Playoffs NBA

Des petits nouveaux vont découvrir les Playoffs cette année : fini le bac à sable, c’est l’heure d’aller jouer avec les grands

Julius Randle Trae Young Devin Booker Ja Morant montage Playoffs récap

Zéro match en Playoffs mais des dents qui rayent le parquet.

Source image : Montage via Youtube

Alors que certaines équipes vont revenir pour la première fois en Playoffs depuis un bail, on a décidé de s’intéresser aux joueurs qui vont faire leurs… premiers pas en postseason. Ils sont forts, hypés, All-Stars, pour certains même les visages de leurs franchises, et pourtant le compteur affiche toujours zéro quand il s’agit de joutes printanières. Qui sont-ils, comment sont-ils arrivés là, qu’attendre d’eux, vont-ils faire péter du record d’entrée ? On vous raconte tout. 

Vous vous en doutez mais il y a fort logiquement pas mal de monde qui découvre chaque saison les Playoffs. Vu qu’on n’a pas vraiment le temps ni l’envie d’aller chercher la liste des rookies qui sont au bout du banc d’un contender, on préfèrera insister ici sur les éléments plus importants. Du coup, no disrespect à Elfrid Payton, qui va lui aussi découvrir la postseason après 450 matchs en carrière, mais on va plutôt regarder des joueurs d’un autre calibre. 

  • Mention « on va les mater mais ils ne sont pas au sommet de la liste » : Mikal Bridges, Deandre Ayton, John Collins, DeAndre Hunter, Bogdan Bogdanovic, R.J Barrett, Jaren Jackson Jr., Dillon Brooks.

Devin Booker

Cela fait déjà six ans que Devin Booker est dans la plus belle Ligue du monde et pourtant il n’a que… 24 ans. Beaucoup de dingueries en attaque comme ce fameux match à 70 points contre Boston, à seulement 20 ans, un record NBA bien évidemment. Et puis les années passent, on se dit qu’il plante beaucoup mais que Phoenix ne vole quand même pas bien haut. On lui associe enfin un « vrai » meneur avec Ricky Rubio et les choses tournent déjà mieux. Rebelote avec Chris Paul cette saison, deux calibres au-dessus, et voilà les Suns qui rayonnent de nouveau dans le désert. Il aura quand même fallu onze saisons pour les revoir à ce niveau-là ! Et maintenant quoi… ? À quoi ressemblera ce baptême du feu dans la grand messe annuelle (contre le champion en titre qui plus est) ?  Doit-on s’attendre à un départ tranquille au sein du collectif ou une grosse enflammade pour rappeler son statut parmi les meilleurs pyromanes de cette Ligue ? La première fois est toujours une expérience qu’on n’oublie jamais, hum hum, alors c’est peut-être le moment pour envoyer un message. Pour rappel, Luka Doncic s’était emparé du record du plus grand nombre de points inscrits pour une première en Playoffs : 42 points contre les Clippers. Un soir de coup de chaud c’est tout à fait dans les cordes de l’ancien de Kentucky, la saison est déjà magnifique, le parcours en Playoffs est tout sauf acquis mais si succès il y a pour les Suns il rimera probablement avec Devin Booker.

Les records à taper chez les Suns :

  • Points sur un match de Playoffs : Charles Barkley – 56 points
  • Meilleure moyenne de points sur une campagne de Playoffs : Amar’e Stoudemire – 29,9 points
  • Meilleure moyenne de points pour une première apparition en Playoffs : Connie Hawkins – 25,4 points 

Julius Randle

Nos respects Monsieur le Maire de New York et toutes nos félicitations pour cette qualification en Playoffs. L’objectif paraissait tellement improbable en début de saison qu’on a envie de croire que tout le reste n’est que du bonus désormais. Cela dit, quitte à être là, pourquoi ne pas pousser le succès encore plus loin pour rendre cette année encore plus belle ? Pour ça, il faudra compter sur une bonne grosse défense, sur le fighting spirit qu’on a vu ces derniers mois et, bien sûr, sur un Julius Randle étincelant. L’un des trois derniers finalistes dans la course au MIP 2021 revient de loin, et cela il ne faut pas l’oublier. En début de saison, on a bien entendu ceux qui voulaient un trade pour faire place nette à Obi Toppin et aujourd’hui, cette phrase semble tout simplement ridicule. Finie l’époque où il scorait son 20-10 dans le vent, juste pour les stats, Julius Knicksius s’est depuis transformé en vrai leader d’équipe et il peut savourer sa revanche après plusieurs années où il aura soufflé le chaud et le froid entre Los Angeles et le Bayou de la Nouvelle-Orléans. Avec une étoile de All-Star sur le torse et une cote qui a déjà traversé le plafond du Garden, il sait qu’il sera en position de force au moment d’aller négocier un nouveau deal. Cela tombe bien, il se murmure qu’il aurait déjà commencé à parler avec New York à ce sujet. Sans doute qu’une grosse performance pendant cette postseason lui donnera encore plus d’arguments au moment de convaincre Leon Rose de poser les billets sur la table mais pour cela il faudra déjà terrasser les Hawks, une équipe qui a fini avec un bilan similaire aux Knicks. Les quelques 13 000 fans qui rempliront le Garden ce week-end n’attendent que ça !

