Equipe de France

Profil Équipe de France : Mathias Lessort, la petite pile électrique de la raquette des Bleus

C’est validé, sauf la nouvelle coupe de cheveux.

Source image : YouTube/FFBB

La Coupe du Monde arrive à grands pas et c’est donc l’heure de passer à la présentation des joueurs qui défendront fièrement le drapeau bleu-blanc-rouge en Chine durant la première quinzaine du mois de septembre. 12 mecs, 12 profils, comme ça vous serez au point quand il faudra supporter les Bleus en finale pour taper les Etats-Unis. Au programme aujourd’hui, Mathias Lessort.

Quelques infos pratiques pour bien connaître le bonhomme

  • Nom : Mathias Lessort
  • Âge : 23 piges
  • Poste : Ailier-fort ou pivot dans un cinq small-ball, c’est justement pour ça qu’il est là
  • Caractéristiques physiques : 2m06, 112 kilos
  • Club : Bayern Munich (Euroleague)
  • Sélections : 13 sélections

Son parcours en Équipe de France

Apparu chez les A lors des matchs de qualification pour le Mondial, il ne débarque pas totalement de nulle part puisqu’il a d’abord participé à deux championnats d’Europe U20 avant d’être promu dans la catégorie supérieure. Il n’est donc pas tout à fait un rookie dans l’équipe de Vincent Collet et a déjà dû passer par la case bizutage ce qui lui permet de se marrer tranquillement avec les tauliers du groupe quand Théo Maledon, Frank Ntilikina ou Elie Okobo doivent s’enfiler des bouteilles d’eau en moins de dix secondes pour assurer le spectacle en Chine ou souhaitent tous les anniversaires de la terre en public. Avec plus de 10 capes dans la besace et des records de 18 points et 10 rebonds contre la République Tchèque lors d’une fenêtre qualificative pour le Mondial, Mathias ne fait plus partie des petits nouveaux et le compteur pourrait vite grimper s’il poursuit sa progression.

Ce qu’il va apporter aux Bleus

Si le jeune Lessort a été drafté en fin de second tour par les Sixers en 2017, c’est bien qu’il a quelque chose de spécial. Même s’il est resté en Europe où il a découvert l’Euroleague avec l’Etoile rouge de Belgrade cette année-là, on parle déjà du meilleur niveau européen. Pivot de petite taille, il complète Rudy Gobert à la perfection et pourra être aligné face à des intérieurs mobiles sur lesquels notre tour de contrôle aurait du mal à sortir. Polyvalent sur les deux postes intérieurs, il offre aussi plus de flexibilité au sélectionneur ce qui devrait lui permettre de passer le cut des 12 qui sera annoncé très bientôt. Véritable boule de muscle, il apportera aussi de l’énergie en sortie de banc pour ne jamais baisser en intensité durant 40 minutes. Enfin, on ne pouvait pas terminer sans un petit avertissement à son coiffeur qui l’a laissé donner naissance à une excentricité capillaire qu’on vous laissera juger tout au long de ce Mondial.

Sa saison 2018-19

Préférant découvrir un nouveau pays après une année formatrice en Serbie où il faisait partie des meilleurs jeunes d’Euroleague, le Martiniquais confirme sa montée en puissance dans le meilleur championnat européen. Auteur de 8,8 points et 5,4 rebonds de moyenne à Malaga, il a convaincu les dirigeants du Bayern de Munich de lui faire confiance pour compléter la raquette avec Greg Monroe à partir de la saison prochaine. Un joli challenge pour le produit chalonnais qui pourrait vite réapparaître dans les petits papiers des franchises NBA s’il réalise une grosse compétition internationale et s’il s’acclimate bien en Allemagne à partir de la rentrée. Son avenir dans la Grande Ligue ne se situe sûrement pas au poste 5 mais à lui de montrer qu’il est capable d’apporter dans le rôle qu’on lui confiera.

Voilà, c’est terminé pour ce douzième profil de l’Équipe de France. Vincent Collet a décidé de nous tenir en haleine jusqu’au bout alors on se donne rendez-vous demain avec un point d’interrogation pour présenter un nouveau membre des Bleus si la liste des 12 noms n’est pas encore sortie ce soir.

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top