Jazz

Les meilleurs arrières de la saison NBA 2019-20 – Numéro 4 : Donovan Mitchell mûrit tranquillement, on attend l’étape suivante

donovan mitchell magic

Pas d’explosion statistique pour Donovan Mitchell cette saison mais le gamin progresse, comme sa franchise.

Source image : NBA League Pass

La rédaction de TrashTalk a parlé, et si la majorité des places de notre classement à l’arrière s’est décidé à l’issue de grosses bagarres, la quatrième a très vite pris la direction du salon de Donovan Mitchell. Un cran en dessous des tous meilleurs mais trop fort pour qu’on l’oublie, le parallèle est tout trouvé avec sa franchise.

Le coup d’œil dans le rétro

La saison sophomore de Donovan Mitchell fut en tous points réussis. De sacrés montagnes russes mais globalement un exercice rempli de coups de chaud et lors duquel lui et son équipe progressent, que demande le peuple à part un vaccin. Spida a même enchainé sa deuxième saison NBA avec une Coupe du Monde beaucoup plus réussie individuellement que collectivement et pouvait donc plonger vers son Chapitre 3 plein de certitudes. L’arrivée de Mike Conley était d’ailleurs censé lui enlever le poids de certains responsabilités à la mène et on s’attendait donc à retrouver un Dono en mode sniper exclusif pour faire grimper une marche de plus à un Jazz plus que jamais outsider à l’Ouest. 20 points par match en saison 1, 24 en saison 2, objectif explosion.

Sa saison 2019-20

L’exercice 2019-20 aura finalement été… différent de ce à quoi on s’attendait. Offensivement déjà, l’arrière du Jazz n’a pas spécialement upgradé sa production mais il a au moins gagné en constance. Preuve de sa présence officielle dans le gratin des arrières, le n°13 de la Draft 2017 a disputé cette année son tout premier All-Star Game, mérité, et si ses stats en attaque ont stagné (24,2 points pour 23,8 la saison précédente)… tous les pourcentages du garçon ont évolué de manière positive, preuve aussi que de l’eau a été mise dans le vin. On attend encore les vrais vertus de son association avec Mike Conley, plutôt de la faute de Mike d’ailleurs, mais dans l’Utah cette saison c’est une progression linéaire qui a été observée, loin des spotlights californiens ou autres lampadaires new-yorkais. Donovan est un joueur frisson mais colle finalement très bien avec l’état d’esprit maison, step by step, et le niveau de régularité atteint cette saison en fait automatiquement l’une des probables restas de la ligue pour les dix prochaines années.

Ses stats

24,2 points à 45,3% au tir dont 36,4% du parking et 85,9% aux lancers, 4,4 rebonds, 4,2 passes et 1 steal en 34,4 minutes

Ses plus gros cartons

  • 24 octobre vs Thunder : 32 points à 14/22 au tir dont 1/3 du parking et 3/4 aux lancers, 12 rebonds, 3 passes et 1 steal
  • 4 novembre @ Clippers : 36 points à 9/18 au tir dont 3/6 du parking et 4/4 aux lancers, 4 rebonds, 6 passes et 2 steals
  • 24 novembre vs Pels : 37 points à 12/26 au tir dont 6/13 du parking et 7/7 aux lancers, 7 rebonds et 5 passes
  • 27 décembre vs Blazers : 35 points à 12/19 au tir dont 3/6 du parking et 8/11 aux lancers, 3 rebonds et 7 passes
  • 17 janvier @ Pels : 46 points à 16/34 au tir dont 7/15 du parking et 7/7 aux lancers, 6 rebonds, 2 passes et 2 steals
  • 28 janvier vs Rockets : 36 points à 14/25 au tir dont 3/10 du parking et 5/6 aux lancers, 3 rebonds, 4 passes et 3 steals
  • 25 février vs Suns : 38 points à 11/19 au tir dont 6/9 du parking et 10/12 aux lancers, 4 rebonds, 4 passes et 1 steal
  • 27 février vs Celtics : 37 points à 15/32 au tir et 5/7 aux lancers, 5 rebonds et 5 passes

La suite

C’est l’heure des choix pour Donovan Mitchell mais aussi… pour le Jazz. Toujours pas de prolongation de contrat signé pour le gamin, qui arrivera donc en fin de saison prochaine avec une qualifying offer à un peu plus de sept millions, soit à peu près le prix que vaut un des doigts de sa mauvaise main. L’heure des choix donc, et on a vu récemment suite à l’arrêt de la saison en cours que Spida n’avait pas spécialement prévu d’emménager avec Rudy Gobert, autre poutre du roster dans l’Utah. Aujourd’hui il parait difficile d’envisager un futur commun, sportivement et psychologiquement, mais tout va trop vite comme le dit si bien Redouane Harjane et la saison prochaine aura du coup des allures de test grandeur nature concernant le potentiel sportif et humain du groupe de Quin Snyder. Y’a pas à chier Donovan Mitchell est un exceptionnel joueur de panier-ballon, mais parfois l’organisation prime sur les joueurs, n’est-ce pas Jerry Krause.

Le Top 6 de la rédac

  1. Donovan Mitchell
  2. Jaylen Brown
  3. Devin Booker
Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top