Magic Johnson Tampering
Equipes

Au cœur du cirque Lakers – Dernier Chapitre : merci pour tout les gars, c’était chanmé !

Une magnifique saison qui se termine par la démission de Magic Johnson, quel symbole !

Source image : YouTube

The Lakers are back ! Après plusieurs années de vaches maigres, la mythique franchise de Los Angeles est de retour sur le devant de la scène. L’arrivée de LeBron James durant l’intersaison a immédiatement recentré l’attention sur la Cité des Anges, qui détient désormais la plus grande star du basket mondial. Mais outre le King, les Lakers possèdent également un sacré mélange de jeunots aux dents longues et d’anciens un peu tarés. Sans aucun doute, l’équipe californienne mérite d’être suivie de près cette année, sur comme en dehors du terrain. C’est pourquoi TrashTalk vous propose cette rubrique bimensuelle spécialement dédiée au cirque de Los Angeles. Place au dernier chapitre, qui marque la fin de la tournée.  

Enfin, nous sommes arrivés au bout de la saison, sains et saufs. Une saison de folie, avec quelques hauts et beaucoup de bas. Un cirque permanent, sur comme en dehors du terrain. En clair, les Lakers ont parfaitement répondu aux attentes, sauf sur un point, les résultats sportifs. L’arrivée de LeBron James l’été dernier avait changé toute la dynamique de la franchise californienne et on pensait vraiment que Los Angeles allait retrouver les Playoffs après cinq années d’absence. Encore raté ! Les Lakers ont terminé leur campagne avec un bilan négatif de 37 victoires pour 45 défaites, soit seulement deux victoires de plus que l’an passé. Sacré impact le King ! Bon, on ne va pas revenir sur les raisons de ce flop, vous les connaissez. Elles ont été exposées dans cette rubrique en long, en large et en travers au cours de la saison. Par contre, on se doit de revenir sur cette bombe qui a explosé dans la nuit de mardi à mercredi, avec la démission complètement inattendue de Magic Johnson, le président des opérations basket depuis 2017 et véritable icône de Los Angeles.

On pensait avoir tout vu cette saison aux Lakers. C’était un tel bordel qu’on pensait avoir atteint la limite. Mais Magic qui jette l’éponge juste avant le dernier match de la régulière, personne n’aurait pu imaginer un tel scénario. Et d’ailleurs, personne n’était au courant au sein même de la franchise. Que ce soit la proprio Jeanie Buss, le manager général Rob Pelinka, le coach Luke Walton, la superstar LeBron James ou le concierge du Staples Center, ils ont tous appris la nouvelle en même temps que les médias. Une grosse claque donc, un véritable séisme, le Big One version basket. En quelque sorte, cela symbolise parfaitement le cirque de Los Angeles version 2018-2019. C’est la cerise sur la gâteau, une conclusion magnifique à une saison ratée sur de nombreux points. Et maintenant, la franchise californienne se retrouve dans un flou total, ce qui est loin d’être idéal au moment d’aborder une intersaison cruciale. Magic a justifié son choix en disant qu’il voulait redevenir lui-même, ce gars qui aime prendre du bon temps, qui aime être libre dans ses paroles comme dans son comportement. Quand vous êtes président des opérations basket d’une franchise comme les Lakers, ce n’est pas de tout repos, il y a énormément de pression, de responsabilités, d’attentes, surtout quand vous possédez le statut de Magic Johnson. Ce dernier a notamment déclaré qu’il n’avait pas aimé les coups bas et les paroles prononcées dans le dos, sans donner plus de précisions. Il a également mis en avant la situation avec Ben Simmons, qui avait débouché sur une enquête de la part de la NBA pour tampering. Cette démission ressemble donc à un ras-le-bol général par rapport à un rôle qui ne lui convenait pas au final. Enfin, Magic a indiqué qu’il voulait préserver sa relation avec Jeanie Buss en évitant un conflit autour de l’avenir de l’entraîneur Luke Walton, très souvent soutenu par la proprio. On sait que Johnson n’était pas très chaud pour conserver Luke. Plusieurs noms sont d’ailleurs ressortis ces dernières semaines concernant son successeur potentiel, de Jason Kidd à Tyronn Lue en passant par Juwan Howard. Mais au lieu de virer Walton, Magic a donc préféré se retirer, alors qu’il avait pourtant obtenu le feu vert de la part de Buss pour dégager le coach. Bref, voilà où l’on en est aujourd’hui, mais il y a probablement d’autres éléments qui se cachent derrière cette décision brutale.

