Bucks

Preview des Milwaukee Bucks – saison NBA 2022-2023 : un zest de force tranquille, de la continuité et surtout un grand Freak

Giannis Antetokounmpo 12 mai 2022

Une bête blessée, c’est encore plus dangereux non ?

Source image : NBA League Pass

Classique parmi les classiques, la preview globale de la franchise est prête pour le client du jour. Aujourd’hui, on s’installe tranquillement dans la ligne de bus 37 en direction de Milwaukee. Après un back-to-back échoué, Giannis Antetokounmpo et ses potes peuvent-ils à nouveau faire sauter la banque ? 

CE QU’IL S’EST PASSÉ LA SAISON DERNIÈRE

Après un titre historique, les Bucks ont mis du temps à se remettre aux affaires. Dans une Conférence Est plus concurrentielle qu’avant, le troupeau de Daims semblait un poil égaré. Il faut dire que les Bucks ont dû se passer, dès l’entame, de Brook Lopez qui souffrait du dos mais aussi de Jrue Holiday. Forcément problématique quand on sait l’importance des deux gus dans le Wisconsin. Après un mois de compétition, Giannis et ses sbires finissent tout de même par enclencher la seconde. C’est très simple, quand Milwaukee et au complet, Milwaukee peut rouster n’importe quelle équipe de la Ligue. Naturellement, les Bucks retrouvent les hauteurs du classement. Mais une absence se fait tout de même ressentir, celle de ce bon vieux P.J. Tucker. Son profil unique manque à Milwaukee qui trace tout de même sa route dans le sillage d’un Giannis terrifiant qui tourne à 29,9 points, 11,6 rebonds, 5,8 assists et 1,4 crêpe de moyenne. Plutôt intéressant non ? En tout cas, le Greek Freak pose son équipe sur la troisième marche de l’Est avec 51 victoires pour 31 défaites. Les séries éliminatoires arrivent – oui ça se dit encore – et Milwaukee va se coltiner les Bulls. 4-1, le balai est presque sorti et les Taureaux partent en vacances avec les joues rougies. Le problème pour Mike Budenholzer, c’est qu’il devra se passer de Khris Middleton qui s’est fait le genou. Pas de solution miracle, personne pour remplacer le lieutenant principal du Grec et les Daims finiront par abdiquer au second tour des Playoffs. Les Celtics ont tremblé jusqu’au Game 7 face à un Giannis inhumain mais l’aventure prend fin pour Milwaukee et la décision est irrévocable. En bref, des blessures et un manque de profondeur qui sont venus doucher les ambitions de back-to-back. Milwaukee a perdu, mais Milwaukee fait toujours très peur.

LE MARCHÉ DE L’ÉTÉ

  • Ils partent : Rayjon Tucker, Luca Vildoza
  • Ils prolongent : Pat Connaughton, Bobby Portis, Thanasis Antetokounmpo, Wesley Matthews, Serge Ibaka, Jevon Carter, Jordan Nwora
  • Ils arrivent : Joe Ingles, MarJon Beauchamp, AJ Green (two-way)

Un seul mot d’ordre dans le Wisconsin : continuité. Cet été, les Bucks n’ont pas fait de folie et se sont concentrés pour conserver la majorité de l’effectif. Récompensé pour son apport et sa belle saison, le boxeur Bobby Portis prend un contrat bien sympa : 49 millions de patates sur 4 ans. Bobby la malice va devoir continuer son boulot d’energizer chez les Champions 2021. Autre pièce importante de la structure, Pat Connaughton paraphe lui une prolongation de 28,5 millions sur 3 ans. Serge Ibaka – qui n’était pas au courant d’être un joueur des Bucks – reste aussi en ville tout comme Wes Matthews, Jevon Carter et Jordan Nwora. Du côté des nouvelles têtes, le board tente le pari Joe Ingles et accueille son rookie MarJon Beauchamp (24e choix de Draft). Hugo Besson ne sera pas encore de la partie et Marques Bolden (recruté via un contrat Exhibit 10) devrait agiter les serviettes s’il passe le cap du training camp. “On ne change pas une équipe qui gagne”, “C’est dans les vieux pots que l’on fait les meilleures confitures”… Fans des Bucks, choisissez la formule que vous préférez, la base reste la même.

