MVP Rankings

MVP Race – zoom sur le dossier James Harden : le Barbu a de plus en plus d’arguments, et ce n’est pas lui qui dira le contraire

James Harden Brooklyn nets 21 février 2021

« Je suis le MVP. »

Source image : NBA League Pass

Tiens, si on profitait de ce dimanche pour faire le point sur cette INCROYABLE course au trophée de MVP ? Pas moins de huit candidats crédibles recensés à deux mois de la fin de la saison, quelques autres vraiment pas loin derrière, et bien malin qui peut sortir aujourd’hui le nom du futur lauréat. Ci-dessous ? Focus sur le dossier… James Harden, qui pèse de plus en plus lourd au fur et à mesure qu’on avance dans la saison.

Mais aussi…

Les stats

Bon, niveau chiffres, comme souvent avec James Harden, c’est du très lourd. Scoring, playmaking, triple-doubles, le mec noircit les feuilles de stats comme un sagouin. Le meilleur passeur de la NBA cette année ? C’est James Harden. Au niveau des matchs en trois dimensions ? Il est sur le podium. Dans le scoring ? C’est moins ouf que par le passé car il n’a pas à claquer 40 points tous les soirs avec Kyrie Irving et Kevin Durant à ses côtés, mais il reste dans le Top 10, tout ça avec une efficacité légèrement plus élevée que les années précédentes à Houston. Et quand ses deux copains brillent par leur absence, Harden peut très bien appuyer sur le bouton explosion, comme au bon vieux temps. Tout ça pour dire que le Barbu possède tout ce qu’il faut dans le critère des statistiques, toujours très important dans la course au MVP.

25,8 points à 46,4% au tir dont 35,9% du parking et 86,5% aux lancers, 8,1 rebonds, 11,2 passes, 1,3 steal et 0,7 contre en 38,1 minutes

Le bilan

Pour les stats, c’est OK. Pour le bilan, c’est pas mal non plus. Si les Nets ont connu des hauts et des bas en début de saison, ils se retrouvent aujourd’hui à la deuxième place de la Conférence Est avec 31 victoires pour 15 défaites, juste derrière les Sixers. Collectivement, Brooklyn a véritablement enclenché la vitesse supérieure à partir de mi-février. 20 matchs, 17 victoires, avec ça vous vous retrouvez rapidement dans les hauteurs de l’Est. Les Nets ont notamment décroché des succès contre les Suns, les Lakers, les Clippers ou encore les Blazers, tous en déplacement. De quoi faire flipper la NBA, d’autant plus que cet enchaînement de victoires s’est fait sans la présence d’un certain Kevin Durant. Flippant on a dit.

La dynamique

Alors là, en matière de dynamique, difficile de faire mieux. Comme dit dans le paragraphe juste au-dessus, la grande forme des Nets associée aux performances XXL de James Harden font de ce dernier un candidat qui n’arrête pas de monter dans les sondages. Vendredi, après un nouveau carton à Detroit, Harden s’est même autoproclamé MVP de la NBA. Vous en faites ce que vous voulez de cette décla mais le Barbu est probablement le candidat qui surfe sur la plus grande vague ces derniers temps. Le fait que les Nets aient enchaîné autant de victoires ces dernières semaines, sans Kevin Durant et avec un James Harden en mode patron aux côtés de Kyrie Irving, a permis à Ramesse de s’incruster sérieusement dans la course alors qu’on pensait que son cirque du début de saison l’éliminait directement de la discussion.

« Est-ce que je pense que je fais partie de la course au MVP ? Je pense que je suis le MVP. C’est aussi simple que ça. […] Les chiffres parlent d’eux-mêmes. Et nous gagnons. C’est tout ce que je peux dire. »

– James Harden

La narrative

Justement, on en vient à ce début de saison avec les Rockets. La demande de transfert, son absence au camp d’entraînement, son comportement de diva… les gens n’ont pas oublié tout ça. Et ça peut jouer contre lui quand il faudra comparer les dossiers à la fin de la saison. On le sait, la story qui entoure les candidats est toujours très importante et on voit mal un mec qui s’est fait transférer en cours de campagne, avec un divorce bien crade en plus, repartir avec le trophée (P.S. : ce n’est jamais arrivé). Cependant, cela peut aussi devenir un argument pour Harden dans le sens où les Rockets ont complètement perdu pied sans lui, ce qui montre la valeur d’un joueur comme Ramesse. Certains auront ce point de vue, d’autres diront qu’il a flingué la saison des Rockets d’entrée, chacun son avis là-dessus. En tout cas, ce qui est clair et net, c’est qu’Harden a permis aux Nets de prendre place dans les hauteurs de l’Est en adaptant son jeu quand il faut, et en prenant les commandes quand c’est nécessaire.

Et concrètement, le dossier

Dossier bien bien complet donc. James Harden coche beaucoup de cases et se retrouve sur une très bonne dynamique à moins de 30 matchs du buzzer. Cependant, la particularité de son CV – avec le cirque du début de saison – pourrait aussi représenter sa plus grande faiblesse. À voir, mais on peut compter sur le Barbu pour jouer à un niveau de MVP lors des semaines à venir, même si le retour de Kevin Durant pourrait également faire de l’ombre à ses performances individuelles.

Transféré en début de saison et au milieu d’un Big Three avec Kevin Durant et Kyrie Irving, James Harden ne semblait pas représenter un candidat crédible il y a encore quelques semaines. Mais il a tellement cartonné récemment qu’il se retrouve aujourd’hui clairement dans la discussion. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top