Blazers

Damian Lillard vit sur son propre fuseau horaire : une série incroyable, des records à la pelle… mais des Blazers restés en plein jetlag

Damian Lillard celebration

C’est à toi de dire au revoir aux Playoffs Dame, désolé.

Source image : NBA League Pass

Damian Lillard n’a plus raté un tir depuis 2012 et il a encore frappé très fort dans ce premier tour des Playoffs face aux Nuggets. Malheureusement, ses nombreux efforts auront encore été vains (mais divins au moins). Records et highlights en masse pour un homme esseulé qui perd une nouvelle opportunité d’inscrire son nom au palmarès du trophée Larry O’Brien. Trop loin, trop seul.

Le numéro 0 des Blazers vient tout juste de nous délivrer un tuto de comment brasser le plus de vent en 6 étapes. Il y a d’abord eu cette victoire autoritaire à l’extérieur lors du Game 1 (123-109) qui nous a fait entrevoir un instant la possibilité de voir Portland refaire le coup de 2019 (victoire en sept matchs contre Denver). Déjà présent avec 34 points et 13 passes (parce que oui, le père de Paul George ne fait pas que scorer comme un dieu, il lâche aussi des assists : on se rapproche beaucoup du surhumain non ?), le héros de l’Oregon remporte son premier duel avec le futur MVP de la saison. On enchaîne tout de suite et c’est là que ça commence à se gâter. Malgré une performance moyenne du poto C.J. McCollum, Dame signe 42 points, 10 passes avec un 9/16 à trois points. Le problème ? C’est que ça ne suffit pas pour doubler la mise. Une belle opportunité de perdue, et dans les grandes largeurs en plus (128-109). Face à un Joker qui régale en 38/8/5 et un collectif qui répond présent, le constat est déjà là : la pépite d’Oakland est beaucoup trop seule et cela va encore se confirmer. Il a beau se pointer au Moda Center avec 37 points dans ses valises, Nikola Jokic gâche la fête avec 36 points et 11 rebonds lors du Game 3. Il n’y a qu’au Game 4 que Damien va pouvoir lever le pied et laisser ses stagiaires faire le travail à sa place pour égaliser dans la série.

On a posé les bases, vous pouvez déjà vous allonger sur votre tapis de sol car la suite est douloureuse. Dans un Game 5 crucial, les équipes n’arrivent pas à se départager à la Ball Arena alors que le vainqueur prendra un avantage sur la qualification. C’est donc le moment que tous les coéquipiers de ton mentor sur NBA 2K21 vont choisir pour activer le Absent Mode ou plutôt le BâtonDansLesRoues Mode. Encore plus dommage que le deuxième meilleur buteur de l’histoire des Trail Blazers nous pose une mega-giga-ultra-Niska-supra MASTERCLASS avec 55 points. 55 pions. 55 puntos. On arrête vous avez compris. CINQUANTE-CINQ POINTS. C’est bon on se sent mieux et on expulse un peu la frustration de ne pas pouvoir voir ce monstre continuer les Playoffs. En plus de ça, le rappeur/basketteur/sniper/père d’OKC fait croquer ses coéquipiers en lâchant 10 passes. C’est encore un record pour le coéquipier de l’année 2021, qui devient le premier joueur à claquer 55 points et 10 assists dans un match de cette importance. Ensuite, vu qu’il aime bien les records, il va faire de son parking un parking plus bondé que Bercy 2 un samedi après-midi en réouverture des centres commerciaux : 12 sur 17 à trois points. C’est le plus de treys de l’histoire dans un match de Playoffs. Damian Lillard détient aussi le record des coéquipiers les plus éclatés en prolongations puisqu’ils signent dans la double overtime un trop beau 1 sur 19 au tir, alors que lui drop 17 points à 6 sur 8 au tir dont des énormes threes ultra clutchs en side-step, step-back, spin-move step-back, backflip, 360, poirier, etc. Tout est dit. La performance est juste folle et les records sont au moins aussi fous que ses coéquipiers sont décevants de ne pas être au niveau (la prochaine fois Cijay, regarde tes pieds). Clou du spectacle hier soir, une énième défaite à la maison cette saison avec le sentiment qu’il ne pouvait pas faire grand-chose de plus : 28 points et 13 passes pour le boss de l’Oregon… Une belle performance encore mais trop peu suivie par McDo ou Robert NoConviction. Au final c’est une belle qualification méritée des Nuggets portés par Nikola Jokic, mais qui pouvait aussi compter sur un effectif plus soudé et utile et mieux coaché. Logo Lillard finit donc cette série exténuante à 34,3 points à 46,3% au tir et 44,9% à trois points, 4,3 rebonds et 10,2 passes pour seulement 2,2 turnovers et toujours ce goût amer dans la bouche comme s’il se retrouvait une nouvelle fois trop tôt en vacances.

Il nous a encore fait rêver en étant plus fort et plus clutch que ce qu’on pouvait croyait. C’est juste dommage que son équipe n’ait pas tenu le coup en l’obligeant à partir en vacances. Respect à Damian Lillard, encore bravo et surtout désolé…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top