Knicks

Le siège de Tom Thibodeau est « chaud » : un match livide de ses Knicks contre le Thunder, et son droit à l’erreur se restreint encore un peu

Tom Thibodeau 14 novembre 2022

Les images valent plus que les mots.

Source : YouTube

Les Knicks ont balancé une bouillie de basket face au Thunder hier. Une défaite 145 à 135, trop peu d’envie, un Madison Square Garden en colère… Il n’en fallait pas plus pour que le spectre du siège éjectable ne s’empare de la place de Tom Thibodeau. Il faut dire que depuis quelque temps, Thibs ne trouve plus la bonne formule.

Quel est le comble pour un coach qui a construit sa réputation sur des systèmes défensifs ? Se manger 140 pions en quatre quart-temps par le Thunder. C’est l’expérience vécue par Tom Thibodeau et les Knicks ce dimanche, ayant offert un brunch bien fade aux supporters présents dans les travées du Garden. Ce n’est pas la première fois que les troupes new-yorkaises balancent un match qui pique les yeux, ce ne sera sûrement pas la dernière non plus : le ver est dans la Grosse Pomme. Comme souvent, c’est le coach qui pourrait faire les frais de cette sale dynamique et Tom Thibodeau composera peut-être avec une épée de Damoclès au-dessus de son crane dégarni lors des prochains matchs. Depuis le début de saison, les Knicks soufflent le tiède et le glacial avec 6 victoires pour 7 défaites, un bilan mitigé qui leur permet de pointer à la 11ème place à l’Est. Ce n’est pas dramatique, ce n’est pas folichon non plus, c’est tout simplement moyen, à l’image des Knicks. Selon Ian Begley de SNY, le siège de Thibs, sous contrat jusqu’en 2025, n’est d’ailleurs plus si froid.

« Il se réchauffe, il est chaud [le siège de Thibodeau, ndlr]. Je pense que si vous avez encore quelques matchs comme celui-ci où les Knicks sont justes terribles, il y aura de gros changements, qu’il s’agisse de Tom Thibodeau ou d’autres. L’organisation s’attendait à ce que cette équipe soit beaucoup plus compétitive. »

Ian Begley pense donc à un gros coup de savate dans la fourmilière pour réveiller les Knicks. Et c’est Tom Thibodeau qui en ferrait les frais. Il faut dire que depuis son arrivée sur le banc de New York en 2020, l’ancien druide des Bulls brille seulement par intermittence. Sa première copie fut pleine de promesses avec un bilan solide de 41 victoires pour 31 défaites. À la fin de cette saison raccourcie à cause de la pandémie, New York occupait alors la 4e place de la Conférence Est et retrouvait les Playoffs. Une expérience gâchée par Trae Young, mais qui laissait entrevoir un avenir bien chouette. Au final, la suite n’aura rien d’enthousiasmant et les fans des Knicks ne retiendront qu’une victoire dantesque face à Boston en ouverture de la saison 2021-22. New York bouclera cette cuvée à la 11ème place.

Un exercice moyen dont le souvenir refait surface après un mois de compétition. L’arrivée de Jalen Brunson n’a pas changé grand-chose, le meneur est bien seul pour porter les estocades imaginées par Thibs. À ses côtés, Evan Fournier ne met plus un pied devant l’autre, Mitchell Robinson squatte l’infirmerie et Julius Randle ne pense qu’à tirer à 3-points. Bref, les Knicks sont malades et Tom Thibodeau ne trouve pas la solution pour les guérir. Les défaites récentes face aux Hawks, aux Nets et au Thunder ont enfoncé le couteau dans la plaie. Attention, le prochain road trip à l’Ouest pourrait faire des dégâts. Les Knicks vont se coltiner le Jazz, les Nuggets, les Warriors, les Suns et le Thunder, soit un possible 0-5 qui scellerait peut-être le sort de certains.

Calendrier Knicks 14 novembre 2022

Quoi qu’il en soit, tout ce beau monde va devoir trouver des solutions pour tenter de sortir la tête de l’eau. Thibs a déjà tenté quelques coups depuis le début de saison en rétrogradant Vavane, il a continué sa politique de l’homme en forme hier en scotchant sur le banc RJ Barrett lors du dernier quart-temps. C’est clair, le coach de 64 berges ne fait pas dans la dentelle – Kemba Walker en sait quelque chose – et a d’ailleurs justifié son choix en conférence de presse.

« Nous avions tellement de retard que nous cherchions juste la vie. Et ce groupe qui était sur le terrain (après la sortie de Barrett) nous a donné un peu d’énergie. C’est donc avec eux que nous avons terminé. »

Les Knicks commencent à tomber malades et Thibs ne trouve pas le remède miracle. Le coach ne semble plus avoir la main mise sur son effectif et c’est bien sa place qui pourrait sauter en premier. Les prochaines nuit s’annoncent mouvementées pour la tête pensante de New York.

Source texte : SNY, Knicks Vidéos, ClutchPoints, Ian Begley.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top