Kyle Kuzma
Equipes

Au cœur du cirque Lakers – Chapitre #5 : la Kuzmania est de retour !

LeBron James a trouvé son lieutenant, et il s’appelle Kyle Kuzma !

Source image : @Lakers

The Lakers are back ! Après plusieurs années de vaches maigres, la mythique franchise de Los Angeles est de retour sur le devant de la scène. L’arrivée de LeBron James durant l’intersaison a immédiatement recentré l’attention sur la Cité des Anges, qui détient désormais la plus grande star du basket mondial. Mais outre le King, les Lakers possèdent également un sacré mélange de jeunots aux dents longues et d’anciens un peu tarés. Sans aucun doute, l’équipe californienne mérite d’être suivie de près cette année, sur comme en dehors du terrain. C’est pourquoi TrashTalk vous propose cette rubrique bimensuelle spécialement dédiée au cirque de Los Angeles. Découvrez sans plus attendre le cinquième chapitre !

# SUR LE TERRAIN

Résultats :

  • 2 décembre vs Phoenix : victoire 120-96
  • 5 décembre vs San Antonio : victoire 121-113
  • 7 décembre @ San Antonio : défaite 133-120
  • 8 décembre @ Memphis : victoire 111-88
  • 10 décembre vs Miami : victoire 108-105
  • 13 décembre @ Houston : défaite 126-111
  • 15 décembre @ Charlotte : victoire 128-100

Sept matchs, cinq victoires, deux défaites. Voici le bilan des Lakers depuis début décembre. La franchise de Los Angeles continue donc sur sa lancée après un mois de novembre bien négocié. Avec 18 succès en 29 matchs cette saison, Luke Walton et ses hommes sont installés dans le bon wagon de la Conférence Ouest, en compagnie de Denver, Golden State, Oklahoma City ou encore les Clippers. Alors oui, tout peut aller très vite de ce côté-là des Etats-Unis. Si l’on met de côté les Suns, complètement à la rue et destinés à finir au fin fond du classement, toutes les équipes sont compétitives. La moindre série, qu’elle soit positive ou négative, peut tout chambouler. Ainsi, il vaut mieux ne pas s’enflammer, même si les Lakers sont de plus en plus séduisants et réguliers dans leurs performances.

Au cours de la dernière quinzaine, LeBron James et ses potes ont engrangé des victoires de qualité. On pense par exemple au massacre des Grizzlies en back-to-back, ou encore à la leçon donnée aux Frelons cette nuit. Ils ont également tapé les Suns, les Spurs et le Heat au Staples Center, où ils sont invaincus depuis trois semaines. Les Californiens auraient même pu réaliser un grand chelem s’ils n’avaient pas fait les cons dans le quatrième quart-temps à San Antonio et Houston. Mais ces petites contre-performances, ça arrive en saison régulière. Globalement, les Lakers vont dans la bonne direction. Et le guide, c’est évidemment le King, qui continue de monter en puissance. Clairement, LeBron est en mode MVP en ce moment. Si vous avez un doute, posez donc la question au coach des Spurs Gregg Popovich, témoin malheureux de l’incroyable mixtape de James le 5 décembre dernier. Le numéro 23 de L.A. a également remporté son dernier duel avec son grand copain Dwyane Wade, avant de sortir un triple-double tranquilou face à la franchise de Michael Jordan, en compagnie de Lonzo Ball. Du grand LeBron tout simplement. Cependant, on ne peut pas se limiter aux exploits de James pour expliquer la bonne période des Lakers. Si l’équipe de Los Angeles tourne bien actuellement, c’est aussi et surtout grâce à un collectif qui se met en place des deux côtés du terrain, au sein duquel un joueur s’épanouit particulièrement.

