TrashTalk Award

TrashTalk Award – S04 E08 : Kevin Porter Jr. installe la clim à Washington et demande aux fans des Wizards de la boucler

Kevin Porter Jr

Triple dose de seum à Washington.

Source image : YouTube

La NBA n’est jamais la dernière pour apporter son lot de saillies verbales en tous genres entre ses différents protagonistes. Et forcément, comptez sur nous pour les recenser aussi souvent que possible, car sans être trop premier degré, on est friands de ces duels musclés. Alors, c’est qui pour vous la plus grande gueule du moment ?

La précédente édition du TrashTalk Award a été remportée par Jordan Nwora et son imitation de Niska.

Candidat # 1 : Kevin Porter Jr. ordonne au public des Wizards de fermer sa boîte à camembert

On n’avait pas forcément quitté Kevin Porter Jr. dans les meilleures dispositions du monde. Il s’est embrouillé avec John Lucas, un assistant des Rockets qui a pourtant un rôle de mentor auprès du jeune meneur fougueux, tentant même de lui balancer un objet dans la tronche tah J.R. Smith et son bol de soupe à l’entraînement des Cavs. Ensuite, il pris sa caisse dans le parking du Toyota Center et est rentré chez lui à la mi-temps du match entre son équipe et les Nuggets. A sa décharge, il n’est pas le seul à avoir foutu le boxon puisque Christian Wood, quant à lui, refusait carrément d’entrer en jeu lors de la seconde mi-temps. Force est de constater que ça a peut-être remis les neurones de KPJ à l’endroit, au moins pour l’instant…

Pour se faire pardonner, l’ancien des Cavaliers a tout simplement offert un game-winner à son équipe sur un bon gros step-back bien létal comme il faut. Y’a pire comme cadeau pour se faire pardonner d’une embrouille, mais Kevin Porter Jr. ne s’est pas arrêté là. Une fois la ficelle transpercée et la climatisation installée à Washington, il a bien pris soin de se retourner vers le public de la capitale et de leur demander de se taire. On passera par contre sous silence l’écart du commentateur américain, concernant le père de KPJ, vraiment, ça vaut mieux pour tout le monde…

Candidat # 2 : tandis que Tobias Harris demande à son propre public… de le siffler ?

Du côté de Tobias Harris et des Sixers, ce n’est pas tout à fait la même ambiance. L’intérieur des Sixers connait une saison un peu plus compliquée au niveau de l’adresse, mais reste tout de même un joueur assez régulier et consistant. Sauf que cela ne convient plus au public de la ville de l’amour fraternel, qui a quelque peu chahuté son joueur après un tir à 3 points loupé en transition. Des huées sont descendues des travées du Wells Fargo Center et Tobi ne s’est pas laissé faire.

« Ne m’applaudissez pas, putain ! »

Tobias Harris ne veut pas de ces gens qui n’encouragent que quand ça les arrange, et laissent tomber l’équipe et les joueurs lorsque les temps sont plus durs. Soit il veut des encouragement à tous les matchs, soit il n’en veut pas du tout. On comprend évidemment la frustration de l’ancien des Bucks, du Magic, des Pistons ou encore des Clippers, qui ne parvient pas à développer aussi bien son jeu qu’avant, mais les fans de Philly ont probablement son salaire en ligne de mire. 33 millions de dollars cette saison pour balancer des enclumes contre la planche, ça en fait effectivement l’ouvrier le mieux payé du monde. Depuis son interview avec TrashTalk, Tobias Harris est devenu Jeff Green, le « TT Curse » est puissant.

Candidat # 3 : l’embrouille entre Devin Booker et la mascotte des Toronto Raptors

C’était chaud entre les Suns et les Raptors, mais finalement, ce sont bien les coéquipiers de Devin Booker qui ont arraché la victoire au Canada. D-Book a scellé le succès des siens aux lancers-francs, mais ce dernier a dû dégager une mascotte un peu encombrante. En effet, The Raptor n’avait de cesse de s’agiter pour déconcentrer le récent finaliste NBA lorsqu’il était sur la ligne de réparation, Armani est sorti de ses gonds et a demandé à écarter la mascotte de son champ de vision. Mission accomplie.

