Pacers

Preview des Indiana Pacers – saison NBA 2022-23 : un backcourt de feu, une charge salariale épurée et… Victor Wembanyama dans le viseur

Pacers Wembanyama

Comment dit-on « hype » en Indianapolissoi ?

Source image : montage TrashTalk via @AKRILEYS

Classique parmi les classiques, la preview globale de franchise est prête pour le client du jour. Direction l’Indiana pour se pencher sur les Pacers, et avoir une vision globale de ce qui s’est passé, ce qui se passe et ce qui pourrait se passer dans l’équipe de Rick Carlisle sur la saison NBA 2022-23. Trois, deux, un, tankez !

Ce qu’il s’est passé la saison dernière

Une saison plongée dans les blessures, puis la volteface du management : c’est parti pour tout reconstruire !

Il y a plusieurs manières d’entamer une reconstruction. La première, c’est de tout balayer après une grosse désillusion. Une équipe composée de joueurs déjà bien âgés qui foire ses objectifs, et hop, le GM ouvre la trappe sous leurs pieds. Il existe aussi les reconstructions dites « de transition », comme l’on fait les Warriors entre le titre de 2018 et celui de 2022. Ce ne sont pas des reconstructions totales, mais il faut piocher trois ou quatre éléments neufs pour inscrire la domination de la franchise sur la durée. Et enfin le dernier type de reconstruction, la reconstruction « Haliburtonesque ». Cette dernière consiste à se voir proposer un trade si valuable qu’il est IM-PO-SSI-BLE de le refuser. Elle permet d’entamer une reconstruction de la meilleure des manières, avec un peu d’avance sur les deux premiers types de reconstructions, plus « lambdas ».

Vous l’aurez compris, les Pacers ont balancé Domantas Sabonis à Sacramento en échange de Tyrese Haliburton et Buddy Hield. Il y avait d’autres éléments inclus dans l’échange, enfin on croit, mais le gros du colis est là. D’une saison où Indiana visait le top 8 donc, on est passé à une grosse séance de tanking bien à l’ancienne, jusqu’à la sélection de Bennedict Mathurin en 6e position de la dernière draft. Pas mal de pièces déjà intéressantes : ça promet pour la suite.

Le marché de l’été

  • Ils partent : Malcolm Brogdon
  • Ils prolongent : Jalen Smith
  • Ils arrivent : Daniel Theis, Aaron Nesmith, Bennedict Mathurin

Très peu de moves à l’intersaison. Les Pacers ont assuré le point essentiel d’une reconstruction, à savoir ne pas s’encombrer de contrats toxiques. Ça reste correcte de dégoter Daniel Theis pour 8,7 millions de dollars l’année, et Malcolm Brogdon – bien que du talent plein les pattes – a enfin trouvé une porte de sortie en filant à Boston. La franchise de l’Indiana se retrouve donc dans la plus merveilleuse des situations pour reconstruire : plein de petits jeunes à faire valoir (Tyrese Haliburton, Jalen Smith, Bennedict Mathurin, Chris Duarte, Goga Bitadze, Isaiah Jackson) et… trois premiers tours à la Draft 2023. Le projet Pacers semble s’inscrire dans la lignée des laboratoires du Thunder et des Pistons, qui sont les maîtres du moment en matière de reconstruction.

Le roster 2022-23 des Spurs

  • Meneurs : Tyrese Haliburton, T.J. McConnell, Gabe York, Andrew Nembhard
  • Arrières : Bennedict Mathurin, Chris Duarte
  • AiliersBuddy Hield, Aaron Nesmith
  • Ailiers-forts : Jalen Smith, Oshae Brissett, Terry Taylor
  • Pivots : Myles Turner, Goga Bitadze, Isaiah Jackson, Daniel Theis

En orange les starters pressentis, selon les fameuses sources proches du dossier

C’est là que ça coince probablement. Si les Pacers accrochent un siège du top 10, on s’engager à lécher une barre du RER B à l’heure de pointe. Le cinq de départ est cool – bien que jeune – mais les doublures sont les mêmes que pour un film de Yvan Attal. Que des garçons dépêchés « au cas-où », et la quasi assurance de terminer pire défense de la Ligue. Il y aura donc des séquences où Oshae Brissett, Aaron Nesmith et Goga Bitadze devront gérer le secteur aile/intérieur comme s’ils avaient sept ans de NBA dans les jambes. C’est en cela que l’arrivée Daniel Theis fera du bien, histoire d’apporter des caramels et de la défense à cette rotation inexpérimentée. On binge fort le backcourt T.J. McConnell – Chris Duarte en sortie de banc, mais on se demande toujours comment les Pacers prendront moins de 130 points par soir cette saison. Et ne nous parlez pas de Myles Turner, il est un game changer dans ce domaine. Pas un season changer (si ça se dit).

Une petite vidéo en passant ?

Les salaires 2022-23 des Indiana Pacers

Salaires Pacers

TTFL : les joueurs des Pacers à suivre

Tyrese Haliburton, Buddy Hield et Myles Turner.

