Equipe de France

Les Bleus se sont baladés face à la Hongrie : seconde mission remplie pour le Coq, quid de la suite ?

Nicolas Lang

Bingo.

source image : FIBA

Ce lundi, les Bleus se sont largement imposés face à la Hongrie (54-78), dans la ville de Kaposvar. Une seconde mission de remplie pour le Coq qui n’a pas tremblé sur le parquet d’une belle salle, prête à foutre le feu pour l’évènement. Dommage que les spectateurs hongrois n’aient même pas eu le temps d’applaudir, étouffés par des Bleus acharnés. On débrief.

« 18% au shoot en première période, on a rarement vu ça, Hongrois rêver ! ». Celle-ci – bien qu’exceptionnelle – n’est pas notre œuvre, mais celle du commentateur de France 3. Une façon aussi poétique que minable de résumer la maladresse des Magyars sur les 24 premières minutes de la rencontre. Un paramètre favorable que les Bleus n’allaient pas laisser au vent, et dont Louis Labeyrie a particulièrement su profiter en sortant 15 points de sa besace en première période. Aucun Hongrois n’a réussi à stopper la tornade chevelue, emprise de lucidité et qui a parfaitement alterné entre les secteurs intérieur – extérieur. T’es là, tu joues pour l’équipe D du Miskolc Basket Cloubë, et un fin gaillard de 2m09 vient te menacer de driver autant que d’artiller. Le genre de polyvalence que l’on aime recenser dans ses troupes avant un match aux allures de guet-apens. Se déplacer par là-bas n’est jamais simple, et ce même si les blazes adverses n’évoquent rien à vos esprits. Les pays de l’Est regorgent de coupe-jarrets prêts à sortir le match de leur vie face à des références mondiales. Vous n’avez qu’à demander aux Girondins de Bordeaux, tiens. Le secret pour éviter un faux pas en Hongrie était donc de s’y rendre avec un groupe soudé et qui vit bien, pas autant que Gérard Depardieu, mais qui vit bien.

« Paradoxalement il y a une pression, mais on arrive bien à se marrer. Même sur le terrain, on prend du plaisir tous ensemble » – Louis Labeyrie, au micro de France 3

Et maintenant, on fait quoi ? Chacun retourne compter ses stats dans son championnat respectif, en attendant la prochaine échéance le… 24 février 2022 face au Portugal. D’ici là, de l’eau aura coulé sous les ponts et le groupe – même celui-ci a correctement fonctionné – fera l’objet d’une nouvelle sélection. La date topant en plein pendant la reprise d’après All-Star Weekend – moment phare lors d’une saison, où chacun sécurise sa place au sein de sa rotation avant les Playoffs – il ne fait aucun doute que les joueurs NBA ne répondront pas à l’appel de Vincent Collet. C’est pourquoi l’on pourrait vraisemblablement se retrouver avec le même groupe que celui composé pour les deux rencontres de novembre. Même si tout n’était pas parfait contre le Monténégro, certains éléments s’imposent comme de sérieux candidats pour disputer toute la phase de qualification avec les Bleus. On pense à Louis Labeyrie donc, mais aussi à Mouhammadou Jaiteh (10 points contre le Monténégro, 15 face aux Hongrois), Isaïa Cordinier et le sniper limougeaud Nicolas Lang, qui pourraient tous quatre participer à la double confrontation face au Portugal les 24 et 27 février prochains. S’ensuivront trois mois de répit, avant de retourner se bastonner face au Monténégro et à la Hongrie début juillet.

Attention, taper ces équipes et finir N°1 de la poule ne suffira pas à valider son ticket pour le Mondial 2023 qui aura lieu en Indonésie, au Japon et aux Philippines. Pour comprendre ce modèle, c’est ICI que ça se passe !

Deux victoires qui confient pour l’instant la tête de la poule à nos Bleus, et quand on sait que le Portugal s’est incliné contre la Hongrie et le Monténégro, il est fort possible que la tendance reste intacte jusqu’en juillet prochain. Top.

2 Commentaires

2 Comments

  1. Sebb

    30 novembre 2021 à 12 h 44 min at 12 h 44 min

    « en terre balte », vraiment ?
    Soit j’ai raté une vanne, soit va falloir me réviser cette leçon de géo mon p’tit Arthur 🙂
    Tu aurais confondu un ours des Carpathes avec Jonas Valanciunas ?
    En tout cas, vive les Bleu, job done pour le moment !

    • Arthur Baudin

      30 novembre 2021 à 13 h 01 min at 13 h 01 min

      Olala ! L’enchaînement du papier Jonas – Hongrie est terrible. Bien vu, c’est corrigé et je file me faire frapper par les supérieurs. Bise

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top