Grizzlies

Ja Morant a été stratosphérique, dans le match le plus important de sa carrière : officiel, on tient peut-être l’acte 1 d’un futur immense joueur

S’il y a bien un joueur qui était attendu au tournant cette nuit c’était bien lui. Ja Morant, ses 21 ans, et sa mission du jour qui consistait à porter sa franchise vers les premiers Playoffs de sa toute jeune carrière. Et on peut dire ce qu’on veut sur Ja, vraiment hein, tout ce que vous voulez, mais cette nuit le gamin a pissé sur la planète basket toute entière.

La pression d’un tel match, d’un tel enjeu, aurait presque été suffisante pour excuser un potentiel trou d’air du meneur des Grizzlies. Après tout, à 21 ans, un corps et un esprit ne sont pas censés être constitués pour supporter de telles charges émotionnelles. Sauf qu’il existe des raretés, sauf qu’il existe des exceptions, et petit Ja est officiellement devenu une exception dans le petit monde de la NBA. Un début de match déjà faramineux, avec des tirs à 3-points bien utiles pour mettre Memphis devant, bien utiles car vous savez désormais que jamais les Warriors ne se relèveront totalement de ce début de match. De l’adresse donc, de l’agressivité parce que ça reste sa principale qualité, mais de la défense, aussi, avec une activité de tous les instants qui prouvait très vite que Ja avait compris l’importance de ce genre de soirée dans un début de carrière. Ja à la baguette, Ja à la finition, Jaja dans le trafic, et on ne parle pas de l’utilitaire de chez Renault. Ja dans son match, les Grizzlies devant et c’est à mettre en bonne partie à son honneur, puis vient ensuite la deuxième mi-temps qui finira par sonner l’avènement d’un nouveau prince de la NBA…

Car plus qu’un match plein, c’est un match parfait qu’a réalisé l’ancien crack de Murray State. 35 points, 6 rebonds, 6 passes, 4 steals, 14/29 au tir dont 5/10 du parking de Steph Curry, et cette fin de match… comment dire… parfaite. Deux énormes tirs durant la prolongation, pas from the logo hein, ça il le laisse volontiers aux autres, mais deux énormes tirs… psychologiquement parlant, le genre de tir qui ferait faire caca couche à Andrew Wiggins rien qu’en y pensant. Deux énormes tirs dont ce dernier, qui fait passer les Grizzlies de + 3 à + 5 à quelques secondes de la fin de l’overtime et qui envoie donc Memphis en Playoffs neuf mois après avoir connu une désillusion de play-in désormais réparée.

Un véritable chef d’œuvre pour celui qui s’auto-proclamait Top 5 meneurs de la Ligue il y a un mois et pour celui que tout le monde avait alors pris pour cible, mais le genre de match qui ravivera très vite les débats si le jeune homme réédite ce genre de performance à l’avenir, pourquoi pas dès le premier tour des Playoffs face à un Jazz qui devra prendre cet ourson problème à bras-le-corps. Quoiqu’il en soit et quoiqu’il advienne par la suite, cette nuit Ja est devenu grand, Ja est devenu un homme.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top