Videos NBA

Top 3 des performances des arrières cette saison en NBA : tiens, les shooting guards ont sacrément… shooté

Quand tu te demandes si tu ne peux pas être 1, 2 et 3 du classement.

Source image : TrashTalk

Dans le cadre de cette semaine spéciale arrières sur TrashTalk, la rédaction vous propose de revivre les meilleures performances individuelles faites par un arrière au cours de cette saison 2019-20 de la NBA à travers un classement tout à fait subjectif. Il faut noter que toutes les performances dont nous allons parler ont été réalisées dans des victoires (allez, une exception cette semaine) et que nous ne sélectionnons qu’une performance par joueur, parce que c’est nous qui décide et c’est comme ça.

Mentions honorables : Les 51 ponts de Caris LeVert à BostonLes 44 points, 8 rebonds et 9 passes de Booker à New Orleans, l’opening night de Donovan Mitchell contre le Thunder, le Christmas Game monstrueux de Jaylen Brown à Toronto, les 38 points et 7 rebonds du vengeur masqué Jimmy Butler, les 41 points de CJ McCollum sur la grosse défense d’Orlando et enfin les 42 points de Buddy Hield contre les Wolves.

Au vu du niveau des mentions honorables, vous comprendrez bien qu’on a affaire à du extrêmement lourd cette semaine, alors mouillez vous la nuque et c’est parti.

En troisième position nous bafouons tous nos principes. Nous n’allons même pas prendre la performance d’un joueur sur un match mais sur… deux. Pire encore, les deux rencontres se sont soldées par des défaites de son équipe. Nous avons fait ce choix parce que nous ne pouvions pas ne pas mettre Bradley Beal dans ce classement au vu du nombre de matchs sensationnels qu’il a réalisé cette saison. Le problème, c’est que tous ses plus gros matchs, il les a faits dans une défaite des Wizards alors il fallait bien trouver une solution. Nous avons donc choisi de mettre en lumière son back-to-back réalisé fin février à Chicago puis le lendemain contre Milwaukee. Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce qu’en deux rencontres, en deux jours, le patron de Washington a planté… 108 points. Remémorons nous ces performances dans l’ordre et revenons au United Center le 23 février dernier.  En face, nous avons un trio Zach LaVine – Coby White – Thaddeus Young qui plante 88 points, c’est trop pour espérer une victoire pour Washington mais les Wizards ce soir-là se défendrons bien et ne perdront que de 9 points grâce donc aux 53 points de Bradley Beal à 15/27 au tir et à 18/20 aux lancers. Ce soir-là, l’arrière de la capitale sera régulier en provoquant sans cesse des lancers-francs et marquera plus de 10 points dans les quatre quarts-temps du match, une performance plutôt rare qui lui permettra au passage d’aller chercher son career-high.

Career-high le plus court de l’histoire puisque le lendemain, l’équipe de Washington affronte, à domicile cette fois, la meilleure équipe et la meilleure défense de la NBA. Mais grosse défense ou pas, c’est pas un souci pour Beal, et dans un match d’attaque et concurrencé par un Middleton à 40 points ce soir-là, Bradley va s’illustrer et pas qu’à moitié. Après n’avoir marqué « que » 26 points au bout de trois quarts-temps, l’arrière entre dans la zone en inscrivant 22 points dans le dernier quart pour ramener son équipe et arracher la prolongation. En effet, Milwaukee menait de six points à deux minutes de la fin, le temps pour le numéro 3 d’en inscrire huit de plus. Il continuera son festival en prolongation en inscrivant sept nouveaux points mais ça ne sera pas suffisant et les Bucks l’emporteront 137 à 134. Les stats finales du boss de DC ? 55 points à 19/33 aux shoots, 8/13 à trois-points et 9/10 sur la ligne des lancers. Deux jours à tutoyer les étoiles.

En deuxième position, on retrouve un format plus classique, un arrière, un coup de chaud, une masterclass, une victoire. Victoire plutôt rare au vu de l’équipe puisque nous allons maintenant parler de Zach LaVine. Pour redécouvrir cette performance, il faut revenir le 23 novembre dernier au Spectrum Center en Caroline du Nord. A la fin du troisième quart-temps, le score n’est que de 84 à 79 pour Charlotte et l’arrière des Bulls n’en est qu’à 22 points, dans un match que l’on pourrait même qualifier d’ennuyeux. Mais le quatrième quart n’est pas du même acabit que les autres puisque… 88 points seront marqués par les deux équipes au cours de ces douze minutes. A 45 secondes de la fin du match, les Hornets mènent de huit points et tout le monde pense que le match est terminé mais pas Zach. Lui qui enchaînait déjà les tirs à longue distance pour garder les Bulls dans le match en plante deux nouveaux, il voit ensuite Coby White aller au lay-up et Tomas Satoransky envoyer un nouveau tir de loin, le tout en 40 secondes on le rappelle. Les Hornets ne mènent donc plus que de deux points à huit secondes de la fin mais ils ont la possession, le match ne peut toujours pas leur échapper. Bah si. Mauvaise remise en jeu, Zach LaVine récupère le ballon dans la raquette mais décide de reculer et d’envoyer un turnaround jumpshot à 3-points sensationnel qui fait mouche et offre la victoire à son équipe à 0.8 seconde de la fin du match, shoot dans la discussion des plus beaux de la saison. En dix minutes, LaVine a donc rentré sept tirs primés et inscrit 27 points. Au total, ça fait donc 49 points à 17/28 au tir, un énorme 13/17 de loin (tout prêt du record de Klay Thompson qui en a lui rentré 14 en un match, contre les Bulls justement) et à 2/2 aux free-throws. Si vous avez le temps, refaites vous en entier ce quatrième quart-temps, ça vaut vraiment le coup.

Enfin, en première position, nous n’allons pas faire de faux suspense, qui d’autre que James Harden. Nous avons longtemps hésité à parler de son match contre les Wizards où le barbu offre la victoire à son équipe d’un tout petit point après un match à 59 points et 9 passes mais nous sommes finalement partis sur un… blowout contre Atlanta. Pourquoi ce choix ? Parce que c’est pour nous sa plus impressionnante perf cette saison. Il n’a jamais paru plus fort, les pourcentages sont incroyables et la démonstration de son bagage technique est parfaite. Embarquez donc avec nous vers le Toyota Center le 30 novembre dernier, une semaine pile donc après la performance de Zach LaVine. Score final 158 à 111, donc match totalement inintéressant sur le papier, pas de suspense, pas de money-time, rien, mais il faut quand même regarder ce match. Il le faut parce que ce soir-là, un joueur à réussi en moins de 31 minutes, en trois quarts-temps, à inscrire 60 points et à distribuer 8 caviars à 16/24 au tir, 8/14 à 3 points et à 20/23 aux lancers. 13 points dans le premier, 18 dans le second et 29 dans le troisième, ça c’est de la perf de scoreur all-time que seuls des mecs comme Kobe ou MJ ont déjà réalisé. Alors si vous cherchez le match le plus sympa à regarder, foncez voir celui contre Washington mais ici on parle de performance individuelle et la plus folle, c’est celle-là.

C’était plus difficile encore de faire ce Top 3 que celui des meneurs car cette saison, le arrières ont réalisées des performances à couper le souffle. Nous avons une génération de postes 2 sensationnelle, et dire que Klay Thompson et Victor Oladipo vont revenir la saison prochaine pour jouer les troubles fêtes dans ce classement…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top