Nuggets

Preview des Denver Nuggets 2020-21 : un cap a été franchi dans la bulle, mais les Pépites peuvent-elles le garder ce cap ?

Jokic Murray 16 septembre 2020

Le parcours de la bulle, lié à la magie de Disney ou annonciateur des choses à venir ?

Source image : NBA League Pass

Après avoir terminé pour la deuxième fois consécutive dans le Top 3 de l’Ouest en saison régulière, les Nuggets ont franchi un cap supplémentaire en Playoffs en se qualifiant pour les Finales de Conférence sous l’impulsion de Nikola Jokic et Jamal Murray. Un superbe parcours donc, qui laisse présager un bel avenir pour la franchise du Colorado. Mais après une intersaison pas tip top, on se demande si les hommes de Mike Malone ont vraiment ce qu’il faut pour confirmer voire faire mieux. 

Pour prendre l’Apéro en causant de la saison des Nuggets, c’est par ici !

La saison 2019-20

La saison 2019-20 des Nuggets sera pour toujours marquée par les remontadas face au Jazz et surtout aux Clippers dans la bulle. Pour la première fois de l’histoire de la NBA, une équipe a remporté deux séries après avoir été menée 3-1 dans la même campagne de Playoffs. Et pour la première fois depuis 2009, Denver a réussi à atteindre les Finales de Conférence Ouest. Le genre d’exploit qui montre la solidité et la force mentale d’un groupe qui ne lâche jamais rien, un groupe porté par le duo Nikola Jokic – Jamal Murray, ce dernier changeant complètement de dimension à Disney aux côtés d’un Joker exceptionnel. Les Nuggets sont finalement tombés face aux futurs champions, les Lakers, mais peu de gens les sentaient capables d’aller aussi loin, la bataille de Los Angeles étant dans toutes les têtes avant que Denver n’en décide autrement. La bulle a aussi été marquée par la hype Bol Bol mais surtout l’ascension de Michael Porter Jr., qui a d’abord profité des absences de plusieurs éléments (Gary Harris, Will Barton) pour montrer toute l’étendue de son talent, avant d’apporter sa contribution en Playoffs dans un rôle plus limité en sortie de banc, Gary Harris faisant notamment son retour pour aider une défense initialement à la rue. Un parcours qui restera donc dans les mémoires et qu’il fallait confirmer avec une bonne intersaison.

Les mouvements de l’intersaison

  • Ils sont arrivés : JaMychal Green, Facundo Campazzo, Isaiah Hartenstein, Zeke Nnaji (Draft), R.J. Hampton (transfert Draft), Greg Whittington (two-way), Markus Howard (two-way)
  • Ils sont partis : Jerami Grant, Mason Plumlee, Torrey Craig, Noah Vonleh, Troy Daniels, Keita Bates-Diop
  • Ils ont re-signé : Paul Millsap, Monte Morris, Michael Porter Jr. (team option), Bol Bol (two-way converti en contrat standard)

Le roster

  • Meneurs : Jamal Murray, Monte Morris, Facundo Campazzo, R.J. Hampton, Markus Howard (two-way)
  • Arrières : Gary Harris, Will Barton, P.J. Dozier
  • Ailiers : Michael Porter Jr., Vlatko Cancar
  • Ailiers-forts : Paul Millsap, JaMychal Green, Zeke Nnaji, Greg Whittington (two-way)
  • Pivots : Nikola Jokic, Bol Bol, Isaiah Hartenstein

En gras, les possibles titulaires à chaque poste.

La Free Agency

Intersaison plutôt mitigée du côté de Denver, en grande partie à cause du départ de Jerami Grant à la Free Agency. Auteur d’une belle campagne lors de sa seule saison à Denver, et vraiment important en Playoffs notamment sur le plan défensif, Grant a décidé de faire ses valises pour rejoindre Detroit (trois ans, 60 millions de dollars), tout comme le pivot remplaçant Mason Plumlee. Les Nuggets ont répondu avec la signature de JaMychal Green et la prolongation de contrat de Paul Millsap, mais la perte de Grant ne fait vraiment pas du bien. On note également le départ d’un autre solide défenseur en la personne de Torrey Craig, que les Nuggets ont laissé partir par manque de place, et l’arrivée de l’Argentin Facundo Campazzo en provenance de Madrid. Enfin, bonne nouvelle pour finir, le solide meneur remplaçant Monte Morris a été prolongé pour trois ans et 27 millions, la second unit peut dormir tranquille.

La Draft

Les Nuggets ne possédaient qu’un seul choix de Draft, mais ont finalement pêché deux prospects. Le premier, c’est l’intérieur formé à Arizona Zeke Nnaji, sélectionné avec leur 22e choix, qui va tenter de se faire une place dans la rotation du frontcourt et qui sera notamment en concurrence avec Isaiah Hartenstein et Bol Bol. Le second, c’est le meneur passé par la Nouvelle-Zélande R.J. Hampton, arrivé dans le cadre du transfert à quatre équipes incluant Jrue Holiday. Prospect cinq étoiles à sa sortie du lycée, il est tombé à la 24e place après une expérience mitigée à l’étranger. Si le talent est là et qu’il peut potentiellement jouer sur le poste 1 et 2, R.J. ne devrait pas fouler beaucoup le terrain quand on voit les mecs qui sont devant lui dans la rotation. Et puis comme on l’a vu avec Michael Porter Jr. l’an passé, Mike Malone ne donne pas facilement des minutes aux jeunots, ce qui est compréhensible vu les ambitions et les joueurs qui composent l’équipe de Denver actuellement.