LE ROSTER 2022-23 DES MILWAUKEE BUCKS

  • Meneurs : Jrue Holiday, George Hill, Jevon Carter, Lindell Wigginton
  • Arrières : Grayson Allen, Pat Connaughton, Wesley Matthews, MarJon Beauchamp, A.J. Green (two way)
  • Ailiers : Khris Middleton, Joe Ingles, Jordan Nwora
  • Ailiers-forts : Giannis Antetokounmpo, Thanasis Antetokounmpo, Serge Ibaka, Sandro Mamukelashvili
  • Pivots : Brook Lopez, Bobby Portis, Marques Bolden

En orange les starters pressentis, selon les fameuses sources proches du dossier

Vous pourriez entourer Giannis Antetokounmpo de quatre piquets, il serait tout de même dangereux. Alors quand il se joint à Jrue Vacance et Khris Middleton forcément ça fait des dégâts. Quand le trio est là, les Bucks peuvent battre n’importe qui. Ajoutez à cette assemblage Grayson Allen et Brook Lopez et vous obtenez l’une des toutes meilleures équipes de la Ligue. Le banc a aussi fière allure. Bobby Portis et Pat la menace en tête. Les deux joueurs sont des habitués et savent le rôle qu’ils doivent remplir. Pareil pour les dinosaures, Wes Matthews, Serge Ibaka et George Hill. Reste à voir ce qu’apportera Joe Ingles une fois qu’il aura terminé son déménagement. L’effectif a de l’expérience, mais attention aux vieilles mécaniques qui ne sont pas à l’abri de grincer au cours de la saison.

UNE PETITE VIDÉO EN PASSANT ?


LES SALAIRES 2022-23 DES MILWAUKEE BUCKS

Salaires Bucks 13 octobre 2022

TTFL : LES JOUEURS DES BUCKS À SUIVRE

Giannis Antetokounmpo, Khris Middleton et Jrue Holiday.

Bah ouais logique. On va pas se mentir, les trois joueurs majeurs des Bucks sont ceux qui risquent de vous faire passer une bonne journée. Pour le Greek Freak c’est une évidence. On présente plus la bête, le choix est presque sans risque et les points TTFL sont cadeaux. La seule difficulté est de ne pas se planter en prenant Thanasis au lieu de Giannis. Pour cela, le remède est simple : ne validez pas votre deck au dernier moment. Une fois que vous aurez sélectionné Giannis, deux options s’offriront à vous. Jrue Holiday qui ne se fait pas prier pour planter une vingtaine de pions par match avec des caviars à la clef. Enfin pour le dernier larron, il faudra attendre qu’il sorte de l’infirmerie (pour rappel il est blessé au poignet), mais son retour pourrait en soulager plus d’un. En attendant, mention spéciale à Bobby Portis qui est tout à fait capable de faire une ou deux pointes dans la saison à grands coups de coude rebonds.

