Dossiers NBA

Les NBA 75 Greatest version TrashTalk : nous aussi on a fait notre liste, et ce n’est pas la même que la NBA

Là voilà notre liste !

Source image :

75 ans. Cette année, la NBA fête son 75e anniversaire et elle a sans surprise décidé de mettre les petits plats dans les grands. La plus belle ligue de basket au monde a déjà commencé les célébrations en dévoilant notamment sa liste les 75 meilleurs joueurs de l’histoire. Bien évidemment, cela a beaucoup fait parler et forcément, on a voulu sortir notre propre liste. Alors, quels sont les 25 joueurs qui méritent selon nous de s’ajouter au Top 50 réalisé par la NBA en 1996 ?

Il y a 25 ans, le commissionnaire de la NBA David Stern avait dévoilé la liste des 50 meilleurs joueurs all-time du côté de New York, à l’endroit même où la Grande Ligue a vu le jour en 1946. Une liste évidemment exceptionnelle, et quasiment tout le monde était d’ailleurs présent en février 1997 lors du All-Star Weekend de Cleveland pour la grande fête honorant les plus grands basketteurs de l’histoire. Avant de passer au Top 75, jetons un petit coup d’œil sur ce Top 50 histoire de se rafraîchir la mémoire.

Pour rappel, voici le Top 50 de la NBA en 1996 :

  • Kareem Abdul-Jabbar
  • Nate Archibald
  • Paul Arizin
  • Charles Barkley
  • Rick Barry
  • Elgin Baylor
  • Dave Bing
  • Larry Bird
  • Wilt Chamberlain
  • Bob Cousy
  • Dave Cowens
  • Billy Cunningham
  • Dave DeBusschere
  • Clyde Drexler
  • Julius Erving
  • Patrick Ewing
  • Walt Frazier
  • George Gervin
  • Hal Greer
  • John Havlicek
  • Elvin Hayes
  • Magic Johnson
  • Sam Jones
  • Michael Jordan
  • Jerry Lucas
  • Karl Malone
  • Moses Malone
  • Pete Maravich
  • Kevin McHale
  • George Mikan
  • Earl Monroe
  • Hakeem Olajuwon
  • Shaquille O’Neal
  • Robert Parish
  • Bob Pettit
  • Scottie Pippen
  • Willis Reed
  • Oscar Robertson
  • David Robinson
  • Bill Russell
  • Dolph Schayes
  • Bill Sharman
  • John Stockton
  • Isiah Thomas
  • Nate Thurmond
  • Wes Unseld
  • Bill Walton
  • Jerry West
  • Lenny Wilkens
  • James Worthy

Après la publication du Top 75 all-time, l’occasion est trop belle pour ne pas construire notre propre liste, en ajoutant les 25 joueurs qui méritent le plus d’intégrer – selon nous – la crème de la crème depuis le milieu des nineties. Vous êtes prêts ? Let’s go !

Dennis Rodman

  • 5 fois Champion NBA
  • 2 fois All-Star
  • 2 fois membre de la All-NBA Third Team
  • 2 fois Défenseur de l’Année
  • 8 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 7 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 24e all-time au nombre de rebonds en carrière (11 954), 7 fois meilleur rebondeur de la saison

Pour Michael Jordan, Dennis Rodman aurait déjà dû figurer dans le Top 50 en 1996. On peut débattre là-dessus mais il avait quelques arguments sérieux à l’époque, comme trois titres de Champion NBA, deux titres de Défenseur de l’Année, deux participations au All-Star Game et deux nominations All-NBA. Dans la deuxième moitié des nineties, sous le maillot des Bulls aux côtés de Jojo, Rodman a rempli encore un peu plus son palmarès, même s’il lui est arrivé aussi de sérieusement disjoncter. Deux titres NBA supplémentaires avec Chicago, deux fois meilleur rebondeur de la Ligue en 1997 et 1998, au final ça fait quand même un bon CV qui mérite de se retrouver dans le Top 75. Considéré à juste titre comme l’un (le ?) des meilleurs rebondeurs de l’histoire (on vous rappelle qu’il faisait « seulement » 2m01) mais aussi l’un des plus grands défenseurs, Rodman pouvait impacter une rencontre en marquant zéro point et avec une grosse gueule de bois. Légende !

Reggie Miller

  • 5 fois All-Star
  • 3 fois membre de la All-NBA Third Team
  • 3e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (2 560)
  • A réalisé une saison en 50-40-90
  • 21e all-time au nombre de points marqués en carrière (25 279)
  • Hall of Famer

En 1996, Reggie Miller n’était qu’au milieu de sa carrière NBA et son CV n’était pas encore assez fourni pour figurer parmi les meilleurs joueurs all-time. Mais 25 ans plus tard, on peut ajouter le légendaire sniper des Pacers à la liste, même s’il n’a jamais remporté le moindre titre NBA. Faisant partie des meilleurs shooteurs de l’histoire, Miller a maltraité de nombreuses défenses tout en enchaînant les missiles décisifs dans les moments chauds. Un vrai tueur, qui n’avait pas peur de regarder Michael Jordan droit dans les yeux et de chambrer Spike Lee au Madison Square Garden.