Le point sur l’infirmerie, par le Docteur Q

Quand on s’intéresse à l’infirmerie de Denver la saison dernière, quatre noms ressortent : Will Barton, Gary Harris, Jamal Murray et Paul Millsap. Will Barton tout d’abord, qui a connu une saison difficile principalement à cause de son genou droit. Il avait déjà été limité pendant le training camp à cause d’une tension aux ischio-jambiers et a ensuite manqué deux matchs pour une infection à l’orteil au pied droit. Derrière, il a raté quatre matchs en février pour des douleurs au genou droit avant de quitter la bulle dès le mois d’août – en ayant joué qu’un seul scrimmage – pour prendre soin de celui-ci, toujours douloureux. Au final, Willou est enfin de retour, en espérant que ce ne soit pas son genou qui joue un mauvais tour. Gary Harris a pour sa part fait des allers-retours à l’infirmerie pour plusieurs alertes. Il a manqué deux rencontres pour une contusion au tibia gauche en décembre, puis a raté cinq matchs pour une tension à l’adducteur droit, et enfin treize en août pour une tension musculaire à la hanche droite, deux blessures qui l’avaient déjà gêné la saison précédente. Jamal Murray ? Deux séjours à l’infirmerie la saison dernière mais des retours encourageants à chaque fois, pas d’inquiétude. Dix matchs pour une entorse à la cheville gauche en janvier et quatre matchs pour une tension aux ischios en août, next. Paul Millsap pour finir, a manqué 20 matchs pour des problèmes à la jambe gauche : deux pour une contusion au quadriceps et 18 au total pour une contusion au genou. Il ne sera plus gêné de la saison mais Millsap va bientôt souffler sa 36e bougie et devra prendre soin de son corps pour la fin de sa carrière.

Salary recap

Source : Spotrac

Peut-on considérer les Nuggets comme un vrai candidat au titre ?

Les Nuggets sortent d’une Finale de Conférence Ouest, ils possèdent un duo destiné à faire du sale pendant de longues années, et une belle structure collective. Mais dans le même temps, on parle aussi d’une franchise qui est passée à deux doigts de sortir au premier tour des Playoffs, idem en demi-finale de conf’. Vous ajoutez à ça le contexte exceptionnel de la bulle, et on peut légitimement se demander si le très beau parcours des Nuggets chez Mickey n’était pas lié avant tout à la magie de Disney, sans retirer quoi que ce soit à ce dernier. Dans un Wild Wild West toujours plus wild, rien n’est jamais acquis et les Nuggets devront montrer le même état d’esprit qu’à Orlando et globalement plus de régularité par rapport à la saison passée. Nikola Jokic n’aura pas le droit de revenir avec des grosses joues cette fois-ci, Jamal Murray devra confirmer son explosion dans la bubulle pour assumer son nouveau contrat, et on attend de Michael Porter Jr. qu’il passe un step pour s’imposer comme un élément majeur de Denver sur l’ensemble de la campagne à venir. MPJ l’a dit lui-même, il est prêt à prendre le costume de troisième star et il a clairement le talent pour le faire. Ayant de bonnes chances de commencer titulaire à l’aile, Porter Jr. fait déjà partie des favoris pour le titre de Most Improved Player. Maintenant, on parle d’un joueur de 22 piges qui n’a qu’une saison NBA derrière lui, ne l’oublions pas. Mais les Nuggets comptent sur ses qualités, bien qu’il apporte complètement autre chose que les joueurs qui viennent de quitter Denver. Si Porter aura plus d’opportunités pour montrer son grand talent offensif, les Pépites ont perdu en défense et au niveau de l’impact physique. Certes, l’acquisition de JaMychal Green – intérieur pouvant apporter du spacing et solide dans sa propre moitié de terrain – est intéressante, sauf qu’on ne peut pas vraiment dire que la franchise du Colorado se soit renforcée à l’automne, et puis il faudra aussi que Will Barton retrouve son rythme (il vient de refouler les parquets après son absence dans la bulle, pas de vrai match depuis mars), car les Nuggets auront besoin de son côté two-way player. Du coup, sont-ils vraiment armés pour atteindre à nouveau le Final Four et éventuellement faire mieux ? Si Jamal Murray est le nouveau Stephen Curry, si Nikola Jokic joue à un niveau de MVP, si MPJ progresse tellement que ça forme un Big Three et que Bol Bol refait tourner des têtes, la réponse est clairement oui. Mais là, c’est vraiment le meilleur des scénarios, celui dont rêvent les fans de Denver.

Le pronostic du rédacteur

45 victoires pour 27 défaites. Avec leur duo de choc et leur collectif solide, les Nuggets devraient traverser la saison régulière en accumulant pas mal de victoires, terminant ainsi avec un bilan quasiment similaire à celui de l’an passé. Reste à voir si le parcours en Playoffs sera lui aussi similaire…

Dans une Conférence Ouest plus que jamais blindée, les Nuggets auront à cœur de montrer que leur parcours dans la bulle n’était pas lié à un concours de circonstances, mais qu’il est au contraire annonciateur de grandes choses à venir. Pour cela, il faudra faire au moins aussi bien en 2021. À eux de jouer.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top