Kings

Preview des Sacramento Kings 2020-21 : on repart pour une saison avec comme grand espoir de finir premier… des derniers ?

Kings 7 novembre

Une saison de plus dans les profondeurs de l’Ouest pour les Kings ? Rien de figé hein, mais le contraire nous ravirait et nous étonnerait.

Source image : YouTube

Les saisons se suivent et se ressemblent pour les Kings. Après un exercice 2018-19 très intéressant et les espoirs estivaux qui en découlaient, la saison dernière a débouché sur… une nouvelle déception. Pas de Playoffs évidemment, pour la quatorzième saison de suite, mais surtout un bilan collectif pas à la hauteur… de la NBA. Bordel à tous les étages, à la cave, au grenier, et rien qui indique que le changement c’est maintenant. Youpi.

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Kings, c’est par ici !

La saison 2019-20

Si le bilan de la saison passée est globalement négatif, on ne se sera une fois de plus pas ennuyé avec les Kings. Débuts éclatés au sol, blessures, bouderies, bazar bazar, et en janvier la plus grosse satisfaction à Sacramento se nomme… Richaun Holmes. Marvin Bagley III ne jouera quasiment pas de la saison, De’Aaron Fox ira très vite mais dans le mur, et si au cœur de l’hiver les résultats connaitront une légère hausse, le COVID se chargera de les calmer un coup et les enverra se finit tout seuls comme des grands dans une bulle sans relief. Excitant hein ?

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : Hassan Whiteside, Tyrese Haliburton (Draft), Chimezie Metu, Glenn Robinson III, Frank Kaminsky, Robert Woodard II (Draft) et Jahmi’us Ramsey (Draft) et… Monte McNair (GM)
  • Ils sont partis : Bogdan Bogdanovic, Kent Bazemore, Corey Brewer, Yogi Ferrell, Harry Giles, Alex Len
  • Ils ont re-signé : De’Aaron Fox (prolongation) DaQuan Jeffries (free agent)

Le roster

  • Meneurs : De’Aaron Fox, Tyrese Haliburton et Cory Joseph
  • Arrières : Buddy Hield, Robert Woodard II, Jahmi’us Ramsey, Justin James, Glenn Robinson III (training camp) et Kyle Guy (two-way contract)
  • Ailiers : Harrison Barnes, DaQuan Jeffries et Vince Edwards (training camp)
  • Ailiers-forts : Marvin Bagley III, Nemanja Bjelica, Jabari Parker, Chimezie Metu et Frank Kaminsky (training camp)
  • Pivots : Richaun Holmes et Hassan Whiteside

En gras les possibles titulaires à chaque poste, avec un doute au niveau du back-court, même si J.J. Redick pourrait sortir du banc pour ramener du tir à un starting five pas forcément labellisé gâchettes.

La Free Agency

C’est bizarre mais c’est… assez cohérent. Si, si, on vous jure. Seul énorme hic, le deal avorté avec les Bucks concernant le sign and trade de Bogdan Bogdanovic, qui les empêchait alors de récupérer deux jours qu’ils convoitaient (Ersan Ilyasova et Donte DiVincenzo). Au final ? Chimezie Metu et un Hassan Whiteside quasiment gratos pour faire le sale boulot à l’intérieur, une Draft intéressante, et bien sûr les prolongations de l’excitant DaQuan Jeffries et surtout de De’Aaron Fox pour le max. Les travaux sont faits, et si au rayon départ on retient ses larmes et son poing (Bogdan donc mais aussi Harry Giles abandonné et l’utile Kent Bazemore), le groupe en place est cohérent à condition qu’une partie des supposés leaders se sortent les doigts et/ou restent en forme. Un homme pour aider à gérer tout ça au mieux ? Monte McNair, nouveau GM à bord qui prend la suite d’un Vlade Divac aussi légendaire sur le terrain qu’il aura été catastrophique en dehors. Alors… on repart de l’avant ?

La Draft

Pas mal ! Gros focus il y aura sur le combo guard Tyrese Haliburton, récupéré avec opportunisme grâce au pick 12 alors qu’il était parfois annoncé bien plus haut. Vrai cerveau en provenance d’Iowa State, Tyrese semble être à court terme le complément parfait de De’Aaron Fox sur la ligne arrière. Quelques passages à la salle pour se construire un body et on connait un shooteur à la dentition suspecte qui pourraient bien avoir les oreilles qui chauffent. Haliburton donc, mais aussi deux profils intéressants sur le poste de 2 avec les acquisitions de Jahmi’us Ramsey et Robert Woodard, dont on attendra pas forcément monts et merveilles mais ceci présentant également l’avantage que dans tous les cas… on ne sera pas déçu. Un paque d’observateurs s’accordent en tout cas à féliciter les Kings pour leur bonne pioche, c’est déjà ça.