Gary Payton

  • Une fois Champion NBA
  • 9 fois All-Star
  • 7 fois membre d’une All-NBA Team, dont 2 fois dans la All-NBA First Team
  • Une fois Défenseur de l’Année
  • 9 fois membre de la NBA All-Defensive First Team
  • 4e all-time au nombre d’interceptions en carrière (2 445), une fois meilleur intercepteur de la saison
  • 10e all-time au nombre de passes décisives en carrière (8 966)
  • Hall of Famer

Le roi du trashtalking, mais aussi et surtout un sacré joueur de basket. Alors clairement, il mérite sa place. Comme Reggie Miller, The Glove ne possédait pas suffisamment d’arguments pour intégrer la cour des grands au milieu des nineties, lui qui a été drafté en 1990. Cependant, aujourd’hui, il ne fait aucun doute que Payton fait partie des 75 meilleurs basketteurs de l’histoire. Auteur d’une superbe carrière sous le maillot de Seattle et finalement champion NBA avec Miami en 2006, Gary Payton fut une véritable référence à la mène durant ses meilleures années, lui qui dominait des deux côtés du terrain (seul meneur élu DPOY dans l’histoire s’il vous plaît) et qui savait utiliser les mots qui font mal pour rentrer dans la tête de ses adversaires. Papa, tout simplement.

Jason Kidd

  • Une fois Champion NBA
  • 10 fois All-Star
  • 6 fois membre d’une All-NBA Team, dont 5 fois dans la All-NBA First Team
  • 9 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 4 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 2e all-time au nombre de passes décisives en carrière (12 091), 5 fois meilleur passeur de la saison
  • 2e all-time au nombre d’interceptions en carrière (2 684)
  • 11e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (1 988)
  • 4e all-time au nombre de triple-doubles en carrière (107)
  • Hall of Famer

On reste dans la catégorie « meneurs de jeu » pour parler de l’un des plus grands maestros de l’histoire : mister Jason Kidd. Spécialiste des passes aveugles et du triple-double, J-Kidd a régalé la galerie durant sa carrière, particulièrement sous les couleurs des New Jersey Nets qu’il a emmenés deux fois en Finales NBA alors que la franchise partait des bas-fonds du classement. Gestionnaire exceptionnel, bon rebondeur et excellent défenseur, Kidd était capable de porter une équipe sur ses épaules et surtout de rendre meilleurs l’ensemble de ses coéquipiers, même Brian Scalabrine. Au fur et à mesure que sa carrière avançait, Jason a aussi su développer un shoot extérieur vraiment sérieux et a finalement aidé les Mavericks à remporter le titre NBA en 2011, ce qui représente sa seule bague en carrière.

Kevin Garnett

  • Une fois Champion NBA
  • Une fois MVP de la NBA
  • 15 fois All-Star, dont une fois MVP
  • 9 fois membre d’une All-NBA Team, dont 4 fois dans la All-NBA First Team
  • Une fois Défenseur de l’Année
  • 12 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 9 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 18e all-time au nombre de points marqués en carrière (26 071)
  • 9e all-time au nombre de rebonds en carrière (14 662), 4 fois meilleur rebondeur de la saison
  • Hall of Famer

Membre de la légendaire classe de Hall of Famers 2020, Kevin Garnett fait partie des phénomènes du basket version nouveau millénaire. Devenu en 1995 le premier lycéen à se faire drafter directement en NBA depuis le milieu des années 1970, KG a lancé une tendance mais il a surtout réussi à s’imposer comme l’un des meilleurs ailiers-forts de l’histoire du jeu. D’abord dans sa franchise du Minnesota, où il a atteint le summum individuel avec un titre de MVP en 2004, puis du côté de Boston où il a remporté ce titre NBA qu’il cherchait tant aux côtés de Paul Pierce et Ray Allen. Monstre de polyvalence, très gros rebondeur, attaquant complet et pierre angulaire en défense avec son intensité de tous les instants, Kevin Garnett rentre évidemment les yeux fermés dans le Top 75.

Allen Iverson 

  • Une fois MVP de la NBA
  • 11 fois All-Star, dont 2 fois MVP
  • 7 fois membre d’une All-NBA Team, dont 3 fois dans la All-NBA First Team
  • 25e all-time au nombre de points marqués en carrière (24 368), 4 fois meilleur scoreur de la saison
  • 14e all-time au nombre d’interceptions en carrière (1 983), 3 fois meilleur intercepteur de la saison
  • Hall of Famer

Allen Iverson, évidemment. S’il y a bien un joueur qui a symbolisé la NBA version hip-hop du début des années 2000, c’est The Answer. Malgré sa petite taille (1m83 avec les sneakers), même s’il évoluait dans la catégorie poids plume (75 kilos), Iverson a marqué la Ligue de son empreinte à travers ses exploits offensifs sur les parquets mais aussi son style venant tout droit de la rue. Compétiteur acharné, toujours prêt à aller au combat malgré les bobos, roi du crossover et possédant un cœur gros comme ça, AI a fait rêver des millions de joueurs qui se sentaient trop petits pour jouer au pays des grands. MVP en 2001, année où il a notamment emmené ses Sixers de Philadelphie en Finales NBA, Allen Iverson est monté très haut durant sa carrière. Il a aussi connu quelques bas et la fin ne fut pas très belle mais peu importe, on parle d’une vraie légende.

