One-on-One

Salut DeMar DeRozan, comment ça va ? Une année de plus aux Spurs, mais quelque chose nous dit que c’est la dernière

DeMar DeRozan 11 janvier 2020

Et encore, y’a des chances que ça n’aille pas au bout.

Source image : YouTube

Étrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers 2021. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Aujourd’hui, on s’intéresse à DeMar DeRozan, toujours aux Spurs mais probablement plus pour très longtemps. 

Deux ans et demi après son arrivée à San Antonio dans le cadre du transfert de Kawhi Leonard, DeMar DeRozan avait la possibilité de devenir agent libre durant l’intersaison 2020. Finalement, il a choisi les 27,7 millions de dollars qu’offrait sa player option pour prolonger dans le Texas. Tout ça pour mieux se faire transférer ?

Parce que oui, il faut s’attendre à voir le nom de DeMar DeRozan dans les rumeurs. C’était déjà le cas juste avant l’ouverture du marché des transferts mi-novembre quand son blaze était associé à celui des Lakers, et ça pourrait revenir de plus belle, notamment à l’approche de la trade deadline. Sans grande surprise, DeMar a pris les billets verts qui étaient sur la table grâce à sa player option, même si certains bruits de couloir laissaient entendre qu’il n’était pas très heureux du côté de San Antonio. L’arrière de 31 ans ne voulait tout simplement pas laisser passer 27,7 millions de dollars, et est donc officiellement sous contrat pour une saison supplémentaire avec les Spurs. Reste à voir si cette entente durera jusqu’au bout, avec un DeMar qui tourne en 22-6-6 dans une franchise qui semble aujourd’hui un cran en dessous des équipes calibre Playoffs à l’Ouest (malgré une bulle vraiment intéressante, où DMDR a joué ailier-fort avec plein de gamins à côté), ou s’il fera ses valises avant à travers un transfert. Car il a clairement le profil pour se faire échanger. Dernière année de contrat, une équipe des Spurs qui reconstruit avec notamment des jeunots sur les postes extérieurs, un vétéran encore productif qui peut tout de suite aider, on se dit qu’il y a moyen de voir DeRozan sous un autre maillot dans un futur pas très lointain. Si la franchise de San Antonio peut récupérer une contrepartie intéressante dans un transfert de DMDR, elle ne va pas s’en priver sachant qu’il y a de bonnes chances qu’il fasse ses valises en 2021 au plus tard. Son avenir ne s’écrit pas dans le Texas et les Éperons veulent sans doute aussi passer à autre chose, LaMarcus Adridge étant lui aussi en dernière année de contrat. Du coup, on peut déjà commencer à imaginer la suite. Et si on assistait à un retour à Toronto ? Après tout, DeMar est allé voir le boss des Raptors Masai Ujiri dans la bulle pour faire un gros câlin, la preuve que de l’eau a coulé sous les ponts depuis le transfert de l’été 2018. Ça serait clairement une belle histoire. Quid des Pistons, où se trouve son ancien coach Dwane Casey ? Les Lakers, sa franchise de cœur ?

Peu importe où il jouera dans les années à venir, DeMar DeRozan n’oublie pas d’où il vient. Né à Compton, dans le sud de Los Angeles, DMDR a porté pendant un an les couleurs de l’université d’USC, où il a fait monter sa cote avant de se présenter à la Draft 2009. Le numéro 10 qu’il portait chez les Trojans est aujourd’hui retiré, et DeMar a tenu à donner un gros coup de pouce à son ancienne école. Tout récemment, il a sorti le chéquier pour permettre une rénovation XXL de la salle de muscu du Galen Center. Si le montant du don n’a pas été dévoilé, aucun joueur NBA formé à USC n’avait lâché autant de dollars avant DeRozan. Un très beau geste, qui va permettre aux Trojans de travailler dans de bonnes conditions. Pas d’excuse pour sécher les séances de muscu.

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 60%
  • Jauge de hype actuelle : 65%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 40%
  • Celui qu’il aimerait devenir : Kobe Bryant
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Nick Young

DeMar DeRozan est toujours un joueur solide en NBA. Un joueur solide qui joue comme au début des années 2000, parce que le jeu mi-distance c’est la vie. Maintenant, avec des Spurs qui cherchent à se reconstruire, on s’attend à ce qu’il déménage bientôt, histoire d’entamer un nouveau chapitre de sa carrière.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top