Heat

Preview du Miami Heat 2020-21 : nouveau boss de l’Est, le Heat peut-il conserver son statut ?

Le Heat voudra prouver que cette image n’est pas un one-shot.

Source image : YouTube

Honneur au champion de l’Est aujourd’hui ! Le Heat, auteur d’une magnifique bulle à Disney, a réussi à retrouver les Finales NBA pour la première fois depuis 2014, alors que la franchise floridienne n’était même pas qualifiée en Playoffs en 2019. Un très gros jump que peu de monde avait vu venir, et qu’il va désormais falloir confirmer cette année. Avec peu de changements à l’intersaison, la bande à Erik Spoelstra va pouvoir s’appuyer sur des bases solides pour tenter de rester au sommet de sa conférence. 

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison du Heat, c’est par ici !

La saison 2019-20

Quelle aventure ! Après avoir recruté Jimmy Butler à l’été 2019, le Heat a repris sa place parmi les poids lourds de l’Est, ce qui n’était pas arrivé depuis quelques années. Buckets a immédiatement apporté son leadership et son intensité à une franchise qui adore ce genre de qualités, mais la dernière campagne est surtout à placer sous le signe de la réussite collective. On a eu la progression très attendue de Bam Adebayo, on a eu le retour en forme de Goran Dragic, les belles performances des rookies Tyler Herro et Kendrick Nunn, sans oublier l’ascension de Duncan Robinson, qui s’est imposé comme l’un des meilleurs snipers de toute la NBA. Tout ça dans une équipe parfaitement dirigée par Erik Spoelstra, qui a réalisé un festival d’ajustements payants en Playoffs pour permettre à son équipe d’aller jusqu’en Finales NBA. Des Playoffs où le Heat a dominé Indiana, Milwaukee et Boston, avant de tomber les armes à la main et avec plein de bobos face aux Lakers de LeBron James et Anthony Davis. Dans la bulle, Miami a montré un mix parfait entre vétérans qui assurent (Butler, Dragic, Crowder ou encore Iguodala, ces deux derniers étant arrivés en cours de saison) et jeunots qui n’ont pas froid aux yeux (Adebayo, Herro, Robinson). Un mélange qui offre une base solide pour la saison à venir, même s’il y a eu quelques petits mouvements.

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : Avery Bradley, Maurice Harkless, Precious Achiuwa (Draft)
  • Ils sont partis : Jae Crowder, Derrick Jones Jr., Solomon Hill, Kyle Alexander
  • Ils ont re-signé : Bam Adebayo (extension de contrat), Goran Dragic, Meyers Leonard, Kelly Olynyk (player option), Udonis Haslem, Tyler Herro (team option), Gabe Vincent (two-way qualifying offer)

Le roster

  • Meneurs : Goran Dragic, Kendrick Nunn, Gabe Vincent (two-way)
  • Arrières : Duncan Robinson, Tyler Herro, Avery Bradley
  • Ailiers : Jimmy Butler, Andre Iguodala, Maurice Harkless, KZ Okpala
  • Ailiers-forts : Precious Achiuwa, Udonis Haslem, Chris Silva
  • Pivots : Bam Adebayo, Meyers Leonard, Kelly Olynyk

En gras, les possibles titulaires à chaque poste.

La Free Agency

Pas d’énorme changement dans l’effectif du Heat au cours de l’intersaison, même s’il faut noter le départ de Jae Crowder, important dans le superbe parcours de Miami chez Mickey. Derrick Jones Jr., le vainqueur du Slam Dunk Contest 2020 et jeunot intéressant, est également allé voir ailleurs, mais la franchise floridienne a compensé en recrutant Avery Bradley, qui fait partie des meilleurs arrières défensifs de la Ligue, ainsi que l’ailier Maurice Harkless. Au final, la grosse transaction de l’intersaison, ce fut l’extension XXL de Bam Adebayo (163 millions sur cinq ans), prolongé dès cette année malgré la volonté du Heat de se positionner sur le dossier Giannis Antetokounmpo en 2021. Pour rester dans le thème des prolongations de contrat, Goran Dragic et Meyers Leonard ont décidé de continuer l’aventure, tout comme Kelly Olynyk qui a logiquement pris sa player option, et l’éternel Udonis Haslem, qui vient de signer son 48e contrat en NBA.

La Draft

Un pick seulement pour le Heat lors de la Draft 2020, à savoir le 20e, que les Floridiens ont décidé d’utiliser sur l’intérieur formé à Kentucky Precious Achiuwa. Et ça tombe bien, car le poste 4 a vu les départs de Jae Crowder et Derrick Jones Jr. à l’intersaison. On adore Udonis Haslem hein, il est fort pour lâcher des gros speechs et remonter les bretelles de ses gars, mais il faut aussi du monde sur le parquet. Precious devrait donc avoir des opportunités pour dépenser son énergie et faire étalage de ses qualités : compétiteur, joueur agressif mais aussi polyvalent, qui tournait en 16 points – 11 rebonds à l’université. Bref, un gamin qui correspond bien à la fameuse Heat Culture.