Ray Allen

  • 2 fois Champion NBA
  • 10 fois All-Star
  • Une fois membre de la All-NBA Second Team, une fois membre de la All-NBA Third Team
  • 1er all-time au nombre de 3-points marqués (2 973), une fois vainqueur du concours à 3-points
  • 24e all-time au nombre de points marqués en carrière (24 505)
  • Hall of Famer

Avant que Stephen Curry ne redéfinisse les lois du basket au cours de la décennie 2010, Ray Allen était souvent considéré comme le meilleur sniper de l’histoire. Et pour cause : il est toujours le shooteur à 3-points le plus prolifique de l’histoire de la NBA, il a enchaîné les saisons calibre All-Star et les grosses campagnes au scoring, avant d’ajouter deux bagues de champion sur son CV. La première chez les Celtics avec Paul Pierce et Kevin Garnett, et la seconde avec le Big Three de Miami composé de LeBron James, Dwyane Wade et Chris Bosh, qu’il a sauvé lors des Finales NBA 2013 à travers un tir primé mythique dans le corner. « Rebound Bosh, back out to Allen, his three-pointer, BANG ! »

Kobe Bryant 

  • 5 fois Champion NBA, dont 2 fois MVP des Finales
  • Une fois MVP de la saison
  • 18 fois All-Star, dont 4 fois MVP
  • 15 fois membre d’une All-NBA Team, dont 11 fois dans la All-NBA First Team
  • 12 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 9 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 4e all-time au nombre de points marqués en carrière (33 643), 2 fois meilleur scoreur de la saison
  • Hall of Famer

Pas besoin de justification, le nom et le palmarès parlent d’eux-mêmes. Entré au Hall of Fame à titre posthume après la tragédie de janvier 2020, Kobe Bryant a véritablement marqué sa génération ainsi que les suivantes, lui qui est considéré comme le deuxième meilleur arrière de l’histoire de la NBA après Michael Jordan. Pendant deux décennies, le Black Mamba a fièrement porté le maillot de la mythique franchise des Lakers, passant du statut de gamin talentueux mais insolent à celui de superstar parfois controversée puis leader d’une équipe championne. Cinq bagues au final, des performances all-time comme ses 81 points contre Toronto, des souvenirs éternels, et une legacy qui n’est pas prête de mourir.

Steve Nash

  • 2 fois MVP de la saison
  • 8 fois All-Star
  • 7 fois membre d’une All-NBA Team, dont 3 fois dans la All-NBA First Team
  • 3e all-time au nombre de passes décisives en carrière (10 335), 5 fois meilleur passeur de la saison
  • A réalisé 4 saisons en 50-40-90
  • Hall of Famer

Si la Draft 1996 est considérée comme l’une des meilleures de l’histoire, c’est évidemment parce qu’elle représente la cuvée de Kobe Bryant et Allen Iverson, mais c’est aussi parce que Steve Nash était dans le lot à l’époque. Sélectionné en quinzième position par les Suns, le meneur canadien s’est imposé comme une véritable référence à son poste, d’abord à Dallas puis à Phoenix, où il a raflé deux titres de MVP de la saison régulière sous les ordres de Mike D’Antoni. Superbe chef d’orchestre à la tête des Suns version Run & Gun, Nash n’a jamais réussi à aller au bout mais il a régalé les fans de basket avec ses caviars. Faisant également partie des joueurs les plus adroits de l’histoire (presque 43% de réussite à 3-points en carrière et 90,4% aux lancers-francs, deuxième all-time derrière Steph Curry), Nash était tout simplement un maestro en attaque.

