Heat

Los Angeles offre une sortie de roi à Dwyane Wade : de l’émotion, du vintage… et même du suspense

Cette nuit, Los Angeles accueillait le dernier duel entre deux des plus grands compétiteurs de leur génération : Dwyane Wade et LeBron James. Le scénario de la rencontre et les hommages nous ont permis de rêver jusqu’au bout et ce dernier tir à 3-points de Flash, et la story a bien failli être magnifique.

Tout le gratin s’était rassemblé pour voir la dernière sortie de Flash à L.A. et ils n’ont pas dû être déçus, enfin… pas pendant la seconde moitié du match. Si on aurait tous espéré un dernier match en temps que titulaire à la manière d’un Kobe, il faut attendre la moitié du premier quart-temps pour voir débarquer l’arrière sur le parquet. A peine en tenue, D-Wade reçoit son premier cadeau de la soirée, une vidéo préparée par les Lakers mettant en scène plusieurs de ses plus beaux faits d’armes ainsi qu’un hommage de Magic Johnson, suivi d’une standing ovation des fans : honorer les légendes, L.A. a toujours su le faire.

Dwyane Wade

Dwyane Wade LeBron

La première mi-temps est pourtant très décevante, le joueur est à 0/5 pour 0 point inscrit… Il faudra attendre la reprise pour voir Flash nous montrer tout son talent : huit points au troisième quart-temps pour maintenir son équipe à flot et il commence les dernières douze minutes de la même façon, en montrant la voie à ses coéquipiers. C’est alors qu’arrive le money time, 22 secondes à jouer, le Heat est derrière d’un point. La balle finit inévitablement dans les mains de la légende du Heat qui manque son 3-points, le sixième de la soirée. LeBron inscrit ensuite ses deux lancer francs pour offrir un avantage de trois points à son équipe mais la dernière possession sera pour le Heat. Encore une fois, Dwyane Wade oblige, c’est l’arrière qui aura le dernier shoot, The Last Shot comme diraient certains. En face de Wade, son grand pote, celui qui le connaît par cœur depuis une quinzaine d’années, parce que ce dernier duel devait se faire ainsi, entre deux légendes. Le King défend bien, même très bien, il empêche D-Wade de prendre les bons appuis, forçant le joueur à prendre un fadeway en total déséquilibre, la brique s’effondre contre le plexi. Le Heat aura une dernière possibilité qu’il ne convertira pas non plus, victoire pour les Lakers.

Si le match a tenu toutes ses promesses, l’important était peut-être ailleurs : on ne le remarque pas assez mais D-Wade accomplit en ce moment sa « Last Dance » et chaque sortie de l’arrière doit être savourée comme un grand cru vieux de quinze années de dunks, de spin move, de clutchitude, de leadership et de wins. Aussi ce matin, oublions donc les 0/7 à longue distance et son pourcentage en match, attardons-nous sur le grand champion qu’est Dwyane Wade : ses trois bagues, son charisme, sa place de numéro 3 au panthéon des arrière, le même numéro qu’il arbore depuis maintenant quinze années sur les parquets NBA mais aussi les rivalités qu’il a développé avec Kobe, Pierce mais surtout James, son meilleur ami, son plus grand adversaire. Il n’y a jamais de grand combat sans deux grands adversaires et clairement, le duel entre l’ancienne star des Cavs et celle du Heat a marqué toute une génération dans les années 2000, au point que nos confrères nous ont fait le plaisir de mettre en avant leurs affrontements lors la mi-temps, peut-être le meilleur moment du match à bien y repenser. Trop de vintage, d’adrénaline, de compétition et c’est dans ce genre de moment que l’on sent aujourd’hui ce vide en nous, à l’idée que ce sera bientôt terminé pour Flash.

Wade vs James

D’ailleurs, le King ne s’y trompe pas et, interrogé par ESPN, il insiste sur l’héritage que laisse derrière lui Flash.

« Il est trois fois champion NBA, MVP des Finals, médaillé olympique. C’est aussi un mec génial et un père fantastique. Vous devriez vous souvenir de lui, ce n’est pas Flash pour rien… C’est un champion, et personne ne pourra lui retirer ça. Il va nous manquer. »

En lisant ces lignes, on aurait presque l’impression qu’il s’agissait du dernier match en carrière de Wade, alors qu’il lui en reste 56 avant la fin : c’est dire l’émotion qui régnait hier soir au Staples Center. Certaines arènes sont faites pour vibrer au son des légendes, LA en fait partie et on ne serait pas surpris de voir le Madison Square Garden et surtout le TD Garden lui rendre un vibrant hommage lorsqu’il viendra boucler la boucle début avril, pour notre joie à tous, une dernière fois. 

Wade James

Dwyane Wade

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top