Le point sur l’infirmerie, par le Docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Miami la saison dernière, quatre noms ressortent : Goran Dragic, Meyers Leonard, Tyler Herro et Avery Bradley, arrivé en provenance de Los Angeles. Goran Dragic a connu trois alertes cette saison : neuf matchs d’absence pour une tension à l’aine droite, trois matchs pour une entorse à la cheville droite et quatre matchs pendant les Finales pour une fasciite plantaire gauche (déchirure). Alors qu’on ne s’attendait pas à le revoir dans la série contre les Lakers, Goran a réussi à rejoindre ses coéquipiers, tout comme Bam Adebayo d’ailleurs, qui avait également souffert de quelques bobos (deux matchs ratés en Finales NBA). Le repos de l’intersaison a été court pour le Slovène, mais on espère qu’il sera suffisant. Meyers Leonard a lui manqué les seize matchs avant la pause pour une entorse grade trois à la cheville gauche. Malheureusement, sa rééducation fut compromise à cause de la fermeture des infrastructures, et il est ensuite sorti de la rotation de Spoelstra chez Mickey. Tyler Herro, quant à lui, a connu une alerte au pied droit avant la pause. Il a manqué quinze matchs consécutifs entre début février et début mars (et a déclaré souffrir depuis janvier), et n’est revenu que pour sept minutes avant la suspension de la saison. Il a heureusement cartonné dans la bulle et semble donc avoir réglé son problème. Avery Bradley, pour finir, a manqué treize matchs fin 2019 pour une fracture de fatigue de la tête fibulaire (tête du péroné). Il n’a pas raté d’autre rencontre avant la pause mais a décidé de ne pas participer à la bulle et donc au titre de champion des Lakers. 

Salary recap

Source : HoopsHype

Le Heat prêt à défendre son statut de boss de l’Est 

Le Heat a démarré la saison dernière comme un candidat potentiel aux Playoffs, il va démarrer celle qui arrive avec la ferme intention de retourner en Finales NBA et de prouver que le succès de la bulle n’était pas juste un épisode… isolé. Ce n’est jamais facile de confirmer, mais la continuité du groupe devrait aider Miami dans son objectif. Il y a à la fois une base solide et une marge de progression avec le jeune All-Star Bam Adebayo et la pépite Tyler Herro, deux gars qui vont monter de plus en plus haut si tout se passe bien. Le parcours réalisé chez Mickey a prouvé le potentiel de cette équipe ainsi que la force collective du groupe, qui aura cependant le désavantage de reprendre plus rapidement que n’importe quelle autre équipe mis à part les Lakers. Cela peut jouer contre les Floridiens mais on peut compter sur Erik Spoelstra pour bien gérer ses gars et faire les bons choix. En parlant de choix, on se pose quelques questions concernant le cinq de départ que va aligner Spo. Avec le coach du Heat, rien n’est jamais gravé dans le marbre mais on va quand même tenter de deviner ce qu’il a en tête pour le début de saison. Jimmy Butler et Bam Adebayo seront évidemment alignés, Duncan Robinson devrait logiquement continuer à débuter les matchs vu son importance dans le collectif floridien, reste à voir qui occupera les deux derniers spots. Qui va évoluer aux côtés de Bam à l’intérieur ? Spo va-t-il revenir à un duo Meyers Leonard – Adebayo comme c’était le cas en saison régulière l’an passé ? Va-t-il lancer Precious Achiuwa dans le grand bain ? Va-t-il utiliser la recrue Maurice Harkless en 4 ? Mystère. Des questions se posent aussi sur le poste de meneur. La saison dernière, Kendrick Nunn avait commencé titulaire avec un Goran Dragic dans le costume de sixième homme. À Orlando, Dragic a pris les commandes de l’attaque pendant que Tyler Herro faisait du sale en sortie de banc, avec Nunn en mode tourneur de serviettes. Sachant que Dragic a fini la bulle avec une blessure et qu’il a 34 balais, y’a des chances qu’il retourne dans la second unit dans un premier temps (avec un Kendrick potentiellement titu) mais il retrouvera logiquement son statut de meneur titu à un moment donné, tandis que Herro gardera son rôle de boosteur comme chez Mickey. Spo a des possibilités, il pourrait d’ailleurs aussi lancer Avery Bradley dans le cinq, et puis on a vu également Jimmy Butler jouer 4 la saison dernière à certains moments. On sait que Spoelstra aime bricoler, vivement qu’il nous sorte un nouveau tour de son chapeau.

Le pronostic du rédacteur

46 victoires pour 26 défaites. Après les Finales NBA d’octobre dernier, le Heat va enchaîner avec une régulière solide avant de s’embarquer dans la défense de son titre de champion de l’Est.

Jimmy Butler, Bam Adebayo et Cie sont prêts à repartir au combat, en étant peut-être un peu fatigués mais surtout affamés après la défaite des Finales NBA. Avant de viser potentiellement Giannis Antetokounmpo en 2021, le Heat se sent capable de gagner avec l’effectif actuel et honnêtement, on a appris à ne pas sous-estimer les Floridiens. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top