Suns

Preview des Phoenix Suns 2020-21 : le casting cinq étoiles est validé… pour faire des Playoffs une réalité ?

chris paul devin booker Suns

« Alors Alex, Ils ont combien de All-Stars les Suns cette saison ? »

Source image : Youtube

2010. C’est l’année de la dernière apparition des Suns en Playoffs, et il aura donc fallu attendre une décennie entière pour considérer à nouveau Phoenix comme une équipe capable de jouer le Top 8 de sa Conférence. Dix longues années qui ont été occupées à gérer l’après Steve Nash, empiler des tours de draft, plus ou moins bien utilisés, pour finalement arriver à cette année 2020 où les Suns ont de nouveau deux All-Stars dans leur effectif. La dernière fois que c’est arrivé ? C’était en… 2010.

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Suns, c’est par ici !

La saison 2019-2020

Les fans des Suns sont passés par toutes les émotions cette saison et pour cause, on a là une des équipes les plus montagnes russes du circuit. Handicapé en début de saison par la suspension de DeAndre Ayton, Phoenix avait malgré tout fait bonne figure en remportant sept de ses onze premiers matchs ! La connexion Rubio-Booker au point, un Kelly Oubre Jr au niveau et Aron Baynes pratiquant le meilleur basket de sa carrière, on commençait même à rêver des Playoffs dans le désert. Et puis il y eut cette descente aux enfers entre la fin d’année 2019 et le début 2020 : 16 défaites en 20 matchs et un retour dans le bas de classement, une place désormais habituelle pour eux. 26 victoires, 39 défaites, 13ème à l’Ouest, certes tu as montré quelques progrès, Book a récupéré sa première étoile et l’arrivée d’un vrai meneur gestionnaire a fait du bien mais c’est insuffisant. Et puis, Adam Silver est arrivé avec une invitation pour aller voir Mickey en août et l’histoire changea du tout au tout. On voyait déjà les Suns servir de punching ball pour toutes les meilleures équipes de la ligue et ils ont su nous faire mentir. Seule équipe invaincue dans la bulle (8 matchs, 8 victoires), Phoenix a montré un visage rayonnant et donné beaucoup d’espoir quant à ses progrès à venir. La performance idéale pour donner envie à des joueurs de talent de rejoindre l’effectif.

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : Chris Paul, Jae Crowder, Adbel Nader, E’Twaun Moore, Langston Galloway, Damian Jones, Jalen Smith (Draft)
  • Ils sont partis : Ricky Rubio, Kelly Oubre Jr., Aron Baynes, Ty Jerome, Jalen Lecque, Elie Okobo, Cheick Diallo
  • Ils ont re-signé : Dario Saric (agent libre), Jevon Carter (agent libre)

Le roster

  • Meneurs : Chris Paul, Cameron Payne, Jevon Carter
  • Arrières : Devin Booker, E’Twaun Moore, Langston Galloway
  • Ailiers : Mikal Bridges, Jae Crowder, Abdel Nader
  • Ailiers-forts : Cameron Johnson, Dario Saric, Jalen Smith, Johnathan Motley (Training Camp)
  • Pivots : DeAndre Ayton, Damian Jones

En gras, les possibles titulaires à chaque poste.

La Free Agency

Ils font partie des grands gagnants de cette Free Agency 2020. Mesdames et messieurs, les Phoenix Suns ! Comment ne pas commencer par le gros move de l’automne avec le trade de Chris Paul (et Abdel Nader) vers l’Arizona en échange de Ricky Rubio, Kelly Oubre Jr, Ty Jerome et Jalen Lecque. Le Point God vient former un duo de feu avec Devin Booker et clairement, il fait passer Phoenix dans la catégorie des poils à gratter de l’Ouest. Non contents de compter sur un des meilleurs backcourts de la ligue, les Suns ont aussi ajouté un bon soldat avec la signature de Jae Crowder en provenance du Heat. 3&D dans l’âme, dur sur l’homme et joueur de collectif, il a tout du glue guy qui peut cimenter le groupe de l’Arizona. Si l’on ajoute la re-signature de Dario Saric, parfaitement complémentaire de Deandre Ayton, ainsi que l’arrivée de joueurs de banc comme E’Twaun Moore, Damian Jones et Langston Galloway, on trouve un roster assez complet. Enfin, on mentionnera une autre prolongation avec Jevon Carter, qui a convaincu avec son profil bulldog défensif, capable de planter quelques bombes du parking, et qui viendra lutter pour les minutes derrière CP3.

La draft

Si Phoenix a sorti le grand jeu pendant la Free Agency, on ne peut malheureusement pas en dire autant sur la Draft 2020. Pas de conclusions hâtives évidemment, on laissera le bonhomme faire ses preuves et fermer toutes les bouches gentiment mais… n’est-il pas bizarre de drafter un mec en dix alors qu’il est attendu en trente ? No offense à Jalen Smith, qui a des qualités certaines. On parle d’un poste 4-5, capable de scorer de loin, un bel athlète, un gros travailleur aussi, qui va progresser mais… n’est-ce pas drafté un peu haut ? Tyrese Haliburton était encore dispo, et quitte à prendre un intérieur, est-ce que Precious Achiuwa n’apporte pas plus de garanties que ce soit sur le court ou le long terme ? Seul l’avenir permettra de répondre à cette question et c’est à Jalen Smith de montrer ses skills désormais, en plus de ses énormes lunettes. Pendant ce temps on vous laisse revivre le replay live de la draft pour savourer la réaction de notre amoureux des Suns préféré.