Les records à taper chez les Knicks :

  • Points sur un match de Playoffs : Bernard King – 46 points
  • Meilleure moyenne de points sur une campagne de Playoffs : Bernard King – 34,8 points
  • Meilleure moyenne de points pour une première apparition en Playoffs : Willis Reed – 27,5 points

Trae Young

Il y a encore deux mois, les Hawks étaient une équipe qui vous faisait vous arracher les cheveux. Pas de défense, aucune alchimie, des blessés en pagaille et des leaders plus intéressés par leurs stats qu’autre chose. Depuis ? Lloyd Pierce a plié bagage et il a emmené tout le mauvais karma et l’ambiance pourrie avec lui. Nate McMillan a depuis pris le relai et le résultat s’est vite fait sentir. Des joueurs plus concernés, l’envie de se battre ensemble et voilà Atlanta qui passe de la onzième à la… cinquième place. Et Trae Young dans tout ça ? Une année assez particulière, car même si les chiffres sont toujours sympas (25 points, 9 passes), il y a toujours l’irrégularité et la air défense pour faire défaut. Les mauvais rapports qu’il entretenait avec Pierce étaient un secret de polichinelle et on le sent néanmoins bien plus concerné depuis le remplacement. Les Piou-Pious ont fini la saison en trombe (sept victoires lors des neuf derniers matchs) et ils vont désormais découvrir un tout nouveau challenge avec les Playoffs. L’objectif était la qualification, désormais il faut se gaver de chaque instant pour progresser et apprendre. À l’inverse de ces deux camarades du dessus, Young a peut-être moins de pression par rapport à la ligne de stats qu’il devra sortir tous les soirs vu le casting autour de lui (Capela, Bogdanovic, Collins, Gallinari, Williams) mais on attend quand même qu’il se comporte en leader pour ce qui est la première participation en Playoffs des hommes de Georgie depuis quatre ans. À voir désormais si le dégarni saura voler plus haut que les autres coucous.

Les records à taper chez les Hawks :

  • Points sur un match de Playoffs : Dominique Wilkins et Bob Pettit – 50 points
  • Meilleure moyenne de points sur une campagne de Playoffs : Bob Pettit – 31,8 points
  • Meilleure moyenne de points pour une première apparition en Playoffs : John Drew – 26 points 
  • Meilleure moyenne de passes décisives pour une première apparition en Playoffs : Spud Webb – 7,2 assists

Ja Morant

Cette fois c’est la bonne pour les Grizzlies ! Vainqueurs des Warriors dans l’ultime match du play-in, les Oursons ont exorcisé les vieux démons de l’an dernier et cette élimination cruelle dans la bulle d’Orlando. Pour les guider, un Ja Morant taille patron, qui aura livré l’un de ses meilleurs matchs en carrière et peut-être le plus important à ce jour. Le destin fait parfois bien les choses car voilà que se dresse le Jazz sur la route des Oursons. Il y aura donc un duel avec un certain… Mike Conley. D’un côté, celui qui a dirigé le jeu de Memphis pendant douze ans et de l’autre, celui qui va les mener pendant peut-être les quinze prochaines années. La symbolique est belle et certains y verront peut-être une sorte de passation de flambeau entre le vétéran et son jeune adversaire. Même s’il a parfois manqué de régularité dans ses performances, Ja Morant détient toutes les armes pour devenir un très grand joueur. Excellent distributeur, renversant dribbleur, des nerfs en béton armé au moment de tenter des shoots importants et un malin plaisir à aller fracasser le cercle à chaque match. Typiquement le type de joueur League Pass qui te fait cliquer tous les soirs plutôt que d’aller faire des câlins à ton oreiller. La qualification des Grizzlies au premier tour des Playoffs est un superbe accomplissement pour ce jeune groupe (troisième plus jeune moyenne d’âge de la Ligue) et la postseason sera un excellent test pour apporter maturité et expérience. Exactement ce qui permet de façonner les grands joueurs et quelque chose nous dit que Ja Morant fait partie de cette catégorie.

Les records à taper chez les Grizzlies :

  • Points sur un match de Playoffs : Mike Conley – 35 points 
  • Meilleure moyenne de points sur une campagne de Playoffs : Mike Conley – 24,7 points
  • Meilleure moyenne de points pour une première apparition en Playoffs : Rudy Gay – 19 points
  • Meilleure moyenne de passes décisives pour une première apparition en Playoffs : Mike Conley – 6,4 assists

Voilà, c’est tout pour nos petits nouveaux et ils ont de quoi faire ! Ces bleus vont faire leurs baptêmes du feu et aucun cadeau ne leur sera fait. Leaders de leurs équipes respectives, ils ont déjà donné vie aux rêves des fans en ramenant les Hawks, les Knicks, les Grizzlies et les Suns en Playoffs mais désormais, c’est une toute autre histoire qui commence. Iront-ils toucher les étoiles et remplir les bouquins d’histoire ? On ne peut que leur souhaiter. 

Source texte : Stats Muse

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top