Wizards

Davis Bertans balance sur l’individualisme des Wizards : ça change, d’habitude c’est plutôt des parpaings qu’il balance

Davis Bertans

Davis Bertans avait beaucoup à dire sur les Wizards.

Source image : Youtube

Récemment transféré du côté des Mavs, Davis Bertans en a profité pour tacler l’individualisme de ses anciens coéquipiers de Washington. Merci pour l’info mais à quand la remise en cause personnelle ? 

Le début de saison des Wizards avait tout d’un conte de fées mais, depuis décembre, les copains de Poudlard sont rentrés dans le rang et la franchise est même sortie de la zone du play-in tournament. Pour ne rien arranger, Bradley Beal est déjà out pour la fin de saison et il va falloir un grand Kristaps Porzingis et un collectif de qualité pour sauver les meubles à D.C. Ce collectif justement, où est-il donc passé ? On avait loué l’altruisme et la capacité du groupe à s’en sortir en équipe et cette description semble désormais bien lointaine. Qu’est-ce qui a changé entre temps ? On a peut-être un élément de réponse grâce à Davis Bertans, tout juste échangé à Dallas (avec Spencer Dinwiddie). Pour le sniper letton, le problème des Wizards est clair : l’ambiance dans le vestiaire est pourrie et chacun pense trop à sa pomme.

“C’est dur d’avoir une bonne alchimie quand il y a des disputes tous les jours autour du nombre de minutes et du rôle de chacun dans l’équipe.”

“C’était probablement le plus difficile pour la plupart des gars cette saison. Au début, ça ne se voit pas parce que tout le monde essaie de comprendre ce qui se passe. Une fois que ça commence à aller mal, c’est vraiment dur d’inverser la tendance.”

On sait que Montrezl Harrell et Kentavious Caldwell-Pope ont notamment dû être séparés à la mi-temps d’un match mais on ne pensait pas que le vestiaire était gangréné à ce point. On peut également prendre cette décla’ comme un tacle à son ancien staff car Wes Unseld Jr. n’a pas forcément brillé dans ses choix ni dans sa capacité à mettre en place une hiérarchie claire au sein de l’effectif. Une ambiance pourrie à Washington, c’est malheureusement un thème qu’on a souvent traité ces dernières années et ça explique peut-être pourquoi Tommy Sheppard a dû bouger ses pions à la deadline. Au revoir le bagarreur Harrell, au revoir le rejeté Dinwiddie mais aussi le décevant Davis Bertans. On a beau remercier le Letton de nous filer des infos à l’intérieur du locker room, il faut dire que l’équipe n’a pas été aidée par le natif de Valmiera. Moins de 6 points de moyenne, 32% de loin, une défense qui nous ferait pleurer, Bertans a vraiment fait l’unanimité cette saison (mais contre lui). Pas ouf quand on sait qu’il récupère un chèque de 16 millions cette année. Bien content de quitter D.C. et le climat hostile de la franchise, DB va devoir prouver que le contexte a joué sur ses performances. Cela veut dire régler enfin la mire en attaque, offrir un peu de spacing à Dallas (seulement 24ème à l’adresse lointaine) et si possible se battre un minimum de l’autre côté du terrain. C’est bien beau de tacler les copains mais faut aussi balayer devant sa porte de temps à autre.

Davis Bertans règle ses compte avec son ancienne franchise. Le gros problème à Washington ? Une ambiance pourrie et un individualisme qui fait des dégâts. Vivement le prochain Wizards-Mavs ! 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top