Wizards

Bradley Beal est hallucinant mais enchaine les défaites : 108 points en deux matchs pour BB, plein d’amour pour toi bébé

Les Wizards poursuivent leur saison étrange, faite de matchs plaisants tout autant que de défaites, et au cœur de ce beau bordel un homme essaie de sortir la tête de l’eau. Cet homme c’est Bradley Beal, et s’il surnage depuis octobre… c’est son corps tout entier qui est hors de l’eau depuis deux jours. 53 points hier, 55 cette nuit mais deux défaites, merveilleuse définition de la saison 2019-20 de l’un des meilleurs joueurs de la Ligue.

On l’avait vu hier hein, ce filou. Puis on avait décidé de ne pas en parler plus que ça, tout d’abord parce que c’était l’heure de la redif de Plus Belle la Vie, mais surtout parce que ce n’était qu’un record en carrière égalé, et de surcroit dans une défaite face aux terribles Bulls. Faut pas déconner non plus. Puis cette nuit le gonze a récidivé, et c’était autrement plus beau. Autrement plus beau car cette fois-ci le record a été battu, autrement plus beau car il a été battu dans une « belle » défaite, face à la meilleure équipe de la Ligue, et dans le finish d’un scénario badass qui nous aura tenu en haleine plus de trois heures. Allez hop, point stats, et on en parle juste en dessous :

Bradley Beal stats 25 février 2020

un e Coby White, cette nuit c’est à un mano a mano délicieux auquel on a assisté entre Beal et Khris Liddleton notamment, terminé en patron par le deuxième cité mais qui aurait tout aussi bien pu tourner du côté Bradley tant le festival fut chouette. Il y a donc ces 108 points en deux matchs, puis il y a la symbolique, car ce back-to-back monstrueux est également, on l’a appris cette nuit, le premier du genre depuis 2007, depuis un certain… Kobe Bryant. 60 et 50 en son temps, face aux Grizzlies et à New Orleans, et donc un Bradley Beal tout heureux quand on lui apprit la nouvelle en fin de match, occasion rêvée de rendre hommage à son tour à un homme honoré en grande pompe hier soir au Staples Center.

C’est incroyable, je ne le savais pas… C’est ce qu’il était, c’était le genre de choses qui le motivaient. La cérémonie de ce soir n’a fait que me motiver encore plus, et les larmes elles sont toujours là.

Un clin d’œil involontaire à un autre arrière boulimique, et donc une performance rarissime validée par le boss de Washington. Du genre de celles qui inspirent le respect, du genre de celles également qui nous fait nous demander si ce mec ne mériterait pas un meilleur sort que celui qu’il vit actuellement dans la capitale. Congrats quoiqu’il arrive, parce que cette saison, on sait clairement pourquoi on regarde les Wizards jouer, et sans manquer de respect à Ish Smith… on s’est compris.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top