Equipe de France

C’était il y a un an : l’Équipe de France s’inclinait de cinq petits points face à Team USA en Finale des Jeux olympiques de Tokyo, entre fierté immense et pointe de frustration

Equipe de France Cérémonie médaille 7 août 2021

La prochaine fois, on veut les voir sur la marche suivante

Source image : France TV

L’été 2021 restera à jamais gravé dans nos mémoires de fans. Pourquoi ? Car le flirt entre juillet et août nous aura offert quasiment dans le même temps les Finales NBA, la Free Agency, les Jeux Olympiques, la Draft et la Summer League. Are you serious ? Oh que oui. Les stigmates de cette folle période sont encore là, un an après, tant et si bien qu’on a décidé, sur quelques jours, de vous rappeler certains de ces souvenirs encore présents. 2021 en intra-veineuse. Aujourd’hui ? On revient sur cette nuit cruellement magique où notre Équipe de France est passée à cinq petits points du nirvana : un titre olympique face à Team USA.

Samedi 7 août 2021, il est 7h41 du matin lorsqu’un article intitulé « L’Équipe de France s’incline 87-82 face à Team USA en finale des Jeux Olympiques : sentiments partagés mais la fierté doit primer » est publié sur votre site favori : TrashTalk.co. Le ton est grave car la défaite, aussi héroïque soit-elle, reste difficile à encaisser après un tel match, après une telle épopée. Un an plus tard, nous sommes en capacité de vous affirmer que oui, la fierté a bel et bien primée. De cette rencontre, il ne reste aujourd’hui que la joie du moment, inoubliable, et l’envie de revenir, l’ambition de faire encore mieux la prochaine fois, car il y a largement la place d’y parvenir. Souvenez-vous. À peine redescendue du nuage sur lequel Nicolas Batum l’avait envoyé en réalisant le plus grand contre de son histoire, l’Équipe de France se présente en finale des Jeux olympiques face à une Team USA… revancharde. Eh oui, deux semaines plus tôt, en ouverture de la compétition, les Bleus avaient en effet battu les Américains 83-76, et avec la manière s’il-vous-plaît. C’est donc l’heure du match retour entre les deux meilleures nations de notre sport à ce moment-là. On ne se lassera jamais d’écrire cela.

Il est certes 4h30 du zbar, mais les supporters des Bleus sont là. Nous sommes là. Dans tous les foyers français de fans de basket, la tension est palpable, car la bande à Rudy, Vavane, Nico et Nando est à 40 minutes de décrocher une médaille d’or olympique, la première de son histoire. Sur le terrain, l’intensité est à son paroxysme, et ce dès l’entre-deux. Le premier panier du match ? Un bon gros tomar bien énervé de la Gobe sur la tronche d’un Kevin Durant inoffensif. Le ton est donné. Fournier à deux mètres, Yabusele qui y va aussi de son dunk, Evan à nouveau du parking puis Rudy encore… la France fait doucement monter le score à 10-4 en cinq minutes. Cinq minutes de domination, mais cinq minutes seulement. Car peu à peu, la machine États-Unis va se mettre en route. À 2 minutes 19 de la fin du premier quart-temps, Luwawu-Cabarrot rentre un lancer pour faire passer le score à 15-12 en faveur des Bleus. Ce sera la dernière fois que les Français mèneront dans ce match. Dans le sillage d’un KD injouable (29 puntos à lui seul dont 21 au bout de deux quart-temps) qui enfile les jumpers et d’un Jrue Holiday étouffant qui empêche De Colo de prendre le moindre tir en première mi-temps (!), les hommes de Gregg Popovich repassent devant et maintiennent cette avance. Cinq points de retard à la pause.

Dans une rencontre où la défense aura beaucoup, BEAUCOUP pesé, les Français enchaînent les balles perdues (18 au total) tandis que les ricains envoient un sacré paquet de parpaings (9/32 à 3-points au final). L’écart lui, oscille aux alentours de 10 points en faveur des USA. Un jeu dangereux, qui va donc profiter au pays de l’Oncle Sam. Sur un dunk de Tatum – qui terminera avec 19 points à 8/14 au tir sur le match – les Bleus accusent jusqu’à 14 points de retard à une minute de la fin du troisième quart-temps. Devant nos écrans de télévision, on le sait, il faut réagir tout de suite avant que l’affrontement ne tourne au blowout. Et comme si toute la France était alors connectée, nos garçons nous écoutent. TLC à de loin à deux reprises, Nico au buzzer, Frank à la baguette – sans mauvais jeu de mot –… les hommes de Vincent Collet vont alors coller un 13-2 aux Amerloques pour venir se blottir à 70-73 à 5 minutes 44 du terme. On ne tient alors plus en place. Mais les Dieux du basket sont cruels. Damian Lillard, Jrue Holiday et Devin Booker décident enfin de mettre des points et vont donner une avance irrattrapable aux USA. Si l’espoir est malgré tout entretenu jusqu’aux dernières secondes grâce à la combativité des Bleus, la France échouera à cinq petits points de l’exploit.

Forcément, le résultat est très dur à avaler, car les garçons n’étaient pas venus pour « résister face à Team USA » mais bel et bien pour l’or, et rien d’autre. Toutefois, cette rencontre – et plus globalement cette quinzaine olympique – aura permis de montrer à quel point cette génération a du basketball plein les mains. Malgré la défaite, cette EdF a fait jeu égal avec des Américains menés par une légende au sommet de son art. Alors oui, la frustration est là, mais aujourd’hui elle a laissé place à l’envie de revenir plus forts. Et pour ce faire, quoi de mieux que de revenir… plus armés ? Car s’il a manqué ce petit quelque chose aux Bleus pour l’emporter cette nuit-là, la solution pourrait être toute trouvée grâce à la récente naturalisation de Joel Embiid. On parle donc d’un sacré « petit » quelque chose. Loin de nous l’envie d’affirmer qu’il s’agit de la seule solution, mais force est de constater que c’est une donnée que le staff de Vincent Collet va devoir prendre en considération dans un futur très proche. Car s’il ne sera pas présent pour l’EuroBasket qui débute dans quelques semaines, et qu’il est difficile de se projeter pour la Coupe du Monde 2023, il existe tout de même un monde où Jojo joue sous les couleurs de l’Equipe de France à Paris en 2024. Vous imaginez le délire ? On préfère ne pas se faire de film, mais c’est clair que la phrase est complètement dingue.

Avec ou sans Jojo, les Bleus ont de toute façon prouvé qu’ils pouvaient emmener la France sur le toit du monde. Il y a un an, tout un pays retenait son souffle le temps d’une nuit. Il y a un an, nous vivions l’une des défaites les plus frustrantes mais aussi les plus prometteuses de l’histoire du basket français. Il y a un an, cette génération nous montrait qu’elle a de l’or au bout des doigts et, on l’espère, bientôt autour du cou.

Et voici pour vous remater les meilleurs moments de ce match historique : 

1 Comment

1 Comment

  1. Antoine

    7 août 2022 à 23 h 23 min at 23 h 23 min

    Très beau rappel de ce dernier euro historique pour nous.

    Après un potentiel JoJo en EDF en 2023 ça promet c’est clair, mais faudra pas oublier l’ajout d’un Steph curry chez les ricains qui n’était pas là l’été dernier, et ça ça pèsera aussi dans l’équation.

    On croise les doigts quand même, on sait jamais la victoire sera peut être au bout !

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top