Tim Duncan

  • 5 fois Champion NBA, dont 3 fois MVP des Finales
  • 2 fois MVP de la saison
  • 15 fois All-Star, dont une fois MVP
  • 15 fois membre d’une All-NBA Team, dont 10 fois dans la All-NBA First Team
  • 15 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 8 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 15e all-time au nombre de points marqués en carrière (26 071)
  • 6e all-time au nombre de rebonds en carrière (15 091)
  • 5e all-time au nombre de contres en carrière (3 020)
  • Hall of Famer

Il est considéré comme le meilleur ailier-fort de l’histoire du jeu, et souvent comme l’un des dix meilleurs joueurs de l’histoire tout court. Ce « il », c’est Tim Duncan, le Big Fundamental, qui préférait les tirs avec la planche aux actions flashy qu’on retrouve habituellement dans les Top 10. Pierre angulaire des Spurs à la minute où il est arrivé en NBA, Duncan a fait de la franchise de San Antonio une dynastie, avec cinq titres NBA remportés entre 1999 et 2014 et pas moins de 19 qualifications en Playoffs consécutives. Ultra dominant des deux côtés du terrain et leader exemplaire qui a su prendre du recul pour laisser Tony Parker et Manu Ginobili prendre de l’ampleur, Timmy a logiquement intégré le Hall of Fame il y a quelques mois en tant que first ballot, aux côtés de Kobe Bryant et Kevin Garnett.

Vince Carter

  • 8 fois All-Star
  • Une fois membre de la All-NBA Second Team, une fois membre de la All-NBA Third Team
  • 19e all-time au nombre de points marqués en carrière (25 728)
  • 6e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (2 290)
  • Recordman du nombre de saisons en NBA (22)
  • Meilleur dunkeur de l’histoire

Il peut y avoir débat, mais on a voulu intégrer Vince Carter dans cette liste pour l’ensemble de son œuvre. VC, c’est un phénomène qui nous a fait rêver au début du nouveau millénaire avec ses envolées exceptionnelles. Auteur d’une performance mythique au Slam Dunk Contest 2000, Carter était une attraction à lui seul et a permis aux Toronto Raptors – sa première franchise – de se faire une place sur la carte NBA, popularisant ainsi la grosse balle orange au pays du hockey. Son impact dans le Grand Nord mérite d’être souligné, et il suffit d’aller sur Netflix et de regarder « The Carter Effect » pour comprendre qu’il n’était pas un basketteur comme les autres. Et puis Vince, c’est aussi un joueur très pro qui a su prolonger sa carrière pour jouer 22 saisons au total, un record NBA s’il vous plaît.

Dirk Nowitzki

  • Une fois champion NBA, et une fois MVP des Finales
  • Une fois MVP de la saison
  • 14 fois All-Star
  • 12 fois membre d’une All-NBA Team, dont 4 fois dans la All-NBA First Team
  • A réalisé une saison en 50-40-90
  • 6e all-time au nombre de points marqués en carrière (31 560)
  • 12e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (1 982), une fois vainqueur du concours à 3-points

Quand on parle des grands ailiers-forts du XXIe siècle, Dirk Nowitzki mérite clairement d’entendre son nom avec ceux de Tim Duncan et Kevin Garnett. L’Allemand des Dallas Mavericks, auteur de 21 saisons NBA avec une seule et même franchise (record all-time), a atteint le sommet individuel et collectif en remportant un trophée de MVP de la saison régulière et en guidant les Mavs vers un titre mémorable en 2011 face au Heat version Big Three. Avec sa taille, son adresse et son toucher, Nowitzki a martyrisé les défenses et son fameux one-legged fadeaway a été repris par de nombreux joueurs au fur et à mesure des années. Faisant partie des meilleurs joueurs non-US de l’histoire, Dirk a ouvert pas mal de portes pour les Européens en NBA. Eines der besten.

Paul Pierce

  • Une fois Champion NBA, et une fois MVP des Finales
  • 10 fois All-Star
  • Une fois membre de la All-NBA Second Team, 3 fois membre de la All-NBA Third Team
  • 16e all-time au nombre de points marqués en carrière (26 397)
  • 9e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (2 143), une fois vainqueur du concours à 3-points

The Truth ! Désormais au Hall of Fame, Paul Pierce a gagné sa place parmi les nombreuses légendes des Celtics en aidant la mythique franchise de Boston à retrouver les sommets en 2008. Très bien soutenu par Kevin Garnett et Ray Allen, Double P est allé chercher sa bague avec en plus un trophée de MVP des Finales dans les mains. Pas le joueur le plus athlétique mais attaquant redoutable et surtout vrai killer dans les moments chauds, Paulo mérite sa place dans le Top 75 et ce n’est pas ses déboires récents qui vont venir remettre tout ça en cause. Véridique.

Tony Parker

  • 4 fois Champion NBA, dont une fois MVP des Finales
  • 6 fois All-Star
  • 3 fois membre de la All-NBA Second Team, une fois membre de la All-NBA Third Team
  • 19e all-time au nombre de passes décisives en carrière (7 036)

Traitez-nous de chauvins, on assume à 100%. Oui, si Tony Parker se retrouve dans cette liste, c’est notamment parce qu’il est le meilleur joueur de l’histoire du basket français et qu’il a aidé la balle orange à changer de dimension dans l’Hexagone. Mais TP, c’est aussi l’un des meilleurs Européens all-time. C’est le onzième meilleur marqueur de l’histoire des Playoffs NBA et le cinquième meilleur passeur. Et c’est un joueur drafté en fin de premier tour qui a remporté quatre bagouzes, dont la première à seulement 21 piges et la troisième avec le titre de MVP des Finales (premier Européen à avoir réalisé cet exploit) dans la salle de LeBron James en personne. Une carrière exceptionnelle, tout simplement.