INFIRMERIE, LE POINT SUR LES BLESSURES

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Milwaukee la saison dernière, 7 noms ressortent. Brook Lopez, pour commencer, n’a joué qu’un match avant de s’arrêter pour des douleurs au bas du dos. Proche du retour, il a connu un revers et a été opéré d’une hernie discale début décembre (il avait déjà été opéré en dernière année de lycée en 2006) avant de revenir mi-mars. Joe Ingles a subi une rupture du ligament croisé antérieur fin janvier et est passé au bloc le mois suivant. La rééducation se passe bien et la franchise parle d’un retour en janvier. A suivre … Jrue Holiday a manqué un match en début de saison pour une contusion au talon droit mais c’est une entorse à la cheville gauche qui l’a ennuyé presque toute l’année avec cinq matchs manqués en octobre, six en janvier et un en mars. Pat Connaughton, quant à lui, s’est fracturé le quatrième métacarpien de la main droite mi-février. Une chirurgie a été nécessaire et il a raté les quatorze rencontres suivantes. Plus récemment, un blessure au mollet l’a privé des deux derniers matchs de pré-saison et il n’a pas pu s’entraîner samedi. A partir de février, Grayson Allen a manqué quinze matchs de saison régulière pour gérer une hanche gauche douloureuse. Il a également réglé chirurgicalement un problème d’instabilité à son annulaire gauche mi-juin. Khris Middleton a été gêné par son genou gauche et son poignet gauche l’année dernière. En décembre, il a subi une hyperextension du genou et manqué trois matchs et il a vu ses Playoffs se finir après une entorse de grade 2 du ligament collatéral médial après le deuxième match. En mars, il a commencé à souffrir de douleurs au poignet, ratant quatre rencontres jusqu’à la fin de la saison. Il s’est finalement fait opérer pour un ligament déchiré en juillet et a retiré son plâtre il y a deux semaines : il pourrait manquer la reprise. George Hill, pour finir, a connu quatre alertes la saison passé : un match pour des douleurs au dos, quatre pour une hyperextension du genou droit, dix-sept pour une hernie discale cervicale et sept pour une élongation abdominale droite pendant les Playoffs. Pour conclure, même si les Bucks possèdent une grande profondeur d’effectif, il faudra prendre plus de précautions pour protéger les joueurs la saison prochaine. On surveillera également avec attention les retours de Middleton et Ingles.

QUELS OBJECTIFS CETTE SAISON ?

L’objectif de Giannis et ses sbires réside en cinq petites lettres : titre.

Ce n’est un secret pour personne, les Bucks visent le Larry O’Brien. C’est plutôt logique quand on possède un extraterrestre comme Giannis Antetokounmpo, et n’importe quel autre résultat sera perçu comme un échec dans le Wisconsin. Pas de grand chamboulement, un effectif qui se connaît et qui sait gagner. Ce sont surtout les aléas de la balle orange qui peuvent venir enrayer la machine. Pour arriver à leur fin, le board de Milwaukee doit ménager sa monture. Les blessures ont joué un rôle dans la quête échouée l’an passé et les Bucks doivent apprendre de leurs erreurs. Avec un effectif qui comporte quelques éléments “fragiles”, il ne faudra pas trop tirer sur la corde. Le but n’est pas de démarrer pied au plancher, mais bien de monter tranquillement en puissance pour arriver en pleine forme au printemps prochain. D’ici là, il peut se passer beaucoup de choses. Blessure, trade, révélation, surprise… quoi qu’il en soit, Milwaukee joue le titre et son leader ne vous dira certainement pas le contraire. “Παίζουμε τον τίτλο”, petit indice, c’est du Grec.

LE PRONOSTIC DU RÉDACTEUR ? 

“55 victoires – 27 défaites, 2e place à l’Est.

L’effectif n’a pas été chamboulé et les Bucks repartent avec une base solide qui sait faire le job. Mais avec quelques apports judicieux comme Joe Ingles et un Grayson Allen qui s’épanouit pleinement pour sa deuxième saison dans la franchise, les Daims grapillent quelques victoires de plus par rapport à l’an passé. La barre des 50 victoires est à nouveau dépassée pour consolider la deuxième place à l’Est. Sans forcer, les Bucks arriveront en Playoffs plein de confiance. Le moment sera alors venu pour qu’un Giannis encore plus terrifiant sorte de sa boîte. Sevré de trophées à l’Euro et lors de l’exercice 2021-22, le Grec risque d’être affamé. Si en plus son tir à mi-distance continue de s’améliorer, la charge des Daims sera sûrement fatale pour un paquet d’équipes.”

Quelques liens utiles

Voilà pour la preview des Milwaukee Bucks pour cette saison 2022-23. Des Daims qui gardent la même ossature et qui dépendront en grande partie des performances de Giannis Antetokounmpo, normalement ça finit parmi les contenders. Attention cependant, le facteur blessure sera aussi à prendre en compte pour la réussite de ces Bucks version 2022-23.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top