Son nom ? Kyle Kuzma. Il a commencé la saison sur le banc en tant que sixième homme, il est aujourd’hui le principal lieutenant du Roi. En décembre, le gamin né à Flint dans le Michigan possède de superbes moyennes avec 23,3 points, 6,7 rebonds, 3,6 caviars, à 51,3 % au tir dont 36,7 % du parking et 88,5 % aux LF. Les statistiques ne disent pas toujours tout, mais elles sont parfois très significatives. On savait déjà que Kuzma pouvait faire des ravages en transition. On savait qu’il était capable de prendre feu de temps à autre. Mais récemment, Kyle a fait preuve d’une régularité remarquable au scoring, dans la raquette et à l’extérieur, tout en montrant de vraies qualités de playmaker ainsi que des progrès défensifs. En d’autres termes, il a pesé sur le jeu comme jamais auparavant. Avec sa taille et son côté athlétique, il a le potentiel pour avoir un véritable impact des deux côtés du terrain. Ce potentiel est en train de se transformer en production. Ce n’est pas par hasard si Kuzma a parfois été aligné en défense face à des machines offensives comme DeMar DeRozan ou James Harden. Grâce notamment à l’arrivée de Tyson Chandler, Luke Walton a décidé de placer son ailier sur des joueurs évoluant dans le périmètre plutôt que sur des intérieurs contre lesquels il galère un peu plus. Bingo ! En attaque, cette progression se caractérise par une hausse du nombre de passes décisives, qui a doublé en décembre par rapport au début de saison (en moyenne). A travers son agressivité vers le cercle et une palette offensive de plus en plus complète, Kuzma représente une menace non négligeable pour les défenses adverses, libérant ainsi des espaces pour ses coéquipiers. Que ce soit au niveau de sa vision de jeu ou de ses choix offensifs, en transition comme sur demi-terrain, le sophomore formé à Utah a véritablement franchi un cap.

« Il veut être plus qu’un scoreur. Il continue de progresser, offensivement mais aussi défensivement. Il joue un basket solide et complet. Sa capacité à faire la différence. Sa capacité à prendre des rebonds récemment. On sait à quel point il sait scorer. Mais il veut avoir plus d’impact, pas seulement pour lui mais pour toute l’équipe. »

– LeBron James à propos de Kyle Kuzma (via NBA.com).

Cette évolution s’explique sans doute aussi par l’absence de Brandon Ingram. Ce dernier, victime d’une entorse à la cheville face aux Spurs le 5 décembre, a manqué les six derniers matchs. Dans le même temps, Kuzma s’est donc affirmé comme le deuxième meilleur joueur de l’équipe derrière LeBron. Coïncidence ? Probablement pas. Sans Ingram, Kyle a vu ses responsabilités offensives et ses opportunités augmenter. BI est un attaquant talentueux capable de pénétrer dans la raquette pour finir près du cercle, il peut aussi se montrer utile sur demi-terrain avec son jeu mi-distance, et même faire jouer les autres. Mais le point commun dans tout ça, c’est qu’il a besoin de la gonfle pour peser. Du coup, quand Kuzma et Ingram sont sur le terrain en même temps avec James, il y a un peu embouteillage. Avec la blessure de Brandon, KK s’est en quelque sorte libéré et sa relation avec le King n’a cessé de s’améliorer. Meilleur qu’Ingram sans ballon et plus efficace que ce dernier en catch & shoot, Kuz possède un jeu qui colle plutôt bien au style de LBJ. Mieux que celui de BI en tout cas. D’une manière plus générale, le cinq de base des Lakers semble plus équilibré avec Josh Hart sur le poste d’arrière titulaire. En effet, Hart est un joueur qui joue beaucoup sans ballon et qui est efficace from downtown, ce qui manque au cinq habituel avec Ingram en 2. Il est le deuxième joueur de l’effectif à avoir tenté le plus de trois points (4,5 par match, derrière LeBron qui est à 5,9), et est second au pourcentage de réussite avec un très honnête 39,2%. Bref, une vraie menace derrière l’arc. De plus, Hart apporte aussi une énergie précieuse des deux côtés du terrain. Tout cela ne veut pas dire que les Lakers sont meilleurs sans Ingram, mais ce sont plutôt des signes qui montrent qu’il faudrait peut-être laisser les choses comme elles sont, et redéfinir le rôle de BI. Pourquoi ne pas le faire sortir du banc en lui confiant le statut de sixième homme ? Il peut scorer, il peut créer, il a déjà joué à la mène et possède lui aussi un vrai potentiel défensif. Il pourrait apporter un vrai boost à la second unit en s’exprimant pleinement, sans perturber l’équilibre qui a été trouvé au sein du cinq majeur actuel. Il faudra surveiller les choix du coach Luke Walton quand Brandon Ingram, mais aussi Rajon Rondo, reviendront de blessure. Les deux éclopés devraient faire leur retour à la fin du road-trip sur la Conférence Est.