LeBron James

  • 4 fois champion NBA, et 4 fois MVP des Finales
  • 4 fois MVP de la saison
  • 17 fois All-Star, dont 3 fois MVP
  • 17 fois membre d’une All-NBA Team, dont 13 fois dans la All-NBA First Team
  • 6 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 5 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 3e all-time au nombre de points marqués en carrière (35 367), une fois meilleur scoreur de la saison (également meilleur marqueur de l’histoire des Playoffs avec 7 631 points)
  • 8e all-time au nombre de passes décisives en carrière (9 696), une fois meilleur passeur de la saison
  • 13e all-time au nombre d’interceptions en carrière (2 063)
  • 5e all-time au nombre de triple-doubles en carrière (99)

On pourrait écrire un bouquin sur les accomplissements de LeBron James, ses records, ses chiffres, sa longévité, et son impact sur comme en dehors du terrain. Arrivé en NBA sous le feu des projecteurs et avec l’étiquette du « Chosen One » sur le dos, le phénomène d’Akron a réussi à répondre aux énormes attentes placées en lui, jusqu’à devenir pour certains le GOAT devant Michael Jordan. On ne va pas rentrer dans ce débat mais rien que le fait qu’il y en ait un montre à quel point le King est monté haut, et d’ailleurs sa carrière n’est pas encore terminée. De Cleveland à Los Angeles en passant par Miami, avec le numéro 23 comme avec le numéro 6, LeBron a ramené une bannière de champion partout où il est passé. C’est simple, aucun autre joueur dans l’histoire n’a remporté un titre NBA et un trophée de MVP des Finales avec trois franchises différentes. Sa carrière mérite un film, point barre.

Carmelo Anthony

  • 10 fois All-Star
  • 2 fois membre de la All-NBA Second Team, 4 fois membre de la All-NBA Third Team
  • 10e all-time au nombre de points marqués en carrière (27 370), une fois meilleur marqueur de la saison

Membre de la légendaire Draft 2003, Carmelo Anthony est récemment entré dans le Top 10 des plus grands scoreurs de l’histoire de la NBA. Comme son copain et nouveau coéquipier LeBron, Melo n’a pas encore raccroché les sneakers et espère toujours ajouter une bague de champion à son palmarès collectif, aujourd’hui vierge. Mais qu’il gagne un titre NBA ou pas avant sa retraite, Anthony restera pour toujours comme l’une des grandes références comme il s’agit de mettre le gros ballon orange dans le panier. Melo a connu ses plus grandes saisons individuelles à Denver et New York, où il a enchaîné les campagnes entre 25 et 30 pions par match. Un monstre offensif. Pour la petite histoire, on vous rappelle qu’aucun joueur n’a marqué plus de points que Carmelo lors d’un match joué dans la Mecque du basket, le Madison Square Garden. 62 unités, le record tient depuis janvier 2014.

Dwyane Wade

  • 3 fois Champion NBA, dont une fois MVP des Finales
  • 13 fois All-Star, dont une fois MVP
  • 8 fois membre d’une All-NBA Team, dont 2 fois dans la All-NBA First Team
  • 3 fois membre de la NBA All-Defensive Second Team
  • 30e all-time au nombre de points marqués en carrière (23 165), une fois meilleur marqueur de la saison

Si LeBron James et Carmelo Anthony étaient les deux superstars de la Draft NBA 2003, Dwyane Wade est celui qui a atteint le sommet en premier. En 2006, accompagné notamment par un Shaquille O’Neal post-prime, Flash a sorti l’une des plus grandes performances de l’histoire des Finales NBA contre Dallas, apportant ainsi à la franchise de Miami sa première bannière de champion. Deux autres suivront derrière lors de la période Big Three, durant laquelle Wade a eu la sagesse de laisser les clés à LeBron pour maximiser les chances de victoire du Heat. Slasheur exceptionnel dans ses jeunes années et quand les blessures le laissaient tranquille, puis réussissant à s’adapter pour rester efficace malgré l’âge, D-Wade représente LA légende de Miami. P.S. : les passages à Chicago et Cleveland n’ont jamais existé. 

