Heat

Bam Adebayo, une grosse progression mais quelle place parmi les candidats MIP ? C’est l’heure de faire le bilan

Bam Adebayo 16 février 2020

Les arguments de Bam sont nombreux, reste à voir s’ils seront suffisants face à la concu de Jayson Tatum, Brandon Ingram et quelques autres.

Source image : YouTube

Considéré en début de saison comme l’un des favoris dans la course à la meilleure progression suite notamment au départ d’Hassan Whiteside, Bam Adebayo a bien explosé cette année, devenant l’un des grands artisans de la belle campagne du Heat. Mais quelle place possède-t-il parmi les candidats au titre de MIP ? On se penche sur le dossier. 

Les arguments de Bam

# Une explosion numérique

Parmi les différents trophées de fin de saison, celui de MIP est peut-être celui qui prend le plus en compte les stats. Parce que pour évaluer la progression d’un joueur, ça passe forcément par les chiffres, et une comparaison avec ceux de la saison dernière s’impose naturellement. Et de ce point de vue-là, Bam Adebayo a un dossier solide. Suite au départ d’Hassan Whiteside vers l’Oregon dans le cadre du transfert à quatre équipes impliquant Jimmy Butler, Bam est devenu le pivot indiscutable du Heat, débutant tous les matchs de la saison sans en rater un seul, et passant de 23,3 minutes à 34,4. Adebayo a profité de cette hausse de responsabilités pour bien remplir sa ligne de stats. L’an passé, il tournait à 8,9 points, 7,3 rebonds, 2,2 passes décisives, 0,8 contre et 0,9 interception. Cette saison ? 16,2 points, 10,5 rebonds, 5,1 passes, 1,3 contre et 1,2 interception, le tout à 56,7% au tir. Bonjour la progression numérique ! D’ailleurs, vous savez combien de joueurs tournent en 15-10-5 cette saison en NBA ? Si on fait un tour sur basket-reference.com, on se rend compte qu’ils ne sont que quatre, Adebayo inclus. Les trois autres sont Giannis Antetokounmpo, Nikola Jokic et Domantas Sabonis. On peut dire qu’il est en bonne compagnie le Bam.

# Un pilier des deux côtés du terrain

Après les chiffres, il y a ce qu’on peut appeler le eye test, c’est-à-dire l’impression visuelle et l’apport qu’on ne voit pas forcément dans les stats. Pour faire court, Bam Adebayo est un véritable pilier du Heat des deux côtés du terrain. Non, le mot n’est pas trop fort. Défensivement, il est en train de devenir un monstre à travers ses qualités athlétiques et sa polyvalence, lui qui est capable de sécuriser une raquette tout en défendant à l’extérieur grâce à sa mobilité. On parle d’un mec de 2m06 et 116 kilos au profil rare, un mec intelligent qui améliore n’importe quelle défense avec sa présence. Demandez donc à Giannis Antetokounmpo ce qu’il en pense de la défense de Bam. Et cette polyvalence, on la retrouve aussi offensivement. Adebayo n’est pas le genre d’intérieur qui se contente de placer de bons écrans pour conclure sur pick & roll ou grâce aux ouvertures créées par ses coéquipiers. Il crée lui-même des opportunités, que ce soit pour lui ou pour les autres. Avec ses qualités de playmaker et de passeur, il apporte des éléments que peu d’équipes possèdent avec leur pivot et est devenu l’une des plaques tournantes de l’attaque de Miami. On parle aussi d’un intérieur qui peut galoper en transition, ou qui peut driver vers le panier pour conclure efficacement. Bref, vous l’avez compris, Bam Adebayo est devenu indispensable au Heat.

# Des résultats collectifs qui suivent

C’est un trophée individuel, mais les résultats collectifs comptent aussi. Pas autant que pour le MVP, mais un peu plus quand même que pour celui de Rookie de l’Année. Et là encore, Bam Adebayo a des gros arguments sur son CV. Non qualifié en Playoffs l’an passé, le Heat est redevenu un poids lourd de l’Est cette année, remportant 41 victoires en 65 matchs pour une belle quatrième place de conférence. Avec l’arrivée de Jimmy Butler, on pouvait s’attendre à une progression de la franchise floridienne mais on n’en connaît pas beaucoup qui voyaient Miami aussi haut. Et Bam a évidemment joué un rôle essentiel dans tout ça en prenant une nouvelle dimension au sein du collectif floridien. Car c’est une chose de progresser, c’en est une autre de devenir carrément un All-Star à l’Est au cours de sa troisième saison dans la Ligue. Sans cette ascension spectaculaire, Miami n’aurait pas pu intégrer le Top 4 de sa conférence. On n’oublie pas l’excellent travail d’Erik Spoelstra, ni la belle contribution des jeunots comme Kendrick Nunn, Duncan Robinson, Tyler Herro et Cie mais au final, Bam Adebayo est sans doute le joueur qui incarne le mieux la belle campagne du Heat.

Une sacrée concurrence

Est-ce que tout cela suffira pour être élu Meilleure Progression de la saison ? Pour le moment, on ne sait pas si la campagne 2019-20 va reprendre ou même si la NBA va distribuer des récompenses. Mais ça n’empêche pas de comparer. Si l’on regarde la concurrence aujourd’hui, on peut dire qu’il y a de sacrés candidats pour le titre de MIP. On pense en particulier à Jayson Tatum, qui s’est affirmé dans sa troisième saison comme le big boss d’une séduisante équipe de Boston, à travers plusieurs performances de folie à partir de fin janvier. Difficile aussi d’ignorer la progression de Brandon Ingram, qui a profité d’un nouveau départ chez les Pelicans pour montrer de quoi il était véritablement capable, même s’il ne possède pas l’argument des résultats collectifs. Ces deux-là, également All-Star pour la première fois de leur carrière, sont peut-être les plus gros rivaux de Bam Adebayo. Après évidemment, on peut aussi parler du phénomène Luka Doncic, passé de prodige à candidat MVP, de la pépite du Thunder Shai Gilgeous-Alexander ou encore de la révélation Devonte’ Graham, mais le fait que ces trois-là soient sophomores ne jouent pas forcément en leur faveur. Pareil pour un Trae Young aussi. Et puis honnêtement, ça ne serait pas chelou de voir une superstar comme Doncic avec ce trophée ? Ce qui serait chelou également, c’est voir Pascal Siakam réaliser le back-to-back. Pourtant, Spicy a encore franchi un gros palier cette année mais on le voit mal être élu deux fois de suite. Enfin, on peut mentionner aussi les Domantas Sabonis, Jaylen Brown, Kelly Oubre Jr., Duncan Robinson… ça en fait du monde.

Clairement, Bam Adebayo a tout ce qu’il faut pour rafler le titre de MIP, mais ils sont nombreux à avoir des arguments solides. Jayson Tatum a véritablement pris une nouvelle dimension et son équipe est sur le podium de l’Est. Brandon Ingram a lui des stats peut-être plus impressionnantes que Bam, ce qui peut également faire la différence. Mais au final, MIP ou pas, on retiendra de toute façon l’excellente campagne d’Adebayo au Heat, qui possède là un joyau destiné à briller pour longtemps.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top