Equipe de France

Les Bleuets s’offrent la Serbie dans un match de trainards et partent en finale : victoire 75-69 sur le fil, envoyez les Ricains !

Equipe de France U19 Serbie 9 août 2021

Rien n’est impossible avec ces gamins !

Source image : FIBA

La folle aventure continue pour nos Bleuets qui sont en train de réaliser une énorme compétition à Riga dans le cadre de la Coupe du Monde U19. Après le Mali en huitième de finale (86-52), puis la Lituanie en quart (84-79, OT), les garçons de Frederic Crapez ont fait preuve de caractère pour s’imposer contre la Serbie au terme d’un beau match de trainards. Rendez-vous demain à 18h pour la grande finale face à Team USA.

Il y a tout juste une semaine, les espoirs de l’EDF arrivaient en Lettonie sans préparation au complet mais avec beaucoup de talent et une unité qui crève l’écran. Sept jours plus tard, ce groupe aussi dense que complémentaire se retrouve à 24 heures d’un match pour la médaille d’or face à l’ogre américain. On aura le temps de se ronger les ongles en attendant l’entre-deux mais avant cela, revenons sur ce nouvel exploit majuscule d’une bande de copains qui ne se met aucune limite. Contre la Lituanie la veille, c’était le duo Matthew Strazel – Victor Wembanyama qui avait mis l’équipe dans son sac à dos pour les emmener en demi-finale. Ce vendredi, c’était au tour de Jayson Tchicamboud, Rudy Demahis-Ballou, Yvan Ouedraogo ou encore l’inusable Clément Frisch de prendre le relai pour foncer à pleine pédale sur l’autoroute de la finale. Pourtant, les Bleuets se sont faits peur en se retrouvant rapidement menés de 10 points. Impérial au match précédant, Wembanyama nous rappelle qu’il n’a que 17 ans et se fait une nouvelle fois sanctionner de deux fautes rapides. Sorti au bout de cinq minutes dans le premier quart-temps, il ne rejouera que deux minutes en reprise de seconde mi-temps avant de monter à quatre fautes personnelles. Tant pis, il faudra se débrouiller sans le géant pour battre ces Serbes. Heureusement, devant ses parents, c’est Jayson Tchicamboud aka L’Escroc junior qui se met en valeur au scoring et les Bleuets ne sont plus menés que de six unités à la pause (33-39).

A force de patience et de solidarité des deux côtés du terrain ainsi que 9 points du fils de Steed dans le troisième quart-temps (19 au total), les Frenchies obtiennent leur premier lead du match avec huit minutes à jouer dans le dernier quart-temps grâce à un triple côté gauche de RDB qui fait basculer le momentum. A partir de là, la confiance a changé de camp et plus rien ne semble pouvoir arrêter les futurs héros de la sélection chez les adultes. Excellent depuis le début des phases finales, Clément Frisch ne se fait pas prier pour arracher des rebonds précieux et faire sa place dans la peinture avec des moves pleins de toucher. En l’absence de la tour de contrôle, il prend à nouveau ses responsabilités au même titre que Yvan Ouedraogo, auteur d’un double-double héroïque (11 points et 15 rebonds). La future pépite du basket serbe, la version miniature du MVP de NBA avec une faute d’orthographe dans son patronyme, Nikola Jovic ne peut pas empêcher ce naufrage de fin de partie. Son passage en force sur Victor Wembanyama dans le money time met fin aux espoirs des Balkans. Les deux hommes seront amenés à se recroiser dans les peintures outre-Atlantique d’ici quelques années mais même sans briller le Villeurbannais remporte cette confrontation sur le plan collectif. On dit merci aussi à Armel Traoré pour enfoncer le clou du parking et voici donc les Bleuets en finale du mondial.

Les Français ont fait preuve d’expérience et de sang-froid et réalisent le match de trainards par excellence contre les Serbes. Ils arrivent en finale probablement usés physiquement mais plus forts et unis que jamais. Plus que des individualités, c’est tout un groupe qui a mérité de se confronter aux Etats-Unis pour le titre de meilleure équipe du monde ce dimanche. Ne manquez pas le match de demain à 18h. Ce ne sera certainement pas la même histoire face au numéro 1 de la Draft 2022 annoncé, Chet Holmgren, mais il reste quelques heures pour savourer cette belle victoire et on aurait tort de sous-estimer cette bande de copains. Ils nous l’ont encore montré aujourd’hui, ils sont capables de tout. Alors ramenez-nous les US qu’on en finisse !


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top