Dossiers NBA

Les meilleures anecdotes de la bulle NBA : amour, alcool et hot-dogs au pays de Mickey, c’était une vraie téléréalité en fait

mickey bourré

Rare image de Mickey après avoir vidé la cave de C.J. McCollum.

source image : kissottawa.com

À la mi-octobre se terminait l’un des épisodes les plus uniques de l’histoire de la NBA, un séjour de plusieurs semaines chez Mickey pour finir la saison 2019-20 en temps de pandémie. Et des anecdotes folles sur les coulisses de cette période bien spéciale à Disney, il y en a à la pelle. Du coup, un mois pile avant Noël, on se fait un petit cadeau en découvrant les meilleures pépites de la bulle NBA 2020. Mouillez-vous la nuque, c’est du lourd !

Cette année 2020 a offert son lot de surprises. On se souviendra sans problème de cette saison NBA très particulière qui s’est terminée dans une bulle à Orlando de juillet à octobre, et avec la victoire des Lakers. Nul doute que les joueurs et journalistes garderont à jamais dans leur tête cette expérience unique, où ils étaient enfermés jour et nuit pendant plusieurs semaines dans le monde magique de Disney World. Au-delà du terrain, on ne saura jamais tout ce qu’il s’est passé dans cette bubulle. Forcément, on aurait aimé se transformer en une petite souris capable de se faufiler au beau milieu de tous nos joueurs préférés et de découvrir des anecdotes plus folles les unes que les autres : on se rappelle par exemple de cette fois où Russell Westbrook a laissé un joli pourboire de 8 000 dollars au personnel d’entretien de l’hôtel, laissant en plus sa chambre dans un état nickel. Eh bien sachez que la journaliste de Bleacher Report Taylor Rooks a réalisé notre rêve : pendant cette période définitivement pas comme les autres, elle a pu observer le quotidien des stars de la Grande Ligue et nous raconte dans un excellent papier – publié sur GQ et nommé « Inside the Great NBA Bubble Experiment » – les meilleures histoires de la bulle NBA d’Orlando. Du coup, on a tenu à vous faire un petit récap histoire d’égayer votre journée. C’est pour nous c’est cadeau.

 1) George Hill a un rituel bien à lui avant chaque rencontre 

Taylor Rooks nous raconte que le meneur George Hill lui expliquait qu’il avait raté l’hymne national avant un match contre le Magic parce qu’il était occupé à « lâcher une merde ». Et apparemment, il n’était pas à son coup d’essai puisqu’il raconte qu’à chaque avant-match, quand il reste six minutes au chronomètre, il réalise un seul lay-up puis sprinte vers les toilettes pour faire son affaire. On a enfin trouvé le maître à penser de la #TeamTrône.

2) La colonie de vacances du Heat

Le groupe du Heat semblait bien vivre dans la bulle, et on espère qu’Erik Spoelstra avait son BAFA avant d’arriver à Disney. Après les matchs et les entraînements, les joueurs NBA couraient vers le bus afin de rentrer le plus vite possible à leur hôtel, et le fameux pote relou qui ratait toujours le bus parce qu’il était en retard s’appelait… Bam Adebayo, qui devait ainsi attendre le suivant. Une fois de retour à l’hôtel, c’était passage au bar ou jeux de cartes. Et d’après la journaliste, la star de Miami Jimmy Butler était à fond dans la partie. Elle raconte qu’elle l’entendait souvent crier dans l’hôtel. Même au Kems, JB est un vrai leader de vestiaire.

3) C.J. McCollum, le dealer de vin

S’il n’avait pas été basketteur, l’arrière des Blazers C.J. McCollum aurait sûrement été caviste. Après avoir empilé sa chambre d’hôtel avec des caisses de son propre pinot noir, le McCollum Heritage 91, tout en maintenant la pièce à une température adéquate, il a offert des tas de bouteilles aux joueurs. Et le vin de C.J. est devenu LA BOUTEILLE à avoir absolument dans la bulle. Beaucoup d’amateurs, comme Kawhi Leonard ou Anthony Davis, mais surtout son pote de Portland Damian Lillard. Le coéquipier de C.J. aurait carrément révélé que cet élixir était le secret derrière ses gros cartons offensifs de la bulle. On peut en avoir où ?

4) Les deux passions des Rockets : les 3-points et les hot-dogs

Quand ils n’étaient pas sur le terrain en train d’envoyer des parpaings de 11 mètres, les joueurs des Rockets se rassemblaient régulièrement à la piscine de l’hôtel pour manger et boire un coup. Apparemment, James Harden passait son temps à s’extasier sur la qualité des hot-dogs, tout comme son coéquipier Austin Rivers qui déclarait : « Cette merde a presque changé ma vie ». Mieux que le débat Nets ou Sixers, vous pensez qu’Harden est plus ketchup ou moutarde ? 

