Hornets

Michael Kidd-Gilchrist a négocié le buy out avec Charlotte : Dallas prêt à investir dans le parpaing ?

Michael Kidd-Gilchrist

Il faut pas tirer la tronche, c’est sympa de quitter le ventre mou pour une équipe de Playoffs.

Source image : YouTube/Carolina Sports Link

Après Marvin Williams hier, c’est désormais au tour de Michael Kidd-Gilchrist de quitter Charlotte. Après presque huit années de bons (ou pas) et loyaux services, l’ailier a été libéré de sa dernière année de contrat pour lui permettre d’aller rejoindre un contender. Pas sûr qu’il manquera à grand monde chez les Hornets…

C’est une petite, mais vraiment toute petite page de l’histoire des Hornets qui vient de se tourner en 48h avec les départs successifs de Marvin Williams et Michael Kidd-Gilchrist. Les deux larrons, membres importants de la période Kemba Walker à Charlotte, voyaient leurs responsabilités et leurs temps de jeu s’effondrer et ils ont donc chercher à aller voir ailleurs, voir si l’herbe était plus verte qu’en Caroline du Nord. Si Marvin Williams réussissait encore à montrer, par courtes séquences, ses qualités défensives et son shoot extérieur, le cas de MKG est nettement plus complexe. Drafté en deuxième position de la Draft 2012 devant… Bradley Beal, Damian Lillard, Harrison Barnes, Andre Drummond, Khris Middleton ou Draymond Green, entre autres, l’ancien de Kentucky n’a jamais répondu aux attentes. Très bon défenseur dès son arrivée dans la ligue, MKG devait devenir le Kawhi Leonard de Charlotte, un mec capable de freiner tous les extérieurs adverses, en polissant un peu son jeu offensif. Autant on peut admettre que défensivement, il y a eu de belles choses mais en attaque… Incapable de mettre un tir primé, invisible sur le plan offensif, le joueur n’a sans doute pas vécu à la meilleure période. Car Mike est un anti-spacing, et pourtant ce n’est pas faute de lui avoir laissé le temps de corriger ce défaut. Il avait notamment Mark Price dans le staff des Hornets, un membre de l’éminent club des 50-40-90, et au passage l’un des joueurs les plus réguliers au shoot à longue distance de toute l’histoire de la NBA. Mais non, impossible de franchir un cap. Et comme si cela ne suffisait pas, il y a eu les blessures : tantôt une épaule, tantôt une cuisse ou une cheville, impossible de compter sur lui sur la durée. Et les douze matchs disputés cette saison ne sont pas dû aux bobos mais à une mise au placard, purement et simplement.

Quel avenir désormais pour Briqueman ? Selon le Charlotte Observer, son profil pourrait bien intéresser un contender à l’Ouest… les Dallas Mavericks. A la recherche de défenseurs sur les ailes pour calmer, un peu les fous furieux de sa conférence (LeBron, Harden, Kawhi, PG notamment), la franchise de Mark Cuban pourrait se positionner pour récupérer Michael Kidd-Gilchrist à moindre coût. Avec l’enveloppe récupérée dans son buy-out et avec une cote qui frise le zéro absolu, on ne serait pas étonné que ce soit au minimum et seulement jusqu’en juin. Une porte de sortie plutôt intéressante alors que Dallas impressionne depuis le début de saison avec un collectif soudé et un Luka Doncic au sommet de son art. C’est quand même mieux que le ventre mou à l’Est non ? C’est d’ailleurs, sans doute, la dernière chance pour l’ailier de faire ses preuves sinon ne soyez pas étonné de le voir finir en Chine ou dans un autre championnat de haut niveau, ‘iendrez pas dire qu’on vous a pas prévenu.

Michael Kidd-Gilchrist a donc été libéré de son placard par les Hornets et Dallas pourrait en « profiter ». La défense on veut bien, les parpaings pour construire de nouvelles loges à l’American Airlines Center beaucoup moins. A lui de prouver qu’il est n’est pas un cas perdu … à 26 ans. 

Source texte : Charlotte Observer

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top