Dwight Howard

  • Une fois Champion NBA
  • 8 fois All-Star
  • 8 fois membre d’une All-NBA Team, dont 5 fois dans la All-NBA First Team
  • 3 fois Défenseur de l’Année
  • 5 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 4 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 12e all-time au nombre de rebonds en carrière (14 277), 5 fois meilleur rebondeur de la saison
  • 15e all-time au nombre de contres en carrière (2 192), 2 fois meilleur contreur de la saison

Grand oublié du Top 75 de la NBA, Dwight Howard peut se consoler en se disant qu’il est dans le Top 75 version TrashTalk. C’est peut-être par rapport à ce sujet-là qu’il s’est embrouillé avec Anthony Davis, présent lui dans la prestigieuse liste de la Grande Ligue. Plus sérieusement, on ne pouvait pas laisser Dwight sur le bas-côté car il était quand même bien bien dominant dans son prime. Monstre athlétique, monstre en défense, Howard était le pivot numéro un de la NBA pendant de nombreuses années avec le Magic (même si la concu n’était pas folle faut bien l’avouer), qu’il a d’ailleurs guidé vers les Finales NBA en 2009. Ses stats à son meilleur niveau ? 21 points, 14 rebonds, 3 contres par match. Lourd. Pas pour rien qu’on l’appelait Superman, lui qui a également remporté le Slam Dunk Contest 2008 avec le célèbre « S » sur la poitrine. Après son départ d’Orlando, Howard a enchaîné les franchises et a vu sa réputation se dégrader en même temps que ses stats, la faute à des bobos et des tensions dans les différents vestiaires où il est passé. Dwight a cependant réussi à se transformer en role player efficace en fin de carrière, et il a été récompensé par un titre NBA avec les Lakers.

Chris Paul

  • 11 fois All-Star, dont une fois MVP
  • 10 fois membre d’une All-NBA Team, dont 4 fois dans la All-NBA First Team
  • 9 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 7 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • 5e all-time au nombre de passes décisives en carrière (10 275), 4 fois meilleur passeur de la saison
  • 5e all-time au nombre d’interceptions en carrière (2 332), 6 fois meilleur intercepteur de la saison

Son surnom veut tout dire : le Point God. Clairement, on parle de l’un des meilleurs meneurs all-time, un véritable maestro qui reste d’ailleurs sur l’une de ses plus belles campagnes en carrière avec une qualification pour ses premières Finales NBA sous le maillot des Phoenix Suns en 2021. Si le manque de succès en Playoffs a longtemps été reproché à CP3, ce dernier prouve plus que jamais ces dernières saisons qu’il fait partie de ceux qui peuvent sublimer n’importe quel collectif. Sa façon de gérer le tempo, sa capacité à mettre ses coéquipiers dans les bonnes positions, son jeu mi-distance, son leadership, son intelligence des deux côtés du terrain, son côté fouine aussi… bref vous comprenez pourquoi on l’appelle régulièrement le Point God depuis de nombreuses saisons maintenant.

Kevin Durant

  • 2 fois Champion NBA, et 2 fois MVP des Finales
  • Une fois MVP de la saison
  • 11 fois All-Star, dont 2 fois MVP
  • 9 fois membre d’une All-NBA Team, dont 6 fois dans la All-NBA First Team
  • A réalisé une saison en 50-40-90
  • 26e all-time au nombre de points marqués en carrière (23 883), quatre fois meilleur scoreur de la saison

Sa décision de quitter le Thunder pour rejoindre les Warriors en 2016 ne passera peut-être jamais aux yeux de certains fans NBA, mais il ne fait aucun doute que Kevin Durant fait partie des meilleurs joueurs de l’histoire, lui qui est parfois considéré comme le scoreur le plus inarrêtable all-time. Possédant la taille d’un intérieur, la mobilité d’un arrière et l’adresse d’un sniper, KD est tout simplement un cheat code que même une rupture du tendon d’Achille ne peut pas stopper. Cela vous donne un aperçu du monstre, qui a en plus réussi à devenir de plus en plus complet des deux côtés du terrain au fur et à mesure que sa carrière avançait. À l’heure de ces lignes et après une nouvelle médaille d’or olympique décroché à Tokyo, KD est peut-être le meilleur basketteur de la planète. À 32 ans, il lui reste quelques belles années pour martyriser les défenses adverses et remplir encore un peu plus un palmarès qui pèse déjà bien lourd.

Russell Westbrook

  • Une fois MVP de la saison
  • 9 fois All-Star, dont 2 fois MVP
  • 9 fois membre d’une All-NBA Team, dont deux fois dans la All-NBA First Team
  • 1er all-time au nombre de triple-doubles en carrière (184)
  • 34e all-time au nombre de points marqués en carrière (21 880), deux fois meilleur scoreur de la saison
  • 12e all-time au nombre de passes décisives en carrière (8 061), trois fois meilleur passeur de la saison

Quand on parle de Kevin Durant, Russell Westbrook n’est jamais très loin. Et pour cause, les deux ont passé de nombreuses années ensemble à Oklahoma City, disputant même les Finales NBA ensemble. Mais quand le premier est parti, le second est resté à OKC pour prendre une nouvelle dimension, lui qui s’est transformé en MVP de la Grande Ligue et surtout en roi incontesté du triple-double. En 2016-17, Brodie a réussi l’exploit impensable de sortir une campagne complète en triple-double de moyenne (et avec 42 TD, un record sur une saison), un exploit que seul Oscar Robertson avait réalisé 55 ans avant Russ. Westbrook a ensuite refait le coup au Thunder à deux reprises puis aux Wizards, devenant ainsi le nouveau recordman du nombre de triple-doubles en carrière devant Big O. Il ne reste désormais plus qu’à gagner un titre NBA, et c’est ce que Westbrook va tenter de faire dans sa ville natale de Los Angeles cette saison.