5) « Russell Westbrook et Damian Lillard » is the new « Xavier Vaution et Jacques Monclar »

Un soir, à la piscine, des joueurs des Rockets et des Trail Blazers regardaient un match de Playoffs entre les Clippers et les Mavericks sur leurs iPads respectifs. Mais on connaît les sites de streaming bien foireux, parfois y’a du retard et on se fait spoil. Dans notre cas, les gars de Portland hurlaient avant même que les joueurs des Rockets ne comprennent pourquoi. Du coup, comme le raconte Austin Rivers : « Nous avons éteint notre iPad et sommes allés là où ils se trouvaient. On regardait le match ensemble et les gars étaient en plein dedans. Il n’y avait pas de Dame contre Russ ou quoi. C’était cool ». À deux doigts de lancer un gros live YouTube « Russell Westbrook et Damian Lillard commentent les Playoffs en direct », on n’aurait pas dit non. 

6) Pour Gregg Popovich, une bague c’est bien, mais ne pas oublier les fon-da-men-taux. 

Décidément, Gregg Popovich est toujours là pour charrier. Demandez donc à l’ancien joueur des Spurs Danny Green, qui a remporté son troisième titre NBA avec les Lakers. Si l’on en croit ses mots, Pop lui a envoyé un texto pour le féliciter, en ajoutant : « Dis à LeBron et AD que je les félicite également, mais dis-leur de jouer un peu plus en défense ». Classic Popovich. Une bague obtenue en prenant plus de 100 points par match est une bague en toc. Gregg, c’est le genre de daron qui te félicite pour ton 19/20 mais qui est déçu que tu aies oublié ce foutu accent sur le « e ».

7) Un gros câlin et tout est oublié (non)

« Je suis assis et je vois cette personne qui marche droit vers moi avec un survêtement bleu. » C’est le boss des Raptors Masai Ujiri qui parle, en faisant référence à ce moment où lui et un certain DeMar DeRozan ont échangé au cours d’un match opposant Toronto aux Lakers. Pour rappel, DeMar avait passé neuf saisons avec les Dinos avant d’être transféré aux Spurs pour Kawhi Leonard, un trade qui était mal passé pour DeRozan. « Il s’approche de moi, et me fait un très gros câlin. C’était vraiment la première fois que nous avions ce genre de contact depuis le trade » a ajouté Masai. Mignon. Enfin un peu d’amour dans ce monde de brutes. (On ne relèvera pas le survêtement bleu).

8) Kemba Walker qui découvre qu’en fait Tatum est un mec cool 

« Yo, avant de te rencontrer, je pensais que tu étais juste… genre, la quintessence d’un mec à la peau claire avec de beaux cheveux qui est allé à Duke. Mais en fait, tu n’es qu’un paysan de Saint-Louis ! » Voici les mots que Kemba Walker a balancé à Jayson Tatum, probablement lors d’une soirée action/vérité chez les Celtics et avec un peu d’alcool dans le sang. Selon Tatum, cette révélation a rapproché encore plus les deux coéquipiers. Mais ça ressemble quand même bien aux discussions philosophiques de fin de soirée après avoir forcé sur la bouteille. 

9) Masai Ujiri, ou ton voisin qui fait un trou dans le mur à 7h du matin un dimanche

Le boss des Raptors Masai Ujiri avait son petit rituel du matin : tous les jours à 5h, il se réveillait, lisait son livre puis faisait sa séance de sport quotidienne avant le petit déj. Top pour bien commencer la journée, moins top pour ceux vivant pas loin, car les workouts ça peut faire un peu de bruit. Et un jour, son voisin du dessous, qui n’était autre que… Kawhi Leonard, lui a envoyé un texto en lui disant, « Bonjour patron, tout va bien là-haut ? ». Après plusieurs semaines sans rien dire, Kawhi a finalement craqué. « Je vais appeler la NBA pour te dégager de la bulle. » Screenez bien cette phrase, c’est une blague de Kawhi Leonard, ça vaut de l’or.

10) Le premier verre d’alcool de Ja Morant – oui oui, on y croit. 

On n’a pas forcément les mêmes premières expériences avec l’alcool. Ja Morant a eu 21 ans dans la bulle et ses coéquipiers et entraîneurs ont organisé une fête surprise pour son anniversaire. Qui dit 21 ans aux USA dit possibilité de boire de l’alcool légalement. Du coup, Ja Morant s’est vu offrir une bouteille de… tequila. La bise aux copains qui se rappellent de leurs premières expériences Manzana et autres Malibu, Ja n’a pas les mêmes valeurs.

De l’alcool, des bons moments entre les joueurs, de l’alcool, de la complicité entre le head management des franchises et les stars de la Ligue, et surtout de l’alcool, voilà comment on peut résumer les coulisses de cette fin de saison NBA version bulle d’Orlando. Et y’a pas à dire, avec toutes ces petites histoires, on aurait kiffé une jolie téléréalité sur la bulle. 

Source texte : GQ

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top