Le point sur l’infirmerie, par le docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Phoenix la saison dernière, deux noms ressortent principalement : Dario Saric et Deandre Ayton. Dario Saric a connu deux alertes à la cheville gauche. En janvier tout d’abord, il ratait sept matchs à cause d’une entorse. Il s’est blessé à nouveau à la même cheville au début de la bulle sur un contact avec Frank Kaminsky. Ces entorses n’étaient pas très graves mais il faudra quand même surveiller car des alertes de ce genre peuvent parfois être le signe d’une fragilité plus inquiétante. Deandre Ayton a connu exactement le même problème : cinq puis trois matchs pour des entorses à la cheville droite, et deux pour une entorse à la cheville gauche, et il avait déjà raté onze matchs la saison d’avant pour des entorses aux chevilles. Une hypothèse évoquée est un problème de… chaussures (Deandre est chez Puma) mais il faudra être très précautionneux avec le pivot. La saison dernière a été assez calme, attention simplement à surveiller les chevilles fragiles des Big Men l’année prochaine.

salary recap

salary cap Suns Spotrac

 

Les premiers playoffs depuis 2010 ?

On l’a dit en prémices de cet article, cela fait désormais dix ans que Phoenix n’a pas participé à la postseason et ça commence à faire vraiment long, au moins autant qu’une nuit sans café.. Enfin, ils ont l’équipe qui peut briser cette série négative et tout autre résultat serait un échec tant le roster est solide. Existe-t-il huit teams avec plus de talent que les Suns à l’Ouest ? Avec un duo de All-Star en puissance et un troisième amené à le devenir sur les prochaines saisons, le tout avec des bons joueurs de complément ? On a vu Memphis jouer le Top 8 toute l’année dernière et avec tout le respect qu’on a pour les Oursons, Phoenix paraît avoir plus de garanties pour viser les joutes du printemps en 2021. On a pu voir l’impact du Point God sur le jeune groupe du Thunder et vu le talent présent dans l’équipe des Suns, il n’y a pas de raison que la magie n’opère pas. Après, il y a l’effectif sur le papier et ce que t’en fais sur le terrain. Les victoires ne vont pas venir toutes seules, il va falloir aller les chercher et la Conférence Ouest n’est pas connue pour faire de cadeaux, contrairement à la défense des Kings. Les Cactus devront aller taper les Kings justement, mais aussi les Spurs, le Thunder, les Wolves, les Grizzlies, les Pelicans, des équipes qu’ils peuvent regarder droit dans les yeux et sans trembler. Il n’y a pas de secret, la lutte pour les Playoffs c’est comme la TTFL, c’est une guerre et à la fin des comptes ce n’est pas le fait de battre une fois les Lakers qui compte, c’est surtout de ne pas avoir perdu de plumes en jouant les « petits ». Phoenix a connu un petit gap en 2020 en ajoutant Ricky Rubio à son roster et on a vu l’effet que peut avoir un vrai gestionnaire sur ce groupe. Avec Chris Paul c’est un voire deux niveaux au-dessus et on a vraiment hâte de voir le boost que cela peut apporter à Devin Booker et Deandre Ayton notamment (si Tyson Chandler et DeAndre Jordan ont pu faire péter la banque grâce à CP3, attention à l’ancien Wildcat parce que niveau on est sur l’étage au dessus). On part sur une rotation assez évidente même si certains joueurs vont sans doute mixer deux postes. Jae Crowder fera probablement quelques minutes en 4 pour laisser du temps de jeu à Mikal Bridges et par effet ricochet, Jalen Smith se rapprochera plus du poste 5 pour devenir un vrai backup d’Ayton. Pour le reste ? Give the ball à Chris Paul et Devin Booker et allumez la caméra

Le pronostic du rédacteur

40 victoires, 32 défaites et une septième place à l’Ouest synonyme de Playoffs. La période d’adaptation passée, Phoenix s’inscrit dans le rôle que l’on attend d’eux cette saison, c’est à dire l’équipe que personne ne veut affronter au premier tour. Ce seront les Clippers qui hériteront du morceau et gare à eux s’ils jouent avec la même hargne que lors des derniers Playoffs. L’Arizona résonne de nouveau aux bruits de la balle orange au printemps, allez, louya.

Les Suns ont sorti la grosse intersaison pour entourer Devin Booker et rêver à nouveau des Playoffs. L’effectif est bien construit avec des joueurs de devoir et du talent pour entourer les deux stars. Monty Williams a fait du mieux qu’il a pu l’an passé mais cette fois, les excuses seront dures à trouver si Phoenix n’intègre pas le gratin de l’Ouest.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top