Bucks

Les Bucks s’offrent un record all-time du parking : 29 bombes à eau lâchées sur le Heat, le Feu de Miami s’est éteint très vite

Pour ceux qui avaient suivi en direct le fabuleux blow-out de dimanche entre les Mavs et les Clippers ? On ne prend pas les mêmes mais on recommence. Sans Jimmy Butler le Heat recevait les Bucks pour un rematch des dernières demi-finales de conf, et très rapidement le match… n’en fut plus un. On s’est grandement fait chier mais les Bucks ont au moins battu un record, c’est déjà ça.

Plutôt bizarre ce début de saison des Bucks. Deux défaites, la première sur un choke du point de penalty de Giannis Antetokounmpo, et la deuxième assez inexplicable face au nouvel épouvantail de la Conférence Est. Puis deux victoires, la première pour Noël et de… 39 pions face aux Warriors, et donc ce deuxième succès face à Miami, une victoire de… 47 points. Pourquoi faire les choses à moitié quand on peut les faire en quadruple, et cette nuit les Bucks ont donc botté violemment les fesses du finaliste NBA en titre, en profitant pour s’emparer d’un record amené à bouger à de nombreuses reprises dans les mois/années à venir : celui du nombre de paniers à 3-poits inscrits dans un match. Très vite un écart incroyable qui bouclait le match dès le premier quart (46-26 après douze minutes (!), 83-51 à la mi-temps et 115-75 après trois rounds), un trio Middleton / DiVincenzo / Lopez incandescent du parking, et finalement toute l’équipe qui prendra l’aspiration derrière la ligne. Toute l’équipe sauf… Giannis Antetokounmpo, car c’est toujours marrant de balancer 29 triples dans le même match sans en laisser un seul au double-MVP en titre, car c’est toujours marrant de se dire que le Greek Freak n’est même pas le meilleur shooteur de… sa famille.

Un festival, une démo, un concours de tir dans un match qui n’en aura jamais été un, et donc ce record, que les Bucks chipent aux Rockets, des Rockets 2018/2020 qui doivent bien posséder douze des quinze plus gros scores en la matière. Une récréation sympathique en somme, un échauffement, et un score plus original que significatif face à une équipe de Miami qui a lâché le morceau beaucoup trop rapidement.

Un tiret de plus dans un début de saison sponsorisé par le FC Branlée, mais un match qui rentre en tout cas dans l’histoire, youpi. La suite ? Dès ce soir avec un joli, oh bah, Miami-Milwaukee. On en connait certains qui ne voudront pas servir de cible une deuxième fois de suite, et de toute façon si l’on suit le théorème Bucks 2020…. Milwaukee devrait perdre ce soir avant d’en coller 50 à Chicago le 2 janvier. C’est nul quand on sait tout à l’avance, mais vous ferez semblant de ne rien avoir vu ok ?

stats Bucks Heat 30 décembre 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top