Mavericks

Officiel : J.J. Barea prolonge à Dallas au minimum vétéran, c’est toujours sympa de se remémorer le titre de 2011

J.J. Barea

Tous les soirs avant de s’endormir, il racontera l’histoire de cette folle saison à Luka Doncic pour l’inspirer.

Source image : Youtube

Au milieu d’une Free Agency mouvementé, Dallas fait confiance à J.J. Barea, son vétéran de 34 ans pour assurer une forme de continuité sur le backcourt. Le soldat entre dans sa neuvième saison à Dallas (entrecoupée de trois années à Minnesota) et apportera de l’expérience dans une équipe qui va baser sa réussite sur deux Européens de moins de 24 ans. C’est en tout cas une chance pour le Portoricain qui est très attaché aux Mavericks qui l’ont recueillis sans passer par la Draft en 2006.

Blessé en janvier dernier au tendon d’Achille, José-Jean fera un parfait gestionnaire de la second unit texane à son retour. Dernier survivant du titre de 2011 (et oui, Dirk a vraiment arrêté…) et véritable icône de la Mavs Nation, le meneur saura être un leader comportemental et potentiellement vocal sur le terrain. Auteur de 10,9 points et 5,6 assists en une vingtaine de minutes sur les 40 matchs joués la saison passé, il embrasse parfaitement le rôle de suppléant de Luka Doncic à la création. Ce genre de vétéran est du pain béni pour des équipes en devenir comme Dallas qui attend que ses jeunes stars s’imposent comme de véritables leaders (on fait toute confiance au ROY pour assurer le lead dans le futur). Le deal de courte durée assure aux Mavs de ne pas avoir un poids mort dans leur effectif les années suivantes et le faible salaire permet à Mark Cuban de ne pas faire exploser son salary cap.

Il faut toutefois voir comment le meneur revient de sa blessure. En effet, à 34 ans et avec un jeu qui tourne plus autour du drive que du shoot (seulement 43% au tir sur sa dernière saison complète), revenir d’une blessure si violente qu’une rupture du tendon d’Achille est toujours compliqué. Autre élément à prendre en compte, Barea souhaite jouer le Mondial avec Porto Rico ce qui peut pousser à un retour précipité. On souhaite tout le bien possible au meneur qui démontre à quel point il à du cœur tant avec son équipe nationale qu’avec Dallas et c’est le genre de joueur qu’on apprécie voir.

Après Seth Curry, Dwight Powell, Kristaps Porzingis c’est Jéjé Barea qui vient compléter le panier d’été des Mavericks. Encore une signature qui laisse vraiment espérer de belles choses dans ce qui pourrait devenir la meilleure ville de basket du Texas (coucou Houston et San Antonio). On s’emballe peut-être un peu, ça s’appelle la hype !

Source texte : The Athletic.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top