James Harden

  • Une fois MVP de la saison
  • 9 fois All-Star
  • 7 fois membre d’une All-NBA Team, dont six fois dans la All-NBA First Team
  • Une fois Sixième Homme de l’Année
  • 33e all-time au nombre de points marqués en carrière (22 045), 3 fois meilleur scoreur de la saison
  • 42e all-time au nombre de passes décisives en carrière (5 730), une fois meilleur passeur de la saison
  • 8e all-time au nombre de triple-doubles en carrière (58)

Quand votre nom est souvent associé à celui de Wilt Chamberlain, c’est que vous êtes plutôt pas mauvais au basket. Auteur d’immenses saisons au scoring sous le maillot des Rockets ces dernières années, James Harden est devenu un joueur calibre MVP à Houston après avoir fait ses gammes dans un rôle de sixième homme de luxe du côté d’Oklahoma City au début de sa carrière. À 32 ans, il est cependant toujours à la recherche d’un premier titre NBA, le seul véritable accomplissement qui lui manque pour prendre une dimension supplémentaire niveau legacy. Ça tombe bien, avec Kevin Durant, Kyrie Irving et Cie, Harden et les Nets sont bien armés pour y arriver cette saison.

Stephen Curry

  • 3 fois Champion NBA
  • 2 fois MVP de la saison
  • 7 fois All-Star
  • 7 fois membre d’une All-NBA Team, dont 4 fois dans la All-NBA First Team
  • A réalisé une saison en 50-40-90
  • 2 fois meilleur marqueur de la saison et une fois meilleur intercepteur
  • 2e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (2 832), deux fois vainqueur du concours à 3-points (également 1er au nombre de 3-points marqués en Playoffs, 470)

Stephen Curry est encore en plein prime, mais on peut d’ores et déjà le considérer comme l’un des meilleurs joueurs de l’histoire, et surtout comme le plus grand sniper all-time. La NBA a vu passer de nombreuses stars et de nombreux phénomènes durant ses 75 ans, mais rares sont ceux à avoir révolutionné le basket. Stephen Curry fait partie de cette dernière catégorie. Si le tir à 3-points est devenu roi en NBA, c’est parce que Steph et ses Warriors sont passés par là, eux qui ont marché sur la concurrence en remportant trois titres de champion en cinq Finales entre 2015 et 2019. Premier MVP unanime de l’histoire en 2016, Steph Curry possède un nombre incalculable de records dans le domaine du 3-points, dont celui du plus grand nombre de tirs primés inscrits dans une saison (402 !) et bientôt celui du plus gros total de missiles en carrière. Désolé Ray Allen.

Kawhi Leonard

  • 2 fois Champion NBA, et 2 fois MVP des Finales
  • 5 fois All-Star, dont une fois MVP
  • 5 fois membre d’une All-NBA Team, dont 3 fois dans la All-NBA First Team
  • 2 fois Défenseur de l’Année
  • 7 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 3 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • Une fois meilleur intercepteur de la saison

L’un des meilleurs joueurs de la NBA actuelle. Un monstre des deux côtés du terrain, qui ne parle pas beaucoup mais qui s’exprime avec un jeu diablement efficace. Kawhi, c’est le genre de mec à vous donner la leçon en attaque à base de paniers mi-distance avant de vous menotter en défense avec ses immenses paluches, tout ça en mode robot. Vainqueur d’un premier titre à San Antonio en 2014 avec Tim Duncan, Manu Ginobili et Tony Parker, Leonard a réalisé son plus grand exploit sous les couleurs de Toronto cinq ans plus tard, où il a emmené les Raptors au sommet pour la première fois de l’histoire de la franchise canadienne, et en une saison seulement s’il vous plaît. Plutôt du genre à bouger en douce, Kawhi Leonard a désormais comme objectif de remporter un troisième titre NBA sous un troisième maillot, celui des Clippers dans sa ville natale de Los Angeles. Une nouvelle bague permettrait au Fun Guy de monter encore plus dans la hiérarchie all-time.

