Equipe de France

Preview Coupe du Monde FIBA 2019 – la France : allez les Bleus, il y a une médaille à aller chercher !

Equipe de France

On a très envie de revoir une telle image.

Source image : Youtube

Tout au long de la période pré-Coupe du Monde, TrashTalk vous offre une présentation complète des 32 nations participant à la grande messe du basket mondial. Histoire de se mettre dans le bain, et aussi parce qu’un bain c’est bien, surtout en période de canicule. Allez, let’s go.

Bonjour tout le monde, suite et fin des previews de la Coupe du Monde FIBA aujourd’hui avec notre Équipe de France. Ça fait bizarre de voir partir nos Bleus dans la course à la médaille sans Tony Parker et Boris Diaw, mais le groupe de Vincent Collet a tout le talent qu’il faut pour envoyer du lourd en Chine.

Pour la première fois depuis 15 ans, l’Équipe de France part pour une compétition internationale sans Boris Diaw dans ses rangs. Une page se tourne définitivement et l’effectif a bien été renouvelé depuis l’échec de l’EuroBasket 2017. Dans les 12 joueurs retenus par Vincent Collet, seuls cinq étaient présents il y a deux ans. Qu’importe, entre nouvelles têtes et cadres bien installés, les Bleus ont toujours faim de médailles. Et vu les joueurs envoyés en Chine, l’Équipe de France a de quoi être ambitieuse. Déjà, absents en 2017, Rudy Gobert et Nicolas Batum font leur retour en Bleus et auront forcément beaucoup de responsabilités au vu de leur statut. Les deux autres stars, Nando De Colo et Evan Fournier, seront également de la partie en Chine pour porter les Bleus. Autour d’eux, des bons joueurs de complément (Vincent Poirier, Paul Lacombe, Amath M’Baye, Axel Toupane, Louis Labeyrie) et des petits nouveaux talentueux (Frank Ntilikina, Mathias Lessort) viennent compléter un effectif compétitif. Gros point noir toutefois, la blessure du meneur Thomas Heurtel. Cette dernière laisse un vide sur le poste 1 que Ntilikina aura la responsabilité de combler avec Andrew Albicy. Quant à la préparation des Bleus, elle a été plutôt encourageante, bien que loin d’être parfaite. Un bilan de six victoires pour deux défaites, la première en ouverture contre la Turquie puis la seconde pour clôturer la phase préparatoire contre la Serbie. Les Bleus ont montré du bon et du moins bon sur ces huit matchs. Le bon, d’abord, a été illustré contre l’Argentine ou dans les 3èmes quart-temps des matchs contre le Brésil et la Nouvelle-Zélande, où l’on a retrouvé une Équipe de France qui enchaînait les stops et punissait leurs adversaires en transition. Ce qui inquiète par contre, c’est qu’on a aussi vu nos Bleus globalement peu inspirés sur ces attaques sur demi-terrain, avec parfois un manque de concentration. Ce dernier point devrait cependant s’améliorer lorsque l’on rentrera en compétition officielle. Du bon et du moins bon, c’est aussi ce dont les Frenchies ont été capables sur leurs dernières compétitions internationales. Aux JO de 2016 puis à l’EuroBasket 2017, les hommes de Vincent Collet sont rentrés sans médaille, lourdement défaits par le rival espagnol au Brésil puis surpris par l’Allemagne il y a deux ans. Une vraie déception après les épopées de 2013, 2014 et 2015. Pas question de revivre une débâcle cette année, et c’est le moment pour les Bleus de prendre leur revanche.

Le joueur à suivre : Rudy Gobert

À 27 ans, Rudy Gobert sort de sa meilleure saison en carrière au Jazz et arrive pour la première fois en Équipe de France dans la peau d’un leader. Un nouveau statut que le pivot d’Utah doit assumer, mais il a tout pour cela. À Salt Lake City, Rudy s’est évidemment mué en roc défensif -élu deux fois de suite meilleur défenseur de l’année- mais a aussi pris du poids en attaque, puisqu’il tournait à plus de 15 points de moyenne la saison dernière. C’est tout cela que Gobert va devoir apporter à l’Équipe de France, dont les résultats vont énormément dépendre de la production du pivot. Rudy aura aussi de grosses match-ups en perspective si les Français venaient à défier la Serbie de Nikola Jokic, la Team USA de Brook Lopez et Myles Turner, ou l’Espagne de Marc Gasol (c’est ce qu’on attend le plus, on va pas se mentir). En clair, dans les gros matchs, il faudra inexorablement un grand Rudy Gobert. Si c’est le cas, les Bleus peuvent vraiment espérer décrocher une médaille, et ce serait un énorme fait d’armes dans la carrière de Rudy.

Le programme :

  • Le 1er septembre à 14h30 : vs l’Allemagne
  • Le 3 septembre à 14h30 : vs Jordanie
  • Le 5 septembre à 14h30 : vs la République Dominicaine

Une grosse entrée en ligne de mire pour nos Bleus, qui vont défier l’Allemagne, bourreau lors du dernier EuroBasket, dès le premier match. Pas d’excuse cependant, les Français doivent passer cette phase de poule, avant que les choses ne se compliquent puisque les Bleus défieront ensuite les deux qualifiés du groupe de la mort composée de l’Australie, de la Lituanie, du Canada et du Sénégal. En clair, la France va devoir monter en puissance très vite car il n’est pas question de revivre une déception en tombant avant les quarts. Un calendrier à double tranchant car si les Bleus relèvent le défi, ils s’affirmeront clairement comme un poids lourd de la compétition. Confiance en Vavane, Rudy et Nico, ça va le faire

En fin de semaine, c’est un nouveau chapitre qui va s’ouvrir dans l’histoire de l’Équipe de France. La génération Tony Parker – Boris Diaw n’est plus là, mais les 12 joueurs qui porteront le maillot bleu en Chine feront tout pour amener la sélection tricolore le plus haut possible. On a hâte de voir tout ça.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top