Nuggets

Les Nuggets égalisent face à Portland : Damian Lillard a pris un gros coup de chaud mais Denver a sorti le climatiseur

Nikola Jokic 25 mai 2021

38 points à 15/20 au tir. Y’a pas à chier, la salade de Nurkic sauce Kanter passe toujours aussi crème.

Source image : YouTube

Denver recolle donc à 1-1 dans cette série et se donne un sursis avant son double déplacement à Portland. Victoir autoritaire, Nikola Jokic a encore une fois montré qui était le MVP et Damian Lillard, quant à lui, a pris totalement feu dans le deuxième quart-temps. Sa performance n’aura toutefois pas suffit aux Blazers pour gratter une deuxième victoire de rang et ce matin Dame peut en vouloir à tout le monde autour de lui, tout en se regardant fièrement dans la glace. 

La boxscore du duel Damien vs Nicolas c’est juste ici

Denver et Portland ne s’apprécient guère, visiblement. Cette série, remake d’une demi-finale de conférence incroyable de 2019, offre ainsi toute l’intensité et l’adversité des grandes joutes de Playoffs. Des pivots enervo-balkaniques, ex-coéquipiers qui ont des grands comptes à régler, un antécédant de Playoffs donc, dont Denver veut se venger, tout ça classe une série, une série portée au passage par deux des plus grandes stars de la Conférence Ouest. Bref. La première mi-temps de ce Game 2 est en tout cas dictée par les deux superstars de cette série. Nikola Jokic régale et fait tourner en bourrique Jusuf Nurkic à plusieurs reprises, à tel point que le Bosnien commet un nombre de fautes dommageable dès la première mi-temps. Le Joker atteint rapidement son 25-5-5 journalier et ses coéquipiers le lui rendent bien, en maintenant une avance peu en dessous des dix points. Le moment choisi par… Damian Lillard pour activer le Dame Time. Le meneur des Rip City alterne parfaitement son jeu entre percussions pour chercher les lancers, shoots de loin pour faire venir les défenses et shoots à mi-distance. Dame conclue la première mi-temps avec 32 points, 22 dans le deuxième quart dont quelques dingueries du logo ou pas loin, un 8/111 à 3-points, et on commence alors à regarder le livre des records spécial parking. Malheureusement pour Portland rien ou presque n’est proposé lorsque le meneur n’est pas en réussite, aussi bien défensivement, où Portland a globalement toujours été à la rue, qu’offensivement où Lillard est incroyablement seul.

La tension entre les joueurs ? Elle se remarque. Jusuf Nurkic se chauffe avec tout le monde car il s’était apparemment levé du mauvais pied le matin, Melo réveille Jokic, un Nikola Jokic qui prendra finalement une faute technique après une explication musclée avec les arbitres, alors que C.J. McCollum a lui appris à parler espagnol cette nuit grâce à un coquin nomme Facundo Campazzo. Mais le main event de la soirée, c’était bien entendu ce fameux « duel » entre les deux anciens teammates Jusuf Nurkic et Nikola Jokic. Et sans surprise, c’est le Serbe qui a remporté la bagarre haut la man. Inscrivant 38 points sur sa tronche et sur celle d’Enes Kanter, provoquant même le Bosnien jusqu’à son exclusion à dix minutes de la fin.

Terry Stotts ? Hum.

Si l’on a appris à ne pas attendre monts et merveilles du coach des Blazers, Terrine a de nouveau manqué de flair cette nuit. Pas ou beaucoup trop peu de Derrick Jones Jr. au profit d’un Melo qui score mais vieillissant et très peu concerné par les tâches défensives. Même remarque pour Rondae Hollis-Jefferson qui n’arrive pas à exprimer ses qualités alors que les Blazers ont de grosses lacunes sur leur défense extérieure, pas de Nassir Little à part dans le garbage, dix minutes seulement pour Anfernee Simmons, bref une rotation à sept et demi bien trop courte et mal exploitée. Coté Nuggets, saluons ce soir la performance importante de Paul Millsap avec 15 points en 15 minutes, le poste 4 s’étant comporté comme en taulier avec un apport indéniable. Les points de MPJ ont aussi pesé dans la balance, 18 points pour le jeune ailier, ainsi que le two-way work d’Aaron Gordon, de plus en plus à l’aise dans un rôle qui lui va merveilleusement bien.

Même si Denver a fait le taf, on se doit surtout de se demander comment Portland arrive à ne pas à exister dans le match même quand leur franchise player est dans une forme étincelante. Il faudra désormais réagir et assurer à la maison pour espérer une qualification, une qualif que Damian Lillard ne pourra aller chercher seul. Le manque d’imagination de Stotts et les égarements des lieutenants pourraient bien jouer des tours à Portland, et si les Blazers veulent honorer le prono de la rédac, il va falloir se bouger les fesses.  

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top