TrashTalk Award

TrashTalk Award – S02 E15 : les jeunes Grizzlies en veulent à Andre Iguodala et souhaitent en découdre avec lui au plus vite

Dillon Brooks

Les bébés Grizzlies l’ont mauvaise…

Source image : YouTube

Chaque semaine de NBA apporte son lot de grandes gueules, de phrases choc, de provocation, de tacles à la gorge et de joutes verbales en tous genres. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par Charles Barkley pour son découpage sur Draymond Green.

Candidat n°1 : les Nuggets trollent Rudy Gobert sur Twitter

Ça y est, après avoir manqué de peu la sélection lors de la saison passée, Rudy Gobert va découvrir le All-Star Game cette année, et sans vouloir être chauvin, c’est mérité pour le pivot qui a toujours plus d’impact sur son équipe qui continue de truster le top 4 à l’Ouest. Le Français sera d’ailleurs accompagné par son coéquipier Donovan Mitchell, qui porte quant à lui l’attaque du Jazz sur ses épaules. Tout ça n’a pas empêché le CM des Nuggets de Denver de se laisser aller à une petite punchline à l’encontre de Gobert.

La performance de Nikola Jokic est une mélodie pour nos oreilles.

La ligne de stats est effectivement ronflante, comme souvent avec Nikola Jokic, mais il faut voir plus loin pour déceler la punchline : les « screen assists » qui consistent pour un pivot à poser un écran pour son joueur qui reçoit ensuite le ballon et marque. Ces statistiques ont également été un running-gag de la part des plus fervents défenseurs de Rudy Gobert aux Etats-Unis, étant constamment remises sur le tapis lorsqu’il fallait évoquer sa participation au match des étoiles. La punchline est amusante, bien trouvée et bien sentie, mais on s’en tape : Rudy Gobert est un All-Star.

Candidat n°2 : les joueurs des Grizzlies se payent Andre Iguodala

Même si aujourd’hui, Andre Iguodala est un membre du Heat, il appartenait aux Grizzlies depuis le début de saison. Bazardé par les Warriors l’été dernier, Iggy a fait comprendre qu’il ne souhaitait pas jouer pour Memphis et qu’il voulait être coupé, mais les Grizzlies n’ont pas obtempéré et ont toujours voulu une contrepartie en échange du triple champion NBA et MVP des Finales 2015. Malgré la belle saison de Memphis, très surprenant huitième à l’Ouest, Iguodala a toujours refusé de jouer, ce qui a agacé certains de ses coéquipiers, Dillon Brooks et Ja Morant en tête.

Dillon Brooks à propos d’Andre Iguodala : « J’ai hâte qu’il soit transféré, comme ça on pourra jouer contre lui et lui montrer qui on est vraiment. »

Une fois le transfert enfin effectué, Iguodala embarquant avec lui Jae Crowder et Solomon Hill contre Justise Winslow, Dion Waiters (aussitôt coupé) et James Johnson (aussitôt transféré à Minnesota), Dillon Brooks a une nouvelle fois rajouté de l’huile sur le feu, puis Stephen s’en est mêlé sur Instagram, puis Ja Morant a répondu. En gros tout le monde taille tout le monde dans cette histoire.

« Maintenant, on a enfin un joueur qui veut jouer avec nous et qui est convaincu qu’on est bons. »

ET MAINTENANT STEPH S’EN MÊLE

Stephen Curry fait ici allusion au fait qu’il est nécessaire de respecter Andre Iguodala, qu’il est MVP des Finales (un peu controversé mais quand même), et trois fois champion NBA en 2015, 2017 et 2018. Mais Morant tient à rappeler à Curry qu’il n’a jamais été MVP des Finales. Bon après ça fait quand même trois titres hein, mais même dans une situation inconfortable, le petit Ja Morant est capable d’envoyer de la grosse saillie, et ça on adore. D’autant que Morant a ensuite clarifié la situation à la suite de vieux tweets de lui encensant Curry ont refait surface.

« J’ai toujours été fan de Curry et je le suis encore, mais je n’ai pas peur de lui. »

Candidat n°3 : Patrick Beverley tacle bien sèchement Jimmy Butler

Dans la nuit du 4 au 5 février, le Heat rendait visite aux Clippers pour un choc entre deux formations phares de leurs Conférences respectives. Et à ce petit jeu-là, ce sont les hôtes qui ont triomphé sur le score de 128 à 111. Kawhi Leonard et Jimmy Butler occupés de se cadenasser, ce sont les role players qui ont dû prendre le relais pour se tabasser tour à tour, Derrick Jones Jr. répondant aux coups de Landry Shamet. Kamoulox. Du coup, Patrick Beverley, comme d’habitude très en verve avec les réseaux sociaux, en a profité pour tirer à balles réelles sur Butler, qui a terminé la partie à 11 petits points, 5 rebonds et 7 passes.

