Lakers

Lance Stephenson a lâché son coup de air guitar : une partition ponctuée d’une seule fausse note, la faute technique contre la rockstar

Lance Stephenson

Il a changé Santana.

Source image : NBA League Pass

Le match entre les Los Angeles Lakers et les Charlotte Hornets n’était pas très intéressant. Très tôt, les Californiens prenaient l’ascendant et l’écart devenait rapidement un gouffre définitif. Mais dans ces purges matchs peu animés, L.A. peut compter sur son energizer Lance Stephenson pour mettre un peu d’ambiance. Le showman a sorti sa guitare, mais les arbitres NBA ne sont plus mélomanes depuis longtemps : faute technique all-time, encore, pour Lance.

En fin de troisième quart-temps, les Lakers menaient de 30 points face à des Hornets et un Kemba Walker zéros. Non mais vraiment, 0 sur 5 à 3-points pour le meneur et seulement quatre petits points à l’arrivée. Alors oui, on l’avoue, on commençait un peu à piquer du nez devant l’écran, espérant un dernier signe qui animerait une rencontre à endormir un hyperactif. Et comme souvent, l’étincelle du fun est venue de Lance Stephenson. Très bon avec 11 points, 5 rebonds et 4 assists, celui qui murmurait jadis à l’oreille de LeBron James remplissait parfaitement son rôle en sortie de banc et se faisait plaisir dans un match déjà acquis. Mais assez parlé de jeu et de cette taule monumentale. Juste après avoir fait passer son équipe à +32, Lance Stephenson s’est mis à jouer son plus beau morceau de air guitar, un court concert live qui semblait réservé au jeune rookie Miles Bridges. De quoi bien faire marrer tout le monde… sauf les arbitres qui ont immédiatement gâché la démonstration en sifflant une faute technique. Interrogé par les journalistes à la fin du match, Lance prenait ça avec détachement. Quand on va le retrouver sur les plages de L.A., les cheveux longs et pas lavés, entouré de hippies en train de chanter Wonderwall, faudra pas parler créole hein.

Je suppose que les arbitres n’aiment pas ma petite célébration air guitar. Si je vais continuer malgré la faute technique ? Oh, bien sûr, surtout si je le sens bien. […] Miles (Bridges) m’a provoqué, donc je lui ai simplement montré que j’étais en confiance. Juste pour le fun. […] Habituellement, je crie beaucoup sur les arbitres, donc ils doivent probablement penser que je continue encore. Mais j’ai énormément changé. […] Comment c’est venu ? J’étais juste en train de m’amuser à l’entrainement, c’est sorti de nulle part. »

Franchement, il n’y avait pas de quoi mettre une faute technique là-dessus, sinon on a un paquet de célébration à bannir en NBA. D’ailleurs, les joueurs des Lakers, et notamment LBJ, ont eux aussi leur incompréhension. Ceci dit, rien de bien grave et, comme semble le penser Lance Stephenson, sa réputation d’ambianceur et d’aboyeur l’a sûrement desservi dans cette histoire. C’est humain, tu ne vas pas voir le casse-couille de la classe des jaunes et violets de la même manière que l’intello du groupe. Bon, on vous laisse chercher l’intello dans ce roster-là hein… Surtout, cette affaire montre la tolérance zéro qu’appliquent les arbitres depuis ce début de saison : on ne laisse plus rien passer et, au moindre doute, on sanctionne. De quoi déboussoler quelques gueulards et excentriques de la grande Ligue qui ont presque bâti des carrières sur cet aspect du jeu. Lance Stephenson en fait partie : avec 7,4 points, 3,2 rebonds et 1,8 assist de moyenne en 15 minutes cette saison, c’est surtout sa folie et son impact qui aident ces Lakers. Une politique qui paraît excessive, d’autant plus lorsqu’elle punit DeAndre Jordan et Trae Young d’une technique chacun, dans le récent Mavericks – Hawks, pour avoir feint une embrouille, tout sourire. Sérieux messieurs, vous déconnez : même s’ils allaient vraiment se battre, laissez faire, y a une grosse cote à jouer ! Nous, on pose vingt balles sur le nouveau Steph Curry (lol) qui terrasse l’ex-nouveau pivot dominant (re lol) en lui grignotant les talons. Et vous ?

Quelques accords, du Jimi Hendrix ou du Christophe Maé (on ne saura jamais), et une faute technique très sévère pour Lance Stephenson. Mais c’est le jeu et la tendance des arbitres cette année en NBA. Plus rien ne passe, quitte à passer pour des cons sur quelques actions. Cela ne fera pas moins râler les joueurs et, par bonheur, cela ne fera absolument pas cesser Lance Stephenson de nous faire marrer. 

Source : ESPN, Bleacher Report 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top