Old-School

Souvenirs, souvenirs : quand Brandon Roy donnait la marche à suivre à Damian Lillard, quelques années plus tôt

Même spot, même adversaire, même résultat.

Source image : Montage YouTube

Ça s’est passé un 2 mai. Ceux qui ont vécu le moment en direct s’en souviennent encore. Playoffs 2014, Game 6 du premier tour entre Portland et Houston, Damian Lillard crucifie les Rockets d’un buzzer incroyable. Un moment rare, mais un moment qui a rappelé un autre game winner de folie seulement quelques années plus tôt. L’adversaire était le même, la bombe a été envoyée du même endroit ou presque, et le résultat fut tout aussi incroyable. Seul le héros était différent. Avant Dame D.O.L.L.A., il y avait Brandon Roy.  

Il reste moins d’une seconde à jouer. Les Blazers sont menés d’une possession par les Rockets, et les fans de Portland sont dominés par un sentiment d’anxiété indéniable. Leur équipe adorée possède une dernière petite chance pour l’emporter, mais une victoire relève quasiment du miracle. Après un temps-mort, les locaux sont à la remise en jeu dans le camp de Houston. Y’a plus à réfléchir, à la moindre opportunité il faut dégainer. Souvent, dans ce genre de cas, ça tente le alley-oop étant donné le faible temps de jeu qui reste au chrono, mais les Blazers décident de s’appuyer sur le talent et l’adresse d’une jeune star. Cette dernière, après s’être échappée du marquage de son adversaire direct, reçoit la gonfle derrière la ligne à 3-points et envoie une véritable bombe pendant que le buzzer retentit. La balle est en l’air pendant une éternité, le temps semble s’arrêter, BAANG ! Ficelle, le public explose, tout le monde saute sur le héros de la soirée, qui vient de tuer une équipe de Houston qui semblait pourtant si proche de repartir de l’Oregon avec la victoire dans la poche arrière. Les arbitres revoient l’action à la vidéo pour s’assurer que le shoot est valable, avant de confirmer l’incroyable exploit.

(P.S. : désolé pour le tweet en espagnol, on n’a pas pu faire autrement)

Le scénario qu’on vient de vous raconter est celui du 2 mai 2014, mais aussi celui du 6 novembre 2008. Cinq années et demie avant le buzzer de Damian Lillard, Brandon Roy a offert la même joie aux fidèles des Blazers. Si l’enjeu n’était pas le même étant donné que les Playoffs sont un monde totalement différent par rapport à la saison régulière, les similitudes sont assez incroyables. Deux joueurs de la même franchise ont réalisé le même exploit, au même endroit et face au même adversaire. Ça paraît fou et c’est presque flippant, mais c’est bien arrivé. On dit souvent que l’histoire a tendance à se répéter, en voici la preuve ultime, pour le plus grand malheur des Rockets. Quelque part, Brandon Roy a donné la marche à suivre à Damian Lillard. Qui sait, peut-être que dans un coin de sa tête, Dame D.O.L.L.A. pensait à ce shoot de Roy avant son propre buzzer. Peut-être qu’il a été inspiré par celui qui représentait fièrement les Blazers avant que ses genoux ne lâchent complètement. Peut-être que le successeur de Brandon a carrément été envoyé par les dieux du basket pour réaliser la carrière que Roy n’a pas pu réaliser à cause de ses blessures. On peut continuer à connecter les points encore longtemps tellement ces deux actions sont proches, mais on a surtout voulu rendre un hommage à B-Roy afin que ce dernier reste dans les mémoires.

On connaît la triste histoire de Brandon Roy, celle d’un immense talent qui n’a jamais pu atteindre son plein potentiel, tout ça à cause d’un physique défaillant qui l’a obligé à prendre sa retraite très prématurément. Il fait partie de cette catégorie de joueurs où les regrets sont rois, en compagnie de Derrick Rose, Tracy McGrady, Penny Hardaway, Grant Hill et quelques autres encore. Et avec un Damian Lillard en plein prime aujourd’hui, lui qui a guidé la franchise de Portland vers des sommets jamais atteints depuis 2000 avec cette finale de Conférence Ouest l’an passé, on peut naturellement accorder moins d’attention aux anciens exploits de B-Roy, dont le dernier chef-d’œuvre face aux Mavericks en Playoffs remonte à quasiment une décennie déjà. Mais n’oublions pas que le Rookie de l’Année 2007 et triple All-Star était l’un des meilleurs arrières de la Ligue en bonne santé, et qu’il semblait prêt à monter encore plus haut. Très très haut même.

Deux shoots énormes de la part de deux grands noms des Blazers. Brandon Roy et Damian Lillard ont offert des moments magiques au public de Portland, et ce n’est pas encore terminé pour le second. Quant au premier, on va continuer à se rappeler au bon souvenir de son court passage dans l’Oregon. Court, mais marquant. 

2 Commentaires

2 Comments

  1. Raphaël

    2 mai 2020 à 19 h 11 min at 19 h 11 min

    Autre point commun : Nico Batum est le premier à se jeter sur le héros de la soirée.

  2. Dr J

    3 mai 2020 à 10 h 28 min at 10 h 28 min

    Les assassinats les plus violents de Lillard : les Rockets et Westbrook (j’aurais pu dire le Thunder ou Paul George mais il y a un truc personnel entre les deux meneurs)… Le trade de l’été dernier me donne tellement envie de les voir se rencontrer en playoffs dans les années à venir !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top