pas nous sommes là pour vous les rappeler. En passant des défaites en Finales NBA, celle de 2004 qui précipitera le départ du Shaq par exemple, sans oublier la série contre les Kings lors des Playoffs 2002 et les matchs de saison régulière célébrés comme une qualification pour un tour suivant de postseason. Cependant on a décidé d’accentuer votre souffrance en vous replongeant aux débuts des années 2010 et la formation de ce qui semble être une superteam. Mais si, souvenez-vous ! Steve Nash et Dwight Howard viennent de rejoindre les rangs des Angelinos lors de l’intersaison 2012 dans le but de viser une première bague qui manque cruellement au CV de ces deux gars. Les deux signatures viennent compléter le Big Three alors composé de Kobe Bryant, Pau Gasol et Ron Artest (ou Metta World Peace ou The Pandas Friend ou ce que vous voulez en fait). L’équipe a tout pour accrocher une autre bague mais rien ne se passera comme prévu et la saison tournera rapidement au fiasco. Le double MVP canadien se blesse au genou, D12 revient de blessure et Pau Gasol est exténué après avoir joué avec sa sélection nationale tout l’été. Pour couronner le tout, le Black Mamba se rompt le tendon d’Achille à quelques matchs de la fin de la saison régulière, qui n’empêche cependant pas les Purple and Gold d’accrocher les Playoffs en finissant septièmes à égalité avec les Warriors et les Rockets. L’Espagnol avait réussi à tenir la maison en l’absence du roi mais affronter les Spurs au premier tour fit l’effet d’un coup de massue. Méconnaissable, les Lakers essuient un sweep si violent… Toutes les rencontres sont perdues par plus de 10 points d’écart dont cette gifle au Staples Center de 31 points, derrière les 46 points de Tony P et Tim Duncan. Les problèmes de santé auront plombé la saison des Lakers, le dos en miette de Dwight, les genoux du Canadien et le tendon d’Achille de Kobe sans compter la fatigue accumulée par Pau, l’effectif était trop beau pour atteindre le titre. Grosse désillusion pour les fans des Purple and Gold et cela reste l’une des pires années de la franchise.

Comment ne pas non plus citer le plus gros traumatisme de la communauté basket de ces dernières années. En janvier 2020, le décès du Black Mamba plonge toute la ville de Los Angeles dans une profonde dépression. Le héros local de ces deux dernières décennies s’en va beaucoup trop tôt, à 41 ans, dans un terrible accident d’hélicoptère qui fait huit autres victimes dont sa fille, Gianna. Le 24 février, une célébration est organisée au Staples Center en hommage à Kobe et Gigi. On n’a probablement jamais vu autant de NBA greatness dans un même lieu, on aurait juste aimé que cela soit dans d’autres circonstances… Un moment de communion définitivement à part dans l’histoire de l’enceinte où Michael Jordan, Magic Johnson, Bill Russell, Jerry West, Kareem Abdul-Jabbar, Charles Barkley, Steve Nash, Dwyane Wade ou encore Shaquille O’Neal étaient tous présents pour dire adieu à un joueur qui laissera une trace indélébile dans l’histoire de la Ligue.

Maillots des Lakers retirés au plafond à la Crypto.com Arena

Palmarès des Lakers à Crypto.com Arena

  • Champions NBA (2000-2002, 2009-2010 et 2020)
  • Champions de Conférence (2000 -2002, 2004 et 2008-2010 et 2020)
  • Champions de Division (2000, 2001, 2004, 2008-2012 et 2020)
  • Meilleur bilan : 67-15 (2000)
  • Pire bilan : 17-65 (2016)

Et maintenant ?

Après quelques années de galère, les arrivées de LeBron James et d’Anthony Davis ont redonné espoir aux fans des Lakers qui sont très vite passés de la risée de la Conférence Ouest à… champions NBA. Malheureusement, le public californien a dû assister à ce nouveau sacre de loin, la faute à un méchant virus qui a forcé la Ligue à prendre des mesures en faisant terminer la saison à Disney World, en Floride. De retour à la maison, les Angelinos rêvent déjà de back-to-back afin de pouvoir enfin célébrer un nouveau titre avec leurs fans. De plus, les Lakers devraient rapidement pouvoir prendre plus leurs aises dans les locaux puisque les Clippers vont rapidement quitter la coloc en les laissant seuls à la Crypto.com Arena.

Que tous les fans se rassurent, gardez votre abonnement pour la saison car Anthony Davis et The Chosen One n’ont pas fini de se donner en spectacle, et vous en réclamez non ? Alors direction la Crypto.com Arena !

Source image : Benoît Carlier/TrashTalk


To Top