Giannis Antetokounmpo  

  • Une fois Champion NBA, et une fois MVP des Finales
  • 2 fois MVP de la saison
  • 5 fois All-Star, dont une fois MVP
  • 5 fois membre d’une All-NBA Team, dont 3 fois dans la All-NBA First Team
  • Une fois Défenseur de l’Année
  • 4 fois membre d’une NBA All-Defensive Team, dont 3 fois dans la NBA All-Defensive First Team
  • Une fois MIP

Impossible de ne pas intégrer Giannis Antetokounmpo au Top 75 après sa performance légendaire lors des Finales NBA 2021. Face aux Phoenix Suns, le Greek Freak a franchi un palier supplémentaire dans son ascension absolument incroyable depuis les rues d’Athènes, le palier ultime où il a prouvé qu’il pouvait battre ses démons en Playoffs. Champion NBA avec SA franchise des Bucks, MVP des Finales, 50 points lors du Game 6 alors qu’il avait commencé les Finales diminué à cause d’une vilaine blessure au genou… bref, c’est calibre all-time tout ça ! Véritable monstre des parquets capable de dominer dans de nombreux secteurs de jeu, Giannis rafle quasiment tout sur son passage depuis son arrivée dans la Grande Ligue et possède déjà un palmarès exceptionnel. Individuellement, il a tout gagné, lui qui a notamment rejoint Michael Jordan et Hakeem Olajuwon dans le cercle très fermé des joueurs faisant le doublé MVP-DPOY en une saison. Collectivement, il est arrivé au sommet avec panache, utilisant les échecs précédents pour arriver au bout. Et dire qu’il n’a que 26 piges…

____

Le 76e : Gérard Smith 

  • 2 fois Champion NBA
  • Une fois Sixième Homme de l’Année
  • Une fois meilleur marqueur du championnat chinois
  • 16e all-time au nombre de 3-points marqués en carrière (1 930), 9e all-time en Playoffs (294, no joke)
  • 1er all-time dans la catégorie des plus belles gaffes (84)
  • Champion dans la catégorie « lanceur de bol de soupe » (coucou Damon Jones)
  • Légende ultime aux yeux de TrashTalk

Vous pensiez vraiment qu’on allait faire notre Top 75 sans parler de la légende Gérard Smith ? Impossible. Impossible de laisser de côté ce génie du jeu, ce génie tout court même. On parle d’un phénomène qui nous a offert l’un des plus grands moments de l’histoire des Finales NBA lors du Game 1 entre les Warriors et les Cavaliers en 2018, lorsqu’il a réalisé une action clutch all-time sous les yeux de son coéquipier LeBron James, véritablement sous le charme (non). On parle d’un petit malin qui arrivait à déconcentrer ses adversaires en dénouant leurs lacets lors des lancers-francs. On parle d’un mec hyper fair-play qui pouvait saluer un adversaire en pleine possession défensive jusqu’à aller accord un panier facile. Gérard, who else ? 

Mention spéciale pour le grand oublié de 1996 : Dominique Wilkins

  • 9 fois All-Star
  • 7 fois membre d’une All-NBA Team, une fois dans la All-NBA First Team
  • 14e all-time au nombre de points marqués en carrière (26 668), une fois meilleur scoreur de la saison
  • Hall of Famer

Parmi les grands oubliés du Top 50 en 1996, on peut citer des joueurs comme Bob McAdoo et Adrian Dantley, mais on doit surtout citer Dominique Wilkins. Ce dernier n’avait pas été sélectionné à l’époque alors on est obligés de le mentionner quelque part. Réputé pour ses dunks surpuissants (il a remporté le concours de dunks à deux reprises, notamment contre Michael Jordan), The Human Highlight Film fait non seulement partie des basketteurs les plus spectaculaires de l’histoire, mais aussi des plus grands scoreurs all-time. On parle quand même d’un mec qui possède sa statue devant la salle des Atlanta Hawks, la franchise où il a réalisé ses plus grands exploits. On n’en connaît pas beaucoup qui peuvent en dire autant.

Les changements par rapport à la liste officielle de la NBA

IN :

  • Tony Parker
  • Dwight Howard
  • Gérard Smith
  • Vince Carter

OUT

  • Anthony Davis
  • Damian Lillard
  • Bob McAdoo
  • Dominique Wilkins*

*Nous nous sommes basés sur le Top 50 de 1996, en ajoutant les 25 joueurs les plus méritants selon nous depuis cette date, ce qui explique son absence. Pour rappel, Wilkins a quitté la NBA en 1995 pour aller jouer en Grèce, avant de revenir à deux reprises avec les Spurs et le Magic.

Et pour vous, c’est quoi le Top 75 all-time de la NBA ?

2 Commentaires

2 Comments

  1. Eriol

    24 octobre 2021 à 23 h 05 min at 23 h 05 min

    Et McGrady ?

  2. Cedric

    25 octobre 2021 à 7 h 26 min at 7 h 26 min

    Mcadoo c’est :
    2x champion NBA (1982,1985)
    NBA Most Valuable Player en 1975
    Rookie of the Year en 1973
    Meilleur marqueur NBA en 1974, 1975 et 1976
    NBA All-Rookie Team en 1973
    5 sélections au NBA All-Star Game en 1974, 1975, 1976, 1977 et 1978
    deux fois le championnat italien, une fois la coupe et deux fois la Coupe d’Europe des clubs champions (ex-Euroligue), notamment en 1988 où il est élu MVP du Final Four.

    Alors je ne vois pas pour quoi il aurait moins sa place qu’un autre…

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top