Equipe de France

Les Bleuets s’en sortent in extremis contre la Lituanie : place au dernier carré, merci Victor Wembanyama pour les travaux

Victor Wembanyama 5 9 août 2021

Habituez vous à tous ces visages.

Source image : FIBA

Après un succès tranquille face aux Maliens, vice-champions du monde en titre, les Bleuets avaient rendez-vous avec la Lituanie pour se disputer une place dans le dernier carré de la Coupe du Monde U19 qui se tient actuellement à Riga. Visiblement, personne ne tenait à se retrouver en vacances ce soir – probablement pour ne pas être forcé de se plier en quatre dans le Xsara Picasso familial afin d’aller passer une énième semaine au camping de Palavas-les-Flots avec ce cousin lointain qui ne pense qu’à coincher – et il a fallu cinq minutes de rab pour départager les deux équipes. Heureusement, l’Équipe de France s’en sort grâce à une prolongation maîtrisée qui aurait même pu être évitée par un Victor Wembanyama monstrueux… Débrief.

Autant commencer à vous habituer tout de suite à lire les noms qui vont suivre car vous devriez encore en entendre parler dans les prochaines années et même un petit peu plus. Les hommes de Frederic Crapez n’ont peut-être pas eu le temps de réaliser un entraînement au complet pour bosser leurs automatismes avant le coup d’envoi de la compétition il y a six jours mais le groupe vit bien et on sent déjà une vraie complicité entre ces jeunes joueurs qui se connaissent depuis fort longtemps. Pour ce quart de finale de Coupe du Monde à Riga, les visages étaient à la fois relâchés et concentrés sur l’objectif. Les deux camps se sont toujours regardés droit dans les yeux sans jamais qu’il n’y ait d’éclat au score ni d’un côté ni de l’autre et les chanceux qui avaient réussi à trouver les images ont passé l’après-midi devant un match hyper disputé et plaisant à regarder. En faillite à trois points durant toute la première mi-temps (1/13) et chahutée au rebond (6 rebonds offensifs contre 3), la France restait à hauteur des Lituaniens à la pause grâce à son duo villeurbannais Matthew Strazel – Victor Wembanyama qui se capte déjà en 5G avant même d’avoir évolué ensemble à l’ASVEL (35-33). Juste le temps de faire un free refill à la fontaine d’eau la plus proche et nous étions donc partis pour 20 25 minutes d’apnée du côté de la Riga Arena aux gradins parsemés de quelques scouts NBA venus faire leur liste de courses et des proches des joueurs ainsi que des effectifs des équipes encore en lice.

Dans un match à mi-chemin entre le show d’un All-Star Game et l’intensité d’un match de Playoffs, Dominykas Stenionis prend un coup de chaud et croit mener son pays en demi-finale. Avec son visage de collégien surclassé, l’une des multiples pépites du centre de formation de Kaunas alterne les points en pénétration et à l’extérieur mais Clément Frisch et Lucas Ugolin haussent le ton dans le money time. Déjà en forme contre le Mali au relai de Wembanyama, le Strasbourgeois permet d’égaliser dans la dernière minute grâce à un tir primé plein axe tandis que le dragster nancéen marque des points importants pour rester dans le short des Baltes. Grâce à une grosse défense, Matthew Strazel se retrouve même avec la balle de match entre les mains sur une remise en jeu à 3,5 secondes du buzzer du quatrième quart-temps (79-79). Comme prévu, le meneur trouve Wemby qui lui remet directement avant de courir vers le panier pour poser le couvercle sur une passe lobée. L’exécution est parfaite et le timing aussi… à un dixième de seconde près puisque la claquette est finalement annulée. Pas traumatisés par ce call arbitral, les Bleuets vont entamer l’overtime tambour battant pour ne laisser aucune chance à la Lituanie. On soupçonne presque Wembanyama d’avoir voulu prolonger le plaisir pour atteindre 20 points à 10/16 au tir, 6 rebonds et surtout 8 contres (!) pour 28 d’évaluation face à des scouts complètement hallucinés devant ce nouveau chantier XXXL du jeune prospect de 17 ans. C’est finalement bien Matthew Strazel qui termine meilleur scoreur avec 23 points et une belle attitude de leader pour aller au charbon et prendre ses responsabilités du parking où ses coéquipiers ont été en souffrance toute la journée. Il nous tarde déjà de revoir ces deux-là évoluer ensemble à l’Astroballe la saison prochaine. Mais avant cela, il reste une Coupe du Monde à aller chercher.

Rendez-vous dès demain pour la demi-finale face au vainqueur du match entre l’Argentine et la Serbie, deux équipes qui n’ont pas réussi à nos Bleus à ce même niveau de la compétition lors des deux derniers Mondiaux en 2014 et en 2019 s’il fallait encore un peu plus de motivation pour ce game. On n’a pas fini de le répéter, le potentiel de Victor Wembanyama se rapproche des étoiles et on ne serait pas contre une première médaille d’or internationale pour commencer une moisson que l’on espère la plus fructueuse et la plus longue possible. A demain les Bleuets !

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top