The Raptor s’est retrouvé au coin, comme puni, il ne lui manquait plus que le bonnet d’âne et vous obteniez le cancre parfait. Et pendant ce temps, Devin Booker a pu terminer le travail pour permettre aux Suns de l’emporter 99 à 95. Mais non content d’avoir arraché la W, il se devait de chambrer un peu son rival du soir en mettant sa pose agenouillée et punie en photo de profil Twitter, The Raptor a répondu en changeant également sa photo de profil pour une photo déconcentrant le Sun, tout est bien qui finit bien entre les deux. Jusqu’à ce que Benny The Bull arrive à son tour.

« Quelqu’un peut demander à ce dinosaure de bouger ? J’ai failli ne pas réussir du premier coup mon tir du milieu de terrain. »

Candidat # 4 : Russell Westbrook, élu joueur le plus froid du match entre Kings et Lakers

La saison de Russell Westbrook, sous le maillot des Lakers et dans sa ville natale n’est pas forcément celle que le Brodie espérait. Pour l’instant, les Pourpre et Or sont à peine 7èmes à l’Ouest malgré un recrutement bling bling sur le papier. Russ galère au shoot, mais au moins, de nombreuses maisons et appartements ont été construits depuis. Face aux Kings il y a quelques jours, le meneur s’est particulièrement chié dessus, en livrant 8 points à 2/14 aux tirs et 0/5 depuis Hollywood. Ses 12 rebonds et 6 passes décisives n’occultent en rien ses pourcentages hideux, et ce ne sont pas ceux qui gèrent la sono et les écrans géants du Golden 1 Center qui vont dire le contraire.

« Le joueur le plus froid du match est : Russell Westbrook »

« Froid comme la glace », voilà un moyen d’indiquer la température aux tirs de Russ face aux Kings, à chaque loupé, c’est cette musique « Cold as Ice » de Foreigner qui résonnait dans l’antre des Kings. Toutefois, Westbrook s’est sauvé la face en trollant à son tour les Kings lorsqu’on lui a fait remarquer que cette musique passait à chacun de ses parpaings.

« C’est mignon, j’espère qu’ils ont aussi passé ça lors des 14 dernières années. Mais ils ont raison, je ne rentre pas un putain de tir »

D’ailleurs, la NBA a demandé aux DJ’s de Sacramento de ne plus passer cette musique pour chambrer les adversaires. Après avoir sanctionné Cade Cunningham d’une faute technique pour avoir pointé du doigt son clan au bord du terrain après un dunk. Bienvenue chez les Bisounours.

Candidat # 5 : le focus de la TV de Boston sur Zion Williamson avec une drôle de pub

On ne sait pas où la télévision de Boston va chercher ses sbires, mais ce qu’on sait d’eux, c’est qu’ils ont la punchline facile. Après avoir rhabillé Russell Westbrook et Joel Embiid pour l’hiver, ils ont désormais décidé de s’attaquer à Zion Williamson. L’intérieur n’a toujours pas joué la moindre minute cette saison, et son surpoids continue de menacer la suite de sa carrière, au point même que ça commence déjà à sortir des mixtapes de lui au passé. Inquiétant quand on n’a que 21 ans. Découvrez donc le focus qu’a décidé de faire la TV bostonienne.

La très courte carrière du premier choix de la Draft 2019 retracée avec une pub pour perdre du poids ? A Boston, on a allègrement franchi le pas, aucune subtilité, que du frontal. Après tout, pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?

Mais qui a eu la plus grande gueule dans cet épisode ?

View Results

Loading ... Loading ...
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top