Après l’épisode Magic, c’est désormais l’heure des remerciements. Maintenant que la saison est officiellement terminée, on tient à remercier les principaux acteurs du cirque Lakers, qui ont rendu cette saison mémorable sur de nombreux aspects. Bravo à eux.

# Merci à Lance Stephenson pour ses célébrations magnifiques

Make ’em Dance Lance ! S’il y a bien un joueur qui a été particulièrement délirant cette saison, c’est Lance Stephenson. Talentueux mais complètement taré dans sa tête, Stephenson a régalé la galerie avec ses célébrations farfelues. Sa spécialité ? Une activité nommée Air guitar, qui consiste à mimer le geste d’un guitariste, sans l’instrument bien évidemment. Pour info, un championnat du monde existe et d’après les dernières rumeurs, Lance serait chaud pour y participer. Vu ce qu’il a montré tout au long de la saison, Stephenson a vraiment toutes ses chances.

# Merci à LeBron James pour son leadership exemplaire

Entre son rôle dans le fiasco Anthony Davis, ses déclarations pas toujours inspirées quand ça allait mal, son body langage sur le terrain et son manque d’implication en défense (et encore, c’est gentil), on peut dire que LeBron James a montré un leadership de tous les instants durant sa première saison sous le maillot des Lakers. On se moque alors que le King a fait ses stats et a connu une campagne tronquée par sa blessure à l’aine, mais c’est vraiment son attitude qui a été à chier durant la deuxième partie de saison. On attendait beaucoup mieux de lui à ce niveau-là. Indiscutablement, il a été un acteur majeur du cirque Lakers cette année.

# Merci à Michael Beasley pour l’un des plus beaux bloopers de la saison

Voici le génie Michael Beasley dans ses œuvres durant une rencontre entre les Lakers et le Thunder le 18 janvier dernier. Ça se passe de commentaire.

Pour rappel, il n’a pas terminé la saison, lui qui a été transféré des Lakers aux Clippers lors de la trade deadline, avant de se faire couper par la meilleure franchise de Los Angeles. Beasley se retrouve aujourd’hui en Chine.

# Merci à JaVale McGee pour son sens du spectacle, et on ne parle pas du Shaqtin’

Grand spécialiste du Shaqtin’ A Fool, JaVale McGee a limité les conneries cette saison mais il a surtout brillé sous le maillot des Lakers. Après ses deux titres NBA décrochés avec les Warriors, McGee a eu un rôle plus important cette année à Los Angeles et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il en a profité pour réaliser l’une des meilleures campagnes de sa carrière. 12,0 points, 7,5 rebonds et 2,0 contres par match en 22,3 minutes, c’est du solide. Et puis il a bien fait le spectacle à travers ses qualités athlétiques. Dunks, blocks, alley-oops, il s’est fait plaiz et a fait plaisir aux fans angelenos avec son énergie. Sans aucun doute, JaVale représente l’une des satisfactions de la saison ratée des Lakers et il sera intéressant de voir où il va signer cet été étant donné qu’il sera agent libre.

# Merci à l’infirmière qui a eu énormément de boulot cette saison

L’une des raisons qui expliquent le flop Lakers cette saison, c’est l’accumulation des blessures. Evidemment, il y a eu celle de LeBron James qui a tout fait dérailler, mais pas que. Brandon Ingram, Kyle Kuzma, Lonzo Ball, Rajon Rondo, JaVale McGee sont également passés par la case infirmerie et encore, on n’a pas cité tout le monde. Sachez que le trio LeBron – Ingram – Lonzo n’a joué que 23 matchs ensemble durant la saison, pour un bilan de 15 victoires pour huit défaites. Ça veut quand même dire quelque chose ça. Enfin bref, les Lakers n’ont pas été épargnés et du coup, on se devait de remercier l’infirmière des Lakers, qui a eu beaucoup de travail cette année.

