One-on-One

Salut Bradley Beal, comment ça va ? Et ce meilleur backcourt de la Ligue, c’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Bradley Beal tournait quand même à plus de 30 points de moyenne la saison passée, et mine de rien ils ne sont pas tant que ça à y être parvenus un jour.

Source image : YouTube

Etrange pause automno-hivernale oblige, TrashTalk se penche cette année sur… 74 profils individuels. Pourquoi 74 ? Oh, rien à voir avec la Haute-Savoie hein, malgré l’adoration de certains pour la Sainte-Raclette, mais plutôt car ces analyses nous emmèneront tranquillement vers la reprise. Car oui, on vous le confirme, cette sordide année 2020 touchera bientôt à sa fin, il était temps. Focus aujourd’hui sur Bradley Beal qui a intégré le groupe des trentenaires avant l’heure avec ses… 30,5 points de moyenne à 27 ans.

A l’origine de nombreux fantasmes chez les GM des autres franchises et particulièrement de Miami l’été dernier, Bradley Beal avait calmé tout le monde en signant une prolongation pour rester fidèle à Washington. Seul dans le cockpit en attendant le retour de John Wall, Billou s’est déchaîné mais il fallait croire que la Maison Blanche n’avait pas trop la cote cette année.

Dans une équipe qui gagne, le double B aurait quasiment été dans les discussions pour le titre de MVP. On exagère même pas puisqu’on parle bien du second meilleur scoreur de la Ligue capable de cumuler 108 points en deux matchs ou d’enchaîner deux sorties d’affilée à 44 pions pour les fans de 4 à la suite. C’est simple, quand il est vénère et qu’il se fâche tout rouge comme le maillot des Wizards, personne ne peut l’arrêter. Le problème, c’est que personne dans l’effectif de la capitale ne serait capable d’arrêter la cinquième option offensive de South-Kentucky-sur-Eure et sur les 10 pointes de Bradley Beal à 40 points et plus cette saison, une seule s’est soldée par une victoire. Dans ces conditions, difficile d’être pris au sérieux par la concurrence et par les votants pour le All-Star Game par exemple. C’est ainsi qu’au mois de février, les coachs n’ont pas décidé de sélectionner l’arrière pour les remplaçants du match des étoiles qui se déroulait à Chicago. Une vraie injustice aux yeux du double-All-Star qui voit donc sa série se stopper avant de réaliser le coup du chapeau.

Pourtant, l’ancien third pick de Draft reste fidèle à Washington malgré des appels de phare à en éblouir Ray Charles de la part du Heat. Une petite leçon de tampering de la part de Bam Adebayo qui a de quoi laisser les fans de South Beach rêveurs en imaginant ce qu’aurait pu donner la saison des récents finalistes avec une star de plus comme celle-ci dans l’effectif. Mais heureusement pour Tyler Herro et Duncan Robinson, tout ça n’est qu’une douce hallucination bonne pour les joueurs de NBA 2K car Billou a résisté toute la saison en imaginant la réunification de son backcourt idéal avec John Wall. Absent depuis un an et demi, le dragster a provoqué a sacré coup d’arrêt pour les Wizards que même le nouveau président n’a pas réussi à empêcher. Le roster est jeune et prometteur mais autour de Bradley Beal personne ne peut actuellement prendre le relai sur le terrain et tous les espoirs des fans étaient donc déjà placés sur la saison 2020-21 où le duo d’arrières, entouré par Rui Hachimura, Davis Bertans, Thomas Bryant et Deni Avdija, pourra jouer plus que des places d’honneur hors du Top 8 de la Conférence Est.

Mais ça, c’était avant que Jean Mur n’agite les médias avec une annonce plus déstabilisante qu’un crossover du meneur. Alors que Bradley Beal n’a cessé de répéter son attachement à D.C. et sa volonté de faire de la franchise une place forte de la NBA, tout est soudainement remis en question par un tweet de Shams Charania de The Athletic. Comment ça, Johnny veut se barrer de la Maison Blanche ? On imagine que le sang de BB n’a fait qu’un tour suite à cette nouvelle, lui qui a décliné des propositions  et qui a refusé d’aller au bras de fer avec son équipe pour passer son prime avec son acolyte de toujours, son confident, à Washington. Depuis, la tempête s’est un peu calmée et Tommy Sheppard s’est empressé de rassurer tout le monde en écartant la thèse d’un trade tout en épongeant son front perlé de sueur. Mais personne n’a oublier cet épisode chaotique et les deux stars des Sorciers vont devoir poser les choses à plat avant de se lancer ensemble dans le plus gros défi de leur carrière dans trois semaines. Enfin en bonne santé tous les deux en même temps et dans la fleur de l’âge, ils ont une fenêtre de deux à trois ans (ils ont tous les deux une player option sur la saison 2022-23) pour faire mieux qu’un deuxième tour de Playoffs. Sinon, on en connait un qui pourrait nourrir de sacrés regrets…

  • Jauge de hype à son arrivée dans la Ligue : 70%
  • Jauge de hype actuelle : 70%
  • Jauge entrée au Hall of Fame : 5%
  • Celui qu’il aimerait devenir : un membre du meilleur backcourt de la Ligue
  • Celui qu’il espère ne pas devenir : Javaris Crittenton

On oublie tout ce qui a été dit et tout ce qui a été fait pour se concentrer sur l’avenir. Avec une jolie brochette de jeunes talents pour les aider à se hisser le plus haut possible en saison régulière et si John Wall retrouve sa forme de 2017 pendant que Bradley Beal continue sur sa lancée, non seulement il faudra laisser deux spots aux Wizards au All-Star Game mais la concurrence peut commencer à s’inquiéter. Sinon, ce sera l’autodestruction.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top