Le point sur l’infirmerie, par le Docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Sacramento la saison dernière, quatre noms ressortent : De’Aaron Fox, Marvin Bagley III, Richaun Holmes et Jabari Parker. De’Aaron Fox a connu plusieurs alertes. Il a tout d’abord manqué en octobre plusieurs matchs de présaison pour une tension musculaire au bas du dos, puis un autre match pour la même raison en décembre. Il s’est ensuite fait une entorse de grade trois à la cheville gauche (ligament déchiré) avec une contusion osseuse en novembre et ratera alors dix-sept matchs. Sa cheville tournera à nouveau en juillet et il ratera plusieurs scrimmages. Pour finir, il ne jouera pas les deux derniers matchs pour des douleurs à l’épaule qui l’avaient gêné une bonne partie de la saison. Marvin Bagley III n’a pour sa part joué que treize matchs de sa saison sophomore. Il s’est tout d’abord fracturé le pouce droit en novembre et a manqué vingt-deux matchs puis s’est ensuite fait une entorse au pied gauche en décembre qui lui a fait rater huit matchs, avant d’en rejouer quatre et d’aggraver sa blessure si bien qu’on ne le reverra plus avant la pause. En juillet ? Entorse au pied droit (les entorses au pied sont pourtant moins fréquentes) et huit matchs loupés. Richaun Holmes, de son côté, s’est déchiré le labrum de l’épaule droite en janvier et a du manquer vingt-cinq matches après une injection de plasma. Il ratera également la fin de la bulle pour des douleurs à la hanche droite. Jabari Parker pour finir, a manqué vingt-quatre matchs pour un conflit au niveau de la coiffe des rotateurs (pas d’information précise) en décembre et ne participera ensuite que peu à la bulle après une infection due au COVID.

Salary recap

salaires Kings 7 décembre 2020

 

Le roster est cohérent, mais l’alignement des planètes fortement demandé

Bon bon bon… A première vue on a donc un roster équilibré, on vous jure que si. A la mène une superstar en devenir accompagnée d’un rookie prometteur et d’un vétéran respecté (Cory Joseph), à l’arrière un homme capable d’être le meilleur shooteur de toute la Ligue (Buddy Hield) mais que l’on n’aimerait pas voir se transformer en E’twaun Moore du pauvre avec le temps, Harrison Barnes au poste 3 et ça reste très sous-coté des deux côtés du terrain si tant est qu’on lui décolle enfin cette étiquette de future star des Warriors, un Marvin Bagley III qui doit très vite se positionner entre un statut de futur All-Star et un autre de Louis laberie du pauvre, et enfin un Richaun bondissant au poste 5 qui aura bien mérité sa place de titulaire pour 2021. Rajoutez à tout ça un Nemanja Bjelica bien utile quand il se décide à scorer plus de points qu’il n’en prend sur la truffe et un Hassan Whiteside qui, quoiqu’on en dise, reste une belle pioche à ce prix-là, et on obtient un groupe assez homogène capable de… capable de quoi d’ailleurs ? Très clairement le niveau de De’Aaron Fox sera à la base du niveau des Kings cette saison, et dans le meilleur des mondes la troupe de Luke Walton peut très bien se mêler à la bagarre pour la dixième place, synonyme cette saison de barrage face au septième. Le hic un peu trop dommageable ? La concurrence, avec des franchises comme les Wolves, les Spurs ou les Pels qui peuvent sembler appartenir au même tier cette année mais qui bénéficient toutes d’une dose d’expérience et/ou talent en plus. Moralité ? Les Kings seront probablement – encore – à la ramasse cette année, mais ça ne veut pas forcément dire qu’ils seront nuls. Et là encore, c’est déjà ça.

Le pronostic du rédacteur

24 victoires et 48 défaites, du spectacle parfois, le bordel souvent, et au final les Kings… à leur place, la treize ou quatorzième.

Pas encore d’énormes punchlines à sortir pour ces Kings 2020-21, si ce n’est le bonjour de l’ami Bogdan Bogdanovic et des Bucks. On attend un Foxy en mode All-Star qui mérite son argent, un Buddy Hield qui assure, un Bagley qui reste debout, un rookie investi d’entrée et pourquoi pas un Whiteside mature. Tout est possible hein, sauf pour Whiteside ndlr, mais il faudra un sacré alignement des planètes pour retrouver les Kings en Playoffs cette année. Allez, on croise les doigts fort, mais genre très fort, genre on fait un noeud avec.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top