Sixers

Le mois de décembre des Sixers s’annonce colossal : gros poisson sur gros poisson, voilà un nouveau test pour la bande de Doc Rivers

Joel Embiid Sixers

Le mois de décembre sera festif pour tout le monde, sauf pour les Sixers

Source : YouTube

En ce début de saison, les Sixers ont dû évoluer sans une bonne partie de leurs meilleurs éléments. Mais depuis quelques jours, la chance sourit de nouveau à Philly qui jouit du retour de ses pièces maîtresses. Et heureusement, car si l’on se penche sur le calendrier du mois de décembre des Pennsylvaniens, on y retrouve seulement deux équipes… hors du Top 8 de leur conférence. On débrief.

Les Sixers (11-10) ont été privés un long moment de leurs deux meilleurs joueurs (Joel Embiid et Tobias Harris), principalement en raison du protocole sanitaire, ce qui a fait passer leur bilan de 7-2 à 10-9. Grâce au retour de la paire de loustics, Philly a tenu tête aux Wolves au cours d’un match en double OT, avant de taper le Magic d’un Franz Wagner… énervé. Malheureusement, ce dernier match sera le plus facile que les Sixers auront avant des lustres. Doc Rivers aurait certainement souhaité disposer de la même faculté qu’Adam Sandler à accélérer le temps dans « Télécommandez votre vie », car au cours du mois de décembre, les Sixers devront affronter Boston (x2), Atlanta (x2), Charlotte (x2), Brooklyn (x2), Golden State (x2), le Jazz, les Grizzlies, le Heat et les Wizards. Pour se tirer indemnes de ce champ de mines – ou a minima la tête haute – les Sixers auront besoin de tout le monde sur le pont avec cette volonté d’exercer le basket-ball qui les a conduit l’an dernier à la première place de la Conférence Est. Si tel n’est pas le cas, le retard sera conséquent au sein de la Conférence la plus indécise de ce début d’exercice. Quelle recette pourrait donc sauver les Sixers  ? 

L’ingrédient essentiel pour les Sixers, au cours de cette période riche en match de gala, est un Joël Embiid au meilleur de sa forme et de son arrogance. Depuis le cas Ben Simmons (qu’on ne présente plus), les bonnes performances de Tyrese Maxey devront être plus constantes car il reste le premier décisionnaire du jeu en tant que porteur de balle. Quelques semaines plus tôt, le jeune meneur se confiait à NBC Sport sur le choix de son numéro de maillot avec un discours confiant, qui résume à lui seul le type de mentalité que son équipe lui quémandera lors de ce mois de décembre. 

« Je me souviens que lors de mes premiers jours ici, Coach Doc a fait une déclaration : « À la fin de l’année, vous pouvez avoir toutes les excuses du monde pour une défaite, ou nous pourrions juste n’avoir aucune excuse. » Donc, je pense que le « zero excuses » s’est en quelque sorte répandu dans ma vie, dans la mesure où je n’ai aucune excuse à avoir. »

Cela étant dit, Tyrese Maxey n’est encore qu’un sophomore qui traverse simplement des périodes de doute tout à fait… normales. Ne lui retirons pas pour autant d’excellentes perfs comme son match le plus prolifique face aux Bucks, avec 31 points à 12/24 aux tirs, dont 4/9 depuis la cloche de la liberté. Bref, même si le mois est colossal, la pression sera moindre car les Sixers peuvent de nouveau compter sur Tobias Harris, Danny Green et le précieux Seth Curry. Du côté de ce dernier, les standards (42% du parking) qu’il affiche devraient faire grand bien contre les Grizzlies, qui sont la pire défense à 3-points de la Ligue. Mais Philly aussi a beaucoup souffert en défense, compte tenu des caprices de Ben Simmons. Cependant, si l’on se fie aux informations de Howard Eskin, le meneur australien se rapprocherait de la faillite (à prendre avec des pincettes). La faute à un style de vie particulièrement couteux, en plus des amendes continues de la franchise. Les chances sont minces mais peut-être réelles pour qu’il fasse son retour au meilleur des moments, dans ce tournant décisif pour les Sixers. 

Les Sixers commenceront demain soir leur marathon contre les Celtics, avec toutes leurs pièces au complet, si l’on omet Benny. Joel Embiid a fait état de difficultés majeures avec le passage du COVID, mais d’ici là, il faudra espérer que le pivot camerounais soit à nouveau en pleine possession de ses moyens.  

Source texte : The Score, NBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top