L’an dernier à la même époque, il est presque certain que l’on vous parlait de Domantas Sabonis, Malcolm Brogdon et Myles Turner comme les trois Pacers à suivre en TTFL. Deux gars ont bougé dont un All-Star 2021, ce qui fait que l’on perd forcément en scores pour le jeu préféré de ton jeu préféré. On ne vous conseille pas forcément de miser un PEL sur Buddy Hield (ne le faites pas), ni de développer une confiance aveugle en Myles Turner, mais si Tyrese Haliburton devient celui qu’il doit devenir, considérez très sérieusement sa personne au moment de choisir celui qui représentera votre deck, un soir où les All-Stars ne sont plus disponibles. Pensez-y.

Infirmerie : le point sur les blessures

Quand on s’intéresse à l’infirmerie d’Indiana la saison passée, 4 noms ressortent. Pour commencer, on peut s’intéresser à Chris Duarte, blessé à l’hallux (gros orteil) gauche en février. Il manque 19 rencontres au total et déclarait être encore gêné juste avant la Summer League. Il a cependant participé à plusieurs matchs sous les couleurs de la République Dominicaine début septembre, rassurant pour la suite. TJ McConnell a manqué une grande partie de la saison suite à une déchirure du ligament scapho-lunaire au poignet droit le 1er décembre. Opéré dans la foulée, il est de retour pour les 3 derniers matchs de la saison. On peut également se rassurer sur le cas de Bennedict Mathurin, rookie des Pacers sorti de la Summer League suite à une douleur de l’hallux, sans gravité. Pour finir, on doit aborder le cas de Myles Turner, qui rejoint l’infirmerie mi-janvier pour une « stress reaction » du pied gauche. Étape avant la fracture de fatigue, cette blessure demande du repos, et les neuf mois depuis son absence devraient lui permettre d’être à 100% à la rentrée. Pour conclure, les Pacers devraient être au complet à la rentrée mais il faudra surveiller Turner attentivement.  

Quels objectifs cette saison ?

Qu’est-ce que ça va être long.

Autant parler français, la saison 2022-23 ne sera pas celle des résultats collectifs pour le têtard Pacers qui passe par là où tous les gros poissons sont passés. Le rédacteur étant le même que celui qui a gratté la preview des Detroit Pistons, un sentiment de déjà-vu s’en empare. Comme Cade Cunningham – et Tom Jedusor – Tyrese Haliburton est appelé à faire de grandes choses. Il lui faut progresser au calme, loin des strass, paillettes et tabloïds, entouré d’autres jeunes motivés dans l’optique de gravir les échelons : Indianapolis coche toutes les cases. Un curseur ? Boh, pourquoi refuser de terminer à la 15e place de la Conférence Est, quand on a les moyens de terminer à la 15e place de la Conférence Est ? Il ne faut pas oublier que les Pacers, comme tous les effectifs claqués au sol, ont l’opportunité d’attirer Victor Wembanyama dans leur filet. Posez-vous un instant et réfléchissez à ce que pourrait donner la relation entre Tyrese Haliburton et le n°1 projeté.

Gros gros point d’interrogation également au-dessus de Myles Turner et Buddy Hield. Quelle place auront-ils dans le projet sportif des Pacers ? L’un sera titulaire, agent libre dès l’été prochain, et représente un trop bel assett pour le laisser pourrir dans une équipe qui ne joue pas la gagne. L’autre sera… aussi titulaire, mais dispose encore de deux années sur son contrat à hauteur de 20 millions de dollars chacune. C’est beaucoup trop pour les seuls services d’arbalétrier rendus : services que peut également rendre Chris Duarte. On surveillera les progressions de Bennedict Mathurin, vrai prospect qui ne manquera pas de caviars sur le poste 2 (merci Tyrese), et de Jalen Smith, qui vient de prolonger trois ans grâce à son excellente fin de saison 2021-22 dans l’Indiana (13.4 points à 53% au tir dont 37% du parking, 7.6 rebonds et 1 block).

Bref, plein de petites progressions individuelles à pister, mais surtout pas mal de sommeil à rattraper.

Le pronostic du rédacteur

3 – 79 défaites : 15ème place à l’Est. 

Non en vrai, aux alentours des 20 victoires, sans forcément descendre sous cette barre. Les Pacers n’ont pas un mauvais effectif, ils ont un effectif jeune et insouciant, capable de frapper une grosse équipe une fois tous les cinq matchs, comme d’enchaîner dix revers contre des nullos tout en gardant le sourire. C’est un peu comme ça qu’on imagine leur saison 2022-23. Pas de surprise sur le bilan collectif, mais beaucoup d’espoir suite à ce que vont montrer Tyrese Haliburton et Bennedict Mathurin. On place également une confiance aveugle en le front office qui a PAR-FAI-TE-MENT amorcé la reconstruction. Chapeau bas, et bonne saison messieurs.

Quelques liens utiles

Voilà pour la preview des Pacers pour cette saison NBA 2022-23, en espérant que les fans n’auront pas changé de sport favoris d’ici à la saison 2023-24. S’ils regardent Tyrese Haliburton toutes les trois nuits, ça ne risque pas.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top