« Jimmy tu as mal parlé au gars des Pacers. Mais les deux matchs contre Kawhi t’es resté bien silencieux ! Fais le gangster à chaque fois ! Bonne nuit. »

On se souvient effectivement du jour ou Jimmy Butler a littéralement détruit T.J. Warren, outre le manque de respect total pour le Pacer, dont Beverley ne prend même pas la peine de mentionner le nom, on note quand même que Beverley a bien remarqué ça, Butler a forcément moins trashtalké, car « Kawhi c’est pas T.J., petit bonhomme c’est pas T.J. ». Mais voir PatBev critiquer Jimmy Buckets sur cet aspect de sa personnalité nous rappelle une vaste histoire d’hôpital et de charité, car Beverley est quand même l’archétype du mec connu pour l’ouvrir quand il gagne, et ce même en ayant des fiches de stats faméliques (5 points, 5 rebonds et 2 passes ce match là), même si son impact va au-delà des statistiques. En tout cas, le prochain match entre Butler et Beverley pourrait bien avoir lieu sous haute tension, on a déjà hâte d’y être.

Candidat n°4 : Giannis Antetokounmpo envoie une pique à James Harden

Les votes pour le All-Star Game sont clos depuis un petit moment déjà, et les deux capitaines d’équipes, LeBron James et Giannis Antetokounmpo ont pu composer leurs équipes avec leurs quatre autres starters respectifs ainsi que tout leur banc. LeBron James débutera avec James Harden, Luka Doncic, Kawhi Leonard et son coéquipier aux Lakers Anthony Davis. Tandis que Giannis va composer avec Trae Young, Kemba Walker, Pascal Siakam et Joel Embiid. Quand on lui demande pourquoi il sélectionne Kemba alors que le barbu est encore disponible, sa réponse est sans appel.

« Je voulais quelqu’un qui passe la balle. »

C’est totalement gratuit, c’est un jeu rugueux mais ça joue dit l’arbitre. Il faut dire que James Harden, malgré ses 7,3 assists par match, est plutôt connu pour partir dans de longues séances de dribbles en tous genres avant de tirer à trois points ou de driver vers le panier, pendant que les quatre autres gars de son équipe tapent la discute, prennent des photos ou s’endorment. En plus d’avoir presque tué la course pour le MVP, Giannis Antetokounmpo vient également de tuer le jeu de James Harden.

Candidat n°5 : les Blazers s’en prennent à l’arbitrage

La nuit de vendredi, lors du match entre Blazers et Jazz, les potes de Rudy Gobert s’en sont sortis in extremis sur le score de 117 à 114. Toutefois, le pivot français est au coeur d’une action litigieuse qui a beaucoup fait parler outre Atlantique. Damian Lillard drive, tente un lay-up désespéré, que Gobert contre… après que la balle ait tapé la planche, ce qui constitue normalement un goaltending. Toutefois, cette action a échappé aux arbitres, mais pas à Damian Lillard qui est littéralement sorti de ses gonds.

Déjà à vitesse réelle, cela semble évident, mais au ralenti, cela saute aux yeux et il est invraisemblable que cette action ne soit pas sifflée en faveur des Blazers. Que le ballon de Lillard ne serait peut-être pas rentré sans ce contre, c’est possible, mais les règles sont les règles et elles n’ont pas correctement été appliquées ici, la NBA a d’ailleurs reconnu qu’un goaltending aurait dû être accordé aux Blazers qui seraient revenus à égalité, laissant 9 secondes au Jazz pour donner une autre issue à ce match. Mais ça, Lillard n’en a rien à foutre, C.J. McCollum était également très remonté.

« On ne veut pas entendre cette merde. »

C.J. McCollum sur la faute : « Ça nous a coûté le match. On se bat pour une place en Playoffs. L’explication que j’ai eue m’a énervé… ça me fait penser que ces gens ne sont pas capables de faire le job qu’ils sont censés faire, et qu’ils devraient donc être réprimandés et sanctionnés d’une amende. »

Les deux comparses de la traction arrière de Portland en avaient très gros, et puisque Damian Lillard était en roue libre, il a aussi taillé Donovan Mitchell qui s’en était pris plus tôt à Gary Trent, eux qui se sont chauffés juste avant la mi-temps, récoltant au passage une double faute technique. En tout cas, cette défaite pourrait coûter cher à Portland en cas de non qualification pour les Playoffs.

Donovan Mitchell : « Je ne vois pas pourquoi un gars comme Gary Trent pense qu’il peut arriver et nous manquer de respect. On n’est pas une équipe que tu trashtalkes comme ça. On ne va pas se laisser faire. C’est justement ce qui nous a manqué sur les derniers matches : de la dureté. »
Damian Lillard : « Mec arrête tes conneries »

Du lourd donc pour cette semaine de NBA, avec de la punchline et du tacle en veux-tu en voilà ! La réponse à la question suivante vous revient : qui a eu la plus grande gueule sur cet épisode ? A vous de nous le dire.

Mais qui a eu la plus grande gueule en NBA cette semaine ?

View Results

Loading ... Loading ...
1 Comment

1 Comment

  1. killerdescore

    9 février 2020 à 14 h 41 min at 14 h 41 min

    Gobert ça fait deux fois qu’il encule une équipe en fin de match
    si ça lui arrivais il chialerais comme une madeleine
    et Beverley la grande gueule ,attend les PO tu va décédé sur place quand faudra jouer les Lakers ,les Nuggets ou les Bucks

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top