# Merci à Alex Caruso d’avoir rendu la fin de saison excitante

Quelle fin de saison d’Alex Caruso ! Intégré dans l’effectif des Lakers à partir du mois de mars, le joueur de G-League s’est fait une place en sortant quelques belles perfs quand son équipe n’avait plus grand chose à jouer. On pense notamment à son festival face aux Clippers il y a quelques jours, où il a réalisé son meilleur match en carrière avec 32 points et 10 rebonds. Exemplaire dans l’attitude avec une grosse intensité démontrée des deux côtés du terrain, Caruso a prouvé qu’il pouvait faire de bonnes choses au niveau NBA malgré une dégaine d’un mec de 35 ans jouant en Départemental 3. Et en plus, il possède le sens du spectacle. Demandez donc aux Warriors.

# Merci à Jeanie Buss pour la plus grosse blague de l’année

On le sait, l’affaire Anthony Davis a foutu un joli bordel au sein de la franchise californienne. Juste avant la trade deadline de février, les Lakers ont quasiment tout tenté pour récupérer le monstre de New Orleans. Brandon Ingram, Kyle Kuzma et Lonzo Ball se sont notamment retrouvés au cœur de plusieurs packages mais au final, les Pelicans n’ont pas voulu lâcher leur franchise player aux Lakers. Parfois, quand on tente un all-in, ça foire et on perd tout. C’est un peu ce qu’il s’est passé car cet épisode a fortement perturbé l’équilibre de l’équipe, un équilibre qui n’a ensuite jamais été retrouvé. La faute des médias selon Jeanie Buss, qui a tenté de nous faire croire début mars que tout était fake et inventé par les méchants journalistes. Merci pour la blague.

# Merci à Rob Pelinka et Magic Johnson pour leur superbe recrutement

Entourer LeBron James de mecs qui ne savent pas shooter et qui ont besoin du ballon, quelle merveilleuse idée ! C’est presque du génie à ce niveau-là. Pendant toute la saison, les Lakers ont été pénalisés par le manque de shooteurs. Deuxième pire équipe de la ligue à trois points derrière Phoenix, deuxième pire équipe de la ligue aux lancers francs derrière Miami, bonjour les briques ! La construction du roster n’a pas été bonne et ce n’est pas l’arrivée de Tyson Chandler, qui a fait du bien aux Lakers en début de saison, qui va changer notre jugement. Et le pire, c’était sans doute à la trade deadline. Tellement désespérés par le manque d’adresse de leur équipe, Magic Johnson et Rob Pelinka ont lâché Michael Beasley et surtout le prometteur Ivica Zubac pour récupérer Mike Muscala, un intérieur qui était censé apporter du shooting. Au final, ce dernier n’a pas servi à grand chose et Zubac a continué sa belle saison chez les voisins les Clippers. Bravo les mecs !

# Merci à Luke Walton d’avoir géré son équipe comme un roc

Avec l’avalanche de blessures, le roster qui a été mis à sa disposition et le bordel en coulisses autour de l’affaire Anthony Davis, Luke Walton a beaucoup de circonstances atténuantes et ne mérite pas qu’on s’acharne sur lui. Si les Lakers ont foiré leur saison, c’est pour une multitude de raisons. C’est juste que Walton n’a jamais semblé être l’homme de la situation, ou le patron dans un vestiaire rempli de grosses têtes. Quand vous avez un mec de la stature de LeBron et d’autres vétérans pas toujours faciles à gérer, ça peut vite devenir compliqué, surtout pour un jeune coach. On peut aussi critiquer ses rotations, même s’il n’a pas été aidé par les circonstances, ainsi que le manque de systèmes offensifs sur demi-terrain et son incapacité à galvaniser les troupes. A voir désormais s’il va rester aux Lakers suite à la démission de Magic.

# Merci à Rajon Rondo pour cette image qui résume parfaitement la saison

C’est l’une des images de la saison. Rajon Rondo qui s’assoit au premier rang, loin de ses coéquipiers. C’était face aux Nuggets le 6 mars dernier, lors d’une énième défaite de Los Angeles. Forcément, ça a fait polémique. Le meneur a justifié son comportement en disant que ce n’était pas la première fois qu’il agissait de la sorte, et n’a pas été sanctionné par la franchise. Mais en tout cas, ça résume plutôt bien le cirque Lakers de cette année.

Voilà voilà, on espère que vous avez pris autant de plaisir que nous à suivre les Lakers cette saison. Comme prévu, c’était drôle, c’était fun et on a bien rigolé jusqu’au tout dernier moment. Sans aucun doute, ils nous ont fait rêver, à leur manière évidemment. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top