Equipes

Top 30 des franchises de la décennie : les Milwaukee Bucks, quand un demi-dieu grec rejoint ta franchise, c’est tout de suite plus facile (#17)

Giannis Antetokounmpo

L’image est belle, paraîtrait même qu’il touche le plafond sur la pointe des pieds.

Source image : NBA League Pass

Il est l’heure. L’heure de fermer la page sur les années 2010, et donc de fermer la page sur dix ans de NBA et de souvenirs plus ou moins ancrés, plus ou moins légendaires. Il y a ceux dont on se rappellera encore dans cinquante ans et ceux qui disparaîtront au rythme des exploits de notre génération contemporaine, mais aujourd’hui et avec un regard tout neuf sur ces dix dernières années, nous nous sommes donc amusés à… trancher dans le vif. Place aujourd’hui à un peu de mythologie, et cette fois-ci le mythe devient réalité.

Classer les trente franchises de la Ligue, de 1 à 30 cela va sans dire, en prenant en compte aussi bien les victoires en saison régulière que les trophées individuels, le palmarès des printemps ou les stars passées en ville. Exercice difficile, ô combien discuté et évidemment toujours discutable, mais qui aura au moins le mérite d’être posé. Exercice subjectif également, qui prend en compte des chiffres mais aussi des ressentis, et que l’on vous demandera donc de respecter ou de débattre, seulement et seulement si vous faîtes l’effort, comme nous, de vous creuser un peu les méninges et de jeter un coup d’œil derrière votre épaule, sur ces dix années de NBA qui nous contemplent.

  • Saisons prises en compte : de 2009/10 à 2018/19
  • Critères étudiés : les victoires en saison régulière, le palmarès en Playoffs, le nombre de All-Stars et les trophées individuels
  • Objectivité : celle de fans NBA

C’est l’histoire d’une petite franchise dans le Wisconsin, perdue dans les places inutiles de sa conférence. Mais cette décennie sera celle du changement à Milwaukee. Nouveaux propriétaires, nouvelle salle, nouveau logo, on repart sur des bases propres et on change de dimension. Les Bucks tentent des choses, pour finalement tomber en 2013 sur un quinzième choix de Draft qui changera sûrement l’histoire de la franchise dans les années à venir et à tout jamais…

Le bilan en régulière : 385 victoires – 419 défaites

Finir dernier de la Ligue en 2014… pour en avoir le meilleur bilan cinq ans plus tard. Bonjour le projet rondement mené. Milwaukee est tout simplement passé du pire bilan de son histoire à son plus gros nombre de wins en saison régulière en l’espace de cinq ans. Malgré de bonnes premières années début 2010’s, les Bucks ont donc très vite sombré pour finalement atteindre les sommets de la NBA sous les ailes immenses de Giannis Antetokounmpo. Et vu le gabarit du garçon, ce n’est presque pas une image…

Le bilan en Playoffs : on tâtonne puis on fonce

Après presque dix ans d’abstinence, les Bucks retrouvent les Playoffs en 2010. Malheureusement, le rêve sera de courte durée puisque Brandon Jennings et les siens souffriront de l’absence d’Andrew Bogut et se verront éliminés au premier tour sur un match 7. Quelques premiers tours de postseason plus tard, les Daims atteignent finalement… la finale de Conférence Est pour leur première saison au Fiserv Forum. Éliminés par les futurs champions, cette campagne laisse quand même de beaux présages pour la suite.

Les joueurs majeurs

  • Deux All-Stars (Giannis Antetokounmpo x3, Khris Middleton x1)
  • Un MVP (Giannis Antetokounmpo, 2019)
  • Un MIP (Giannis Antetokounmpo, 2017)
  • Un ROY (Malcolm Brogdon, 2017)
  • Un COY (Mike Budenholzer, 2019)

Ce n’est pas tous les jours qu’on voit un MVP à Milwaukee, et vous connaissez donc forcément LE joueur majeur de cette décennie. Néanmoins quelques autres larrons se sont aussi manifestés. Notamment le premier ROY de l’histoire à s’être fait drafter au second tour, Malcolm Brogdon. On en place aussi une pour les anciens Brandon Jennings et Andrew Bogut, sans oublier le plus gros salaire de la décennie, Monsieur Middleton. On notera également le retour récent d’Ersan Ilyasova, lui qui avait déjà fait de bonnes choses à Milwaukee au début de la décennie, la fin de carrière tristounette du sniper Michael Redd, les passages des talentueux mais trop fous John Salmons ou Larry Sanders, le soldat John Henson, le pari raté avec Jabari Parker et les récentes reconversions réussies d’Eric Bledsoe ou Brook Splash Lopez.

Le cinq majeur de la décennie : Brandon Jennings – Khris Middleton – Giannis Antetokounmpo – Ersan Ilyasova – Andrew Bogut

Le souvenir du rédacteur

À vrai dire… on hésitait un peu sur celui-ci. Le souvenir le plus marquant n’était-il pas finalement celui de la Draft de Giannis Antetokounmpo ? Un jeune Grec de 18 ans, inconnu au bataillon, qui débarque en NBA après avoir survécu en vendant des briquets dans la rue ? What a story… Son trophée de MVP six ans plus tard ? Finalement on s’est dit qu’on allait juste s’offrir quelques minutes de kif en se refaisant les meilleurs dunks de la saison MVP de Giannis. Profitez, c’est cadeau, et on est partis pour dix ans de folie.

La forme actuelle

On ne va pas se mentir longtemps, les Bucks sont aujourd’hui… absolument terrifiants. 17 victoires de suite, 22 sur les 23 derniers matchs et un bilan de 24-3 qui fait officiellement à l’instant T de Milwaukee la meilleure équipe de NBA. Giannis Antetokounmpo est tout bonnement injouable, l’attaque est parfaite, la défense sait être monstrueuse, et on ne voit pas aujourd’hui qui peut arrêter les Bucks à l’Est. Records à prévoir en saison régulière mais vous l’aurez compris, c’est à partir du 15 avril que l’on verra de quel bois sont faits ces Daims, que l’on verra si leurs… bois sont solides.

La projection pour la décennie 2020

À part si Giannis nous fait la spéciale KD, le voilà parti pour rester un bon moment à Milwaukee. Avec le contrat supermax qu’ils devraient proposer à leur franchise player, les Bucks vont vouloir assurer l’avenir en entrant sur la décennie 2020 les mains dans les poches et en sifflotant. Attention à rester sur ses gardes tout de même, la NBA est un environnement hostile dans lequel toute forme de constance est sans cesse mise à mal mais très clairement, mais on a envie de… ne pas trop s’en faire pour les Bucks.

Plutôt une belle décennie pour les Bucks dans sa chronologie, et la prochaine devrait être encore plus plaisante pour les fans de Milwaukee. Pour tous les fans de NBA d’ailleurs, qui se demandent jusqu’où le Greek Freak va bien pouvoir aller. Parce que quand on le voit commencer à rentrer des catch and shoots, disons qu’on commence à flipper sérieusement.

Le classement

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top