# DANS LES COULISSES 

Il y a eu pas mal de bruits de couloir à Los Angeles depuis le début du mois de décembre. On a d’abord eu droit à la rumeur Carmelo Anthony aux Lakers, boostée par la volonté de LeBron James de jouer avec son pote du Banana Boat. Elle a duré environ… un jour, avant que la franchise californienne mette un stop direct à une éventuelle signature de Melo. Désolé gros, on n’a plus de place pour toi. Un peu plus tard, on a appris que les Lakers étaient intéressés par un ancien de la maison, à savoir Trevor Ariza. Ce dernier a joué un peu plus de cent matchs sous le maillot pourpre et or entre 2007 et 2009, avec lequel il a remporté une bagouze en deux Finales aux côtés de Kobe Bryant. A travers son expérience, sa capacité à défendre tout en plantant des tirs du parking, Ariza aurait pu apporter pas mal de choses intéressantes aux Lakers, mais il a finalement été envoyé à Washington après une histoire de prénoms assez rocambolesque. Il y a également eu un certain nombre de rumeurs autour d’un éventuel transfert de l’arrière Kentavious Caldwell-Pope. Pour rappel, les joueurs signés durant l’intersaison (comme KCP) ne pouvaient pas se faire échanger avant la date du 15 décembre. Maintenant que celle-ci est dépassée, KCP est officiellement éligible pour un trade, et il serait sur les tablettes de Houston, Philadelphia, Oklahoma City ou encore Miami. Interrogé par rapport à ces rumeurs autour de l’effectif angelino, LeBron James a rappelé que les transferts faisaient partie de la ligue et qu’il fallait accepter ce côté-là du business.

« C’est un business. Si vous êtes transféré, cela ne signifie pas que votre paye s’arrête. Ce n’est pas important, vous  allez continuer à évoluer en NBA, il faut juste continuer à progresser. Si vous êtes transféré, ça fait partie du business. Ça arrive. Evidemment, ça craint, mais ça arrive, donc il faut l’accepter.

Mon ami Kyle Korver vient de se faire transférer alors qu’il est dans sa 16è saison. Si vous pensez que c’est difficile pour un jeune joueur, je pense que c’est encore plus dur pour un joueur plus âgé. Imaginez un joueur plus âgé, avec une femme et des enfants, qui se fait transférer après avoir été dans la même ville pendant des années. C’est plus dur que pour un jeune joueur. »

Pour le moment, Kentavious Caldwell-Pope est toujours là et rien n’a changé. Il arrive aussi que le noyau de jeunes joueurs, composé principalement de Brandon Ingram, Lonzo Ball, Kyle Kuzma ou encore Josh Hart, se retrouve dans les rumeurs mais les Lakers semblent déterminés à garder tout ce beau monde sauf s’ils arrivent à obtenir une superstar en retour, ce qui est peu probable aujourd’hui.

« Je peux vous dire qu’on adore nos jeunes joueurs. On n’essaye pas simplement de construire pour gagner cette saison. On essaye de construire quelque chose de solide pour les dix prochaines années, et ces jeunes joueurs représentent une grande partie de cela. Tant qu’ils continuent à travailler et progresser de la sorte, on sera bons. »

– Luke Walton, via Spectrum SportsNet.

Allez, on arrête de parler rumeurs de transfert et on finit avec cette vidéo all-time de Lance Stephenson, qui donne des cours de zumba version basket avec un professionnalisme exemplaire. Il danse souvent sur les parquets NBA, mais là on atteint le niveau supérieur. « In and out », « Cross », « Now hesi », « Now stepback », voici le genre de mouvements que Lance apprend à ses élèves. C’est bon, on sait déjà dans quel domaine Stephenson va se reconvertir une fois que sa carrière de basketteur professionnel sera terminée. #Legend

# DATES DE TOURNÉE

Deux prochaines semaines :

  • 16 décembre @ Washington
  • 18 décembre @ Brooklyn
  • 21 décembre vs New Orleans
  • 23 décembre vs Memphis
  • 25 décembre @ Golden State
  • 27 décembre @ Sacramento
  • 28 décembre vs Los Angeles

La fin de l’année ne sera pas un parcours de santé pour les Lakers. Si leur road trip à l’Est n’a rien d’effrayant, la suite du programme est bien plus chargée avec cinq rencontres face à des équipes de la Conférence Ouest. Et on ne parle pas des Suns. Los Angeles accueillera d’abord les Pelicans du monstre Anthony Davis, puis les Memphis Grizzlies, toujours relous à jouer. Ensuite, il y aura ce fameux match de Noël à Golden State qui en fait bander plus d’un, suivi d’un déplacement dans la capitale californienne pour affronter les Kings. Enfin, on aura droit au derby de Los Angeles entre les Lakers et les Clippers. Autrement dit, Luke Walton et ses hommes vont être testés, et il sera intéressant de voir comment ils vont enchaîner ces échéances.

TrashTalk vous donne désormais rendez-vous le 30 décembre prochain, pour vous donner des nouvelles du cirque Lakers. En attendant